facebook_icon twitter_512x512 mail

Catégories

Commentaires récents

Sites Amis

Mes coups de coeur

Presse lyonnaise

Archives

Syndication

La SOUTANE et le VOILE


La question n’est pas nouvelle.

En 1903, des Maires ont pris des arrêtés municipaux pour interdire aux prêtes en soutane de circuler dans leurs communes. Les opposants parlent de l’influence d’un souverain étranger (le Pape) et jugent cette tenue politique et pas religieuse. Ils voient dans le port de la soutane « un acte de prosélytisme » qui symbolise « un monde ignorant et étroit ».

Lors des débats parlementaires sur la loi de 1905, Aristide Briand répond que le projet de loi n’interdit pas le port de la soutane dans l’espace public « proscrire une façon de se vêtir aurait été contraire à la liberté fondamentale de l’individu et représenterait une rupture dans l’égalité des citoyens ».

Les opposants au port du voile utilisent aujourd’hui le même vocabulaire. Comment peut-on imaginer d’exiger de Lafita Ibn Ziaten dont le fils a été tué par M. Meral d’enlever son voile quand elle intervient dans les lycées ?

A cet égard, l’institution militaire fait beaucoup mieux que notre éducation nationale. Elle autorise les jeunes musulmanes (nombreuses) qui entrent dans les rangs à prier et à manger halal tout en les formant comme n’importe quel autre citoyen français au service de leur pays.

C’est de cela dont notre pays a besoin. Construire et fabriquer ce non-évènement, ne pas renforcer le sentiment victimaire et favorise l’intégration silencieuse.

Les Musulmans de France feraient bien de nous aider en s’exprimant publiquement sur leur attachement à la République.

Poster un commentaire