Le blog de Thierry Philip » La parole à… Guy CORAZZOL
facebook_icon twitter_512x512 mail

Catégories

Commentaires récents

Sites Amis

Mes coups de coeur

Presse lyonnaise

Archives

Syndication

La parole à… Guy CORAZZOL


Suite à l’élection de Georges KEPENEKIAN aux fonctions de Maire de Lyon en juillet dernier, j’ai eu l’honneur de prendre en charge la délégation à  l’éducation, à la vie étudiante et à la promotion universitaire.

Aussitôt, le premier défi  a été d’engager une réflexion sur la problématique des rythmes scolaires  suite à la parution du décret « BLANQUER » sur la semaine scolaire dans les écoles publiques.

En 1991, la Ville de Lyon avait adopté la semaine des 4 jours, en 2014, elle était passée au rythme des 4,5 jours, le vendredi après-midi étant libéré avec des activités périscolaires payantes.

Qu’allions-nous décider de faire à présent ?

Sans oublier le contexte financier local délicat, et avant toute décision, j’ai tenu à ce que nous consultions largement la communauté éducative lyonnaise . Pourquoi ? Parce que je voulais dépasser le clivage «  4 jours / 4.5 jours » . Parce que j’estimais également que la décision politique ne doit pas tout le temps être le fruit de la décision des seuls élus. Elle peut s’enrichir des expériences et des idées de ses usagers : parents, enseignants, associations, personnels de la Ville mais aussi des enfants.

C’est pourquoi j’ai lancé une large consultation en proposant :

-          une plateforme numérique  qui a permis de recueillir 2 000 contributions avec plus de 1 500 participants en deux mois.

-          13 réunions publiques dans les arrondissements.

J’ai aussi  souhaité écouter la parole des enfants à travers une enquête originale opérée par un cabinet spécialisé auprès de 1 000 enfants de nos écoles. J’ai enfin multiplié les rencontres bilatérales avec tous les représentants concernés : partenaires sociaux, associations, collectifs, fédérations de parents d’élève, groupes politiques…

Avec mon collègue, Jérôme MALESKI, je crois pouvoir dire que cette consultation a été un bel exercice de démocratie participative sur un sujet qui concerne de très nombreux Lyonnais.

Fort de tous ces éléments, deux scénarios équilibrés (et à même coût) ont été proposés au vote des 167 conseils d’école extraordinaires de la Ville de Lyon qui se réunissent depuis la mi-janvier 2018 et jusqu’au 6 février.

-          Le scénario 1 s’organise sur 4,5 jours avec 5 matinées d’apprentissage (8h30-11h30) et 3 après-midi de 3h (13h45-16h45). Le vendredi après-midi reste consacré aux activités périscolaires.

-          Le scénario 2 quant à lui se répartit sur 4 jours. On y retrouve 4 matinées d’apprentissages de 3h30 (8h30-12h) et 4 après-midis de 2h30 (14h15-16h45). Le mercredi matin devient une demi-journée d’accueil périscolaire de 8h30 à 12h.

Ces deux scénarios reposent sur un socle commun :

-          Les 24h d’enseignements obligatoires
-          Une généralisation des garderies du matin à toutes les écoles : 30 minutes et gratuites
-          Un allongement de la pause méridienne à coût constant pour les familles : + 15 minutes. Il s’agit ici d’améliorer et d’apaiser les conditions de déjeuner des enfants tout en développant les temps calmes après le repas et avant la reprise des cours (sieste, relaxation, lecture…)
-          L’élargissement des activités périscolaires le soir de 16h45 à18h30 (avec une sortie possible à 17h30). L’objectif est à la fois de répondre aux besoins croissants des familles en permettant un accueil jusqu’à 18h30 tout en offrant un taux d’encadrement plus élevé pour les enfants. La première tranche horaire (16h45-17h30) sera payante mais à un prix très modeste et permettra notamment le développement des « études ». La seconde ( 17h30-18h30), également payante selon le quotient familial, nous permettra de développer des activités calmes, je pense par exemple aux « sports cérébraux » comme les échecs…
-          Cette offre périscolaire, contrairement à ce que j’entends parfois, n’est pas une obligation pour les familles mais c’est une réponse concrète à leurs besoins de garde. Combien de familles peuvent aujourd’hui venir chercher leurs enfants dès 16h45 où même 17h30 ? J’ajoute aussi que ces activités sont et seront complémentaires des enseignements en classe. Le nier, c’est ne pas comprendre que la pratique des échecs peut améliorer les capacités de concentration ou de mémorisation si je me limite à cet exemple.

Bientôt et comme c’est la loi,  les conseils d’école voteront donc majoritairement pour un scenario. Il s’appliquera alors dans toutes les écoles lyonnaises dès septembre 2018 après décision de l’inspection académique et vote du conseil municipal. En proposant ces deux alternatives, nous avons cherché à préserver l’intérêt des enfants tout en prenant compte les familles dans un contexte budgétaire aussi incertain que contraint.  Beaucoup de travail restera encore à accomplir après la décision finale. Je compte d ‘ores et déjà sur l’ensemble de la communauté éducative pour m’accompagner dans cette mise en œuvre et bien préparer la rentrée 2018.

Pour plus d’infos sur les scenarios proposés : https://www.civocracy.org/villedelyon/faq-sur-les-deux-scenarios-proposes?code=3d64a5

Poster un commentaire