facebook_icon twitter_512x512 mail

Catégories

Commentaires récents

Sites Amis

Mes coups de coeur

Presse lyonnaise

Archives

Syndication

Nouvelle plateforme au Centre Léon Bérard


Hier matin, c’est avec beaucoup de plaisir que je représentais Gérard COLLOMB pour l’inauguration de la Plateforme de Recherche Translationnelle au Centre Léon Bérard.

Elle réunit des équipements et des compétences qui permettent de transformer les découvertes de laboratoire en avancées scientifiques concrètes pour le patient : nouveaux traitements, meilleurs diagnostics pour des tumeurs rares… Cette plateforme de recherche translationnelle met, en effet, à disposition de la communauté scientifique  de la région des équipements et compétences en génomique, protéomique et bioinformatique. Cela pour améliorer les diagnostics,  les traitements et le suivi des patients.

Ravi donc de retrouver Jean-Yves BLAY, directeur du Centre Léon Bérard, Alain PUISIEUX, Directeur du Centre de recherche en cancérologie, Marina ROUSSEAU-TSANGARIS, Directrice adjointe de la recherche translationnelle. Étaient également présents Yannick NEUDER, Vice-président du Conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes, financeur de ce projet et Véronique TRILLET-LENOIR, Présidente du Canceropôle. L’occasion pour moi de redire qu’en effet, le cancer n’est ni de droite, ni de gauche et qu’il est un combat qui nous concerne tous.

Vous comprendrez donc pourquoi j’étais ravi d’être aux côtés des chercheurs au Centre Léon Bérard pour voir ces nouveaux investissements au service de la lutte contre le cancer.

fevrier-2017-plateforme-recherche-043

fevrier-2017-plateforme-recherche-068

Vive les étudiants étrangers en France


L’étude récente de Campus France est rassurante. 310 000 étudiants étrangers sont recensés dans nos universités en 2015-2016. Cela signifie que nous sommes attractifs.

La circulaire Guéant qui, en 2011, voulait ralentir ce flux a donc heureusement échoué grâce aux corrections de l’équipe Hollande dès 2012.

L’espace francophone mondial, c’est 285 millions de personnes. La majorité des étudiants retournent ensuite dans leur pays et ils promeuvent notre culture, notre système éducatif et les relations avec la France.

Après les Etats-Unis et la Grande Bretagne, la France est le 3ème pays d’accueil pour les étudiants étrangers. Aujourd’hui, il faut « vendre » nos établissements d’enseignements supérieurs devant la concurrence de l’Australie, de la Russie, de l’Arabie Saoudite, de l’Inde. A part Marine LE PEN, tout le monde a compris qu’il ne faut pas lésiner sur les moyens, qu’il faut investir sur les cerveaux, que c’est un investissement stratégique pour la France et pour notre avenir.

Les collégiens de Dufy ont planché sur Moncey


Hier, Catherine PANASSIER, Adjointe à l’urbanisme, Laurent PEISER, Adjoint à la voirie et Dominique HITZ, Adjoint à la Démocratie Participative ont accueilli, dans mon bureau à la Mairie, une classe de 6e du collège Raoul Dufy.  Ils sont venus pour présenter et inscrire leurs propositions dans le cadre de la concertation en cours sur le projet de promenade Moncey. Cela parce qu’il est vrai que l’établissement est situé au cœur de ce linéaire et que de ce fait, les collégiens sont de véritables usagers de ces espaces publics.

Prendre l’avis des collégiens, c’est donc les associer à un projet qui impacte leur quotidien. C’est aussi leur faire comprendre qu’ils sont acteurs de ce qui les entoure, qu’ils sont des citoyens à part entière. Le collège n’est pas une entité fermée sur elle-même mais bien un lieu ancré dans la ville, comme l’a rappelé le Principal de l’établissement.

Je suis donc heureux que le collège, en partenariat avec le Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et d’Environnement et la Métropole, ait pu prendre part à la construction de ce projet urbain. Ce n’est pas moins de 40 pages qui ont été produites en lien avec une équipe pluridisciplinaire composée d’un enseignant d’histoire géographie, de sciences et vie de la terre et d’art plastique.

Il m’apparaissait important de les accueillir en Mairie pour saluer ce travail et tout simplement prouver que la concertation n’est pas un exercice vain mais bien un travail concret de pédagogie, d’écoute et de dialogue. Et ça, on peut le faire, à tous les âges !

Merci aux collégiens pour leur investissement !

dsc_0984

L’immunothérapie, oui ! Mais pour qui ?


Je souhaite ici relayer un message du Dr Bruno BUECHER du Service de Génétique de l’Institut Curie qui vise à alerter sur le problème criant d’accès aux molécules innovantes reconnues efficaces mais qui ne sont encore remboursées. L’institut Curie a quelques patients miraculés notamment à travers l’exemple du syndrome de Lynch.

En France, le cancer colorectal est en constante augmentation avec plus de 40.000 nouveaux cas chaque année dont 3% sont dus au syndrome de Lynch. Le Syndrome de Lynch est une prédisposition héréditaire aux cancers du côlon et  du  rectum,  de l’utérus et  plus rarement aux cancers   de  l’intestin  grêle,  des  voies excrétrices   urinaires   et  biliaires,  de l’estomac  et de l’ovaire.

Une tumeur maligne (cancer) se développe dans   un   organe par  transformation  des cellules  normales  qui  le composent. Cette transformation est le résultat d’altérations génétiques et parfois de l’exposition  à certains  facteurs « d’environnement ». La   transformation cancéreuse  d’une  cellule  est généralement associée   à  une  prolifération  accrue  et anarchique,   à   une  perte  des  fonctions physiologiques,     à    une    modification morphologique (dédifférenciation) et à une « agressivité » s’exprimant par une capacité à envahir  les  structures  de  voisinage et à quitter  l’organe  d’origine pour donner des métastases.

Il    résulte    de    cette transformation que les cellules cancéreuses sont   perçues   par   l’organisme  comme  «anormales  »  et dangereuses, de telle sorte qu’il génère une réaction immunitaire à leur encontre,  au  même titre que vis-à-vis d’un corps  étranger  ou  d’un  agent infectieux,  dans   le  but  de  s’en  «  débarrasser  ». Malheureusement,  l’efficacité de la réponse immunitaire  anti-tumorale  est  diminuée du fait de la capacité des cellules cancéreuses à  inactiver  les lymphocytes T cytotoxiques sensés  les  détruire.

Ces dernières années ont vu le développement de   l’immunothérapie, c’est à dire  de nouveaux  agents  thérapeutiques capables de restaurer   l’efficacité   de   la   réponse immunitaire    anti-tumorale. Cette approche, largement développée à l’Institut Curie est radicalement différente de la chimiothérapie classique qui vise à inhiber la  multiplication  des cellules cancéreuses et  qui  a  une  toxicité  significative.

De très nombreuses molécules d’immunothérapie sont en cours de développement ; certaines sont  déjà commercialisées  pour  le  traitement des formes avancées  de  certains  cancers.

Il apparaît que  les  tumeurs  les  plus «immunogènes  »  spontanément  sont  les plus susceptibles  de  répondre favorablement, ce qui  est  le cas de celles survenant dans le cadre  du  syndrome  de  Lynch.  Or ces traitements qui ne sont malheureusement pas  commercialisés pour le moment… et il n’est donc  possible  d’en  bénéficier que dans le cadre  d’essais thérapeutiques.

Il est donc important que tout malade atteint d’un syndrome de Lynch présentant un cancer avancé pose  la  question de la possibilité d’un   traitement   par  immunothérapie  aux  médecins   qui   le   prennent   en  charge.

Mais, au-délà, il est important  de se mobiliser pour tenter  de  faciliter l’accès à ces nouveaux  traitements      dans     ces     situations particulières  avant  qu’ils  ne soient plus largement diffusés et commercialisés.

C’est une question d’égalité aux soins et d’accès pour tous à l’innovation. C’est une question cruciale, au cœur du plan cancer. En tant que président de l’Institut Curie, je m’engage à porter cette question.

A voir : Et les Mistrals Gagnants


Bouleversée par la courte vie de sa fille, la journaliste Anne Dauphine JULLIAND voulait montrer que la vie continue malgré la maladie, avec les rires, la spontanéité, les joies et les petits tracas de l’enfance.  Mené en partenariat avec l’Institut Curie dont je suis, vous le savez, le Président, ce documentaire est magnifique et je vous encourage à le découvrir au cinéma.

En 2015, Anne Dauphine JULLIAND a donc débarqué avec son équipe de tournage à l’Institut Curie : elle suit Camille, 5 ans, “un petit bonhomme de patient dont je me suis occupé jusqu’à son départ, explique Patrick JALABERT, manipulateur au département d’Imagerie médicale. Sa maman nous a appelés en septembre pour nous prévenir de la sortie de ce documentaire poignant, touchant…”

Le synopsis est à la fois sobre et ambitieux. Ambre, Camille, Charles, Imad et Tugdual ont entre six et neuf ans. Comme tous les enfants, ils vivent dans l’instant, avec humour et surtout avec l’énergie optimiste leur âge. Ils nous prennent par la main, nous entraînent dans leur monde et nous font partager leurs jeux, leurs joies, leurs rires, leurs rêves et leur maladie. Un film à hauteur d’enfant, sur la vie, tout simplement.

Actuellement en salle au Cinéma Comoedia ou à l’UGC Astoria, je vous encourage vivement à découvrir ce documentaire.

mistralsgagnants

Stylistik au collège Dargent


Vous l’aviez déjà découvert dans Vision3, la compagnie de danse Stylistik s’est installée en résidence au collège Dargent, à Dauphiné Sans Souci. Depuis ce début d’année scolaire, cette compagnie lyonnaise bénéficie des espaces de l’établissement pour répéter et travailler quand ces derniers ne sont pas utilisés. Quand on connaît le nombre de demandes d’espaces de travail pour les jeunes artistes (qu’il s’agisse des danseurs, des chanteurs mais aussi des plasticiens), on se dit que cette mutualisation est vraiment une bonne idée.

La présence de la compagnie dans les murs permet aussi une interaction entre les collégiens, les personnels et les danseurs. C’est donc une occasion unique de faire entrer le spectacle vivant dans l’établissement.

Vendredi dernier, la compagnie s’est présentée officiellement aux élèves avec une démonstration qui a rassemblé plus d’une centaine d’élèves dans le hall. Au-delà de la prestation, c’est bien un véritable atelier participatif qui a pu se monter.

Merci sincèrement à Madame la Principale pour l’accueil de cette résidence. Je remercie aussi Pierre FRONTON, adjoint délégué à la jeunesse, ainsi que Pascale COCHET, conseillère d’arrondissement déléguée aux collèges pour l’aboutissement de ce partenariat qui crée une nouvelle fois du lien entre nos jeunes et le monde de la culture au sein de ce qu’ils connaissent le mieux : leur établissement.

dsc_0960

dsc_09421

La parole à… Hélène MOUCHARD-ZAY


Hélène MOUCHARD-ZAY est la fille de Jean ZAY. J’avais l’honneur d’être assis à ses côtés, jeudi soir, pour soutenir Najat VALLAUD-BELKACEM dans son débat avec Marine LE PEN “l’émission politique” sur France 2. Aujourd’hui, j’édite le texte qu’elle a écrit à propos du cynisme de Marine LE PEN.

Elle a osé…
Après avoir rapté avec cynisme le concept de laïcité pour en faire une machine de guerre contre les musulmans, voilà que Marine LE PEN, dans son programme, ose invoquer le nom de Jean ZAY , citant une phrase de la circulaire signée par lui en 1936, qui interdit tout signe politique dans les établissements scolaires.
Mais sait-elle pourquoi Jean ZAY réaffirme avec force dans cette circulaire le devoir de laïcité dans les établissements scolaires ? Ceux en effet qui, dans les années 30, menacent la laïcité, ce sont essentiellement les ligues d’extrême-droite qui, pour détruire la République, maintiennent l’agitation dans les établissements scolaires et cherchent à y introduire leur propagande, par toutes sortes de ruses : tracts, recruteurs, enrôlement, etc . C’est contre les menées de ces ligues que Jean ZAY veut protéger les enfants, et par la protection de la loi . L’année suivante, il rappelle que l’interdiction vaut aussi pour les propagandes confessionnelles. : « Aucune forme de prosélytisme ne saurait être admise dans les établissements… » .

Loin de prôner une « neutralité » qu’invoque M. LE PEN, Jean ZAY appelle les enseignants à la mobilisation pour la défense de la République et les valeurs qui la fondent . S’il refuse tout militantisme politique, idéologique ou religieux dans l’école, c’est au nom des valeurs qui fondent la République et que combat au contraire M. LE PEN : il veut une école qui apprenne à juger par soi-même et non à applaudir des hommes - ou des femmes - providentiel(le)s. Il veut une République ouverte, fraternelle, solidaire, qui n’exclut personne en raison de ses origines ou de sa religion, et dont le fondement est une école qui accueille tous les enfants, quels qu’ils soient, et qui tente de les ouvrir au monde.

En 1940, c’est cette même extrême-droite qui accueille comme une « divine surprise » (MAURRAS) l’accession au pouvoir, grâce à la victoire de l’Allemagne, de Pétain et de ce régime qui va s’empresser de mettre à mort la République, avant d’engager les persécutions contre ceux qu’il désigne comme « l’anti-France ». Ses journaux, en particulier GRINGOIRE et Je Suis Partout, ne cessent pendant toute l’occupation d’alimenter la haine contre les juifs et les résistants et Jean ZAY, depuis toujours détesté par l’extrême-droite, continue à être l’une de leurs cibles principales. La milice s’engage activement dans cette chasse à mort contre les juifs et les résistants. Cette même milice qui assassinera Jean ZAY en 1944 …

Le FN est l’héritier historique de cette extrême-droite française, maurassienne et pétainiste. Il ne s’en est jamais démarqué, et chacun peut constater l’inspiration maurassienne des idées qu’il développe.

16708468_10154375202187218_9219616685431725567_n

Expériences Numériques à la Maison Pour Tous


epn_o1

Je parlais hier sur ce blog de la neutralité du net. J’en profite pour faire le lien avec l’initiative proposée par la Maison Pour Tous ce samedi 11 février : la 18e édition du festival Expériences Numériques, « une journée entière consacrée aux pratiques du numériques, pour permettre la découverte des logiciels libres, des arts numériques et d’artistes émergents ».

Des conférences et des ateliers sont organisés tout au long de la journée, avec notamment à 16h une intervention sur le thème « Internet, c’est neutre ou pas ? ». Une question qui mérite à mon sens amplement d’être posée, et qui devrait aboutir sur des discussions passionnantes.

D’autres ateliers pour apprendre à coder, construire un robot, faire de la 3D… je vous avoue être parfois un peu dépassé par ces pratiques mais je suis convaincu que c’est l’avenir !

Ce rendez-vous est gratuit et ouvert à tous, voici un lien vers le programme de la journée :  Expérience Numériques #18

Si la bourse américaine et TRUMP se trompait ?


A Wall Street, le Dow Jones, le plus vieil indice boursier, bat tous les records. Les investisseurs s’attendent à une année 2017 exceptionnelle et le seuil des 20 000 points qui n’avait jamais été atteint a été dépassé en janvier.

Donald TRUMP a promis des baisses d’impôts pour les entreprises et surtout moins de règles « inutiles et dépassées ». Parmi celles-ci, il y a la neutralité de l’Internet qui ne permettait pas, jusqu’ici, de favoriser un opérateur par rapport à un autre.  La conséquence, par exemple, sera la fusion entre AT&T (le géant américain des télécommunications) et le groupe de médias Time Warner, alors bloquée par les règles « inutiles et dépassées » qui empêche la collision médias et télécommunications et garantit le maintien de la concurrence.

Concentrer tout le pouvoir dans une seule main sera le résultat et cela, au détriment du consommateur. Cela la bourse ne l’a pas encore compris…

Faut-il remettre en cause les Mutuelles ?


Le débat sur la Sécurité Sociale unique lancé par Martin HIRSCH et Didier TABUTEAU (voir l’article du Monde du 14 janvier), a suscité des questions, y compris lors de la primaire de la gauche.

François FILLON est accusé de vouloir « privatiser » la Sécurité Sociale et certains candidats de la gauche ont proposé de suivre Martin HIRSCH.

Aujourd’hui, les Socialistes doivent se souvenir que les Mutuelles ont préexisté à la Sécurité Sociale et qu’elles ont été défendues par la Gauche comme outil de justice sociale.

Martin HIRSCH et Didier TABUTEAU oublient que, depuis 2006, la Sécurité Sociale a accumulé 70 milliards d’euros de perte qu’il faudra bien payer un jour.

Les professionnels de santé doivent expliquer que les Mutuelles représentent 50 % du remboursement de la Médecine de ville, 90 % du remboursement des lunettes et dentisteries, et 100 % du remboursement des surcoûts des chambres et des forfaits journaliers qui permettent de faire vivre les hôpitaux.

Faut-il rappeler que les Mutuelles sont tenues à l’équilibre financier et qu’on ne peut pas placer l’argent public de la Sécurité sociale sur les marchés ? Faut-il dire « qu’une meilleure gestion » par le public pour économiser « 8 à 10 milliards » n’est pas très crédible ?

Une Sécurité Sociale qui rembourserait à 100 % (tout le monde est d’accord) mais la France est, aujourd’hui, le pays d’Europe où l’on est le mieux remboursé et les Mutuelles, dont je rappelle qu’elles appartiennent à leurs usagers, sont un chapitre essentiel de notre histoire  et de ce bon remboursement.

Si l’on veut réformer la Sécurité Sociale, l’urgence, c’est de développer la prévention, c’est d’accroître l’investissement dans la recherche sur les liens entre santé et environnement, c’est promouvoir et permettre la pratique sportive au plus grand nombre, c’est lutter contre la désaffectation des médecins pour la médecine de ville et c’est, surtout, retravailler l’organisation ville-hôpital.

Supprimer les mutuelles est, selon moi, une utopie dangereuse.

Espoir permis malgré une lésion de la moelle ?


Pourra-t-on marcher après une lésion de la moelle définitive ?

Un fantastique espoir pour les accidentés de la vie vient de Suisse. Un consortium international autour de l’Ecole polytechnique de Lausanne a permis à deux macaques dont la moelle était sectionnée de se remettre à marcher normalement.

Une puce portant des microélectrodes est implantée dans le cerveau. Elle envoie des données à l’ordinateur quand l’individu veut marcher. L’ordinateur décode l’activité du cerveau et en temps réel envoie des impulsions à un générateur d’impulsions.

Le générateur commande un implant qui a été installé au-dessus de la moelle épinière. Il y a de multiples électrodes, chacune commandant un groupe de muscles des jambes. La même chose peut d’envisager pour les bras.

En résumé, on court-circuite la moelle lésée pour, à partir du cerveau, ordonner aux muscles de fonctionner.

Les premiers essais vont débuter chez l’homme. Le chemin est encore long mais c’est un formidable espoir.

4e Plan cancer, un engagement indispensable !


A l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le cancer, ce samedi, j’ai évoqué la situation et réaffirmé mes attentes dans un  lors d’une émission sur RFI (cliquez ICI) et dans le communiqué de presse ci-dessous :

Benoit HAMON annonce qu’il mettra en œuvre un 4ème PLAN CANCER en cas de victoire

Derrière ce mot terrible se cache des drames, des tristesses, des souffrances et des espoirs, pour beaucoup de Français. Première cause de mortalité en France avec 150 000 décès et 385 000 nouveaux cas en 2015, le cancer concerne chacun-e d’entre nous de près ou de loin.

La lutte contre ce fléau est un défi permanent pour nos sociétés qui ne peut se résoudre que dans le temps en redoublant nos efforts en matière de prévention et de soins.

Le 3ème plan cancer dont l’objectif principal est de lutter contre les inégalités est un acquis fort du quinquennat de François HOLLANDE. Il sera poursuivi et accentué.

Nous mettrons en œuvre un 4ème plan cancer. Du premier plan sous la houlette de J. CHIRAC et L. JOSPIN jusqu’à celui impulsé par François HOLLANDE, la mobilisation de tous les acteurs concernés a permis de réduire « la perte de chance ». Beaucoup a été fait ces cinq dernières années, le droit à l’oubli pour les personnes guéries, le don de jours RTT pour aider à vivre avec sa maladie. Depuis 2012, la lutte contre les inégalités est une priorité. Il faudra la poursuivre ardemment par ce quatrième plan fondé sur les piliers suivants.

Le pilier santé environnement c’est prévenir et lutter contre l’exposition à des substances cancérogènes.

L’activité physique constitue un moyen de demeurer en bonne santé. Mais elle peut aussi contribuer à diminuer le risque de rechute et aider les malades à mieux supporter la maladie. Installer une pratique d’activité physique adaptée aux patients à la même hauteur que d’autres prescriptions par l’admission au remboursement, par la reconnaissance de structures labellisées « sport et santé », par l’encouragement des employeurs à favoriser cette pratique peut permettre de réduire considérablement la maladie et ses effets.

Le tabagisme et l’alcool continuent leur œuvre morbide auprès d’un grand nombre de nos concitoyen(e)s, avec respectivement 73 000 et 50 000 décès attribués. En complément des mesures fortes prises au cours du quinquennat (paquet neutre, hausse du prix du tabac, …), il nous faut donner aux français les moyens d’adopter des comportements à moindre risque. Connaître, comprendre et agir pour préserver sa santé cela s’apprend. La promotion de la santé à l’école notamment en déployant un réel parcours éducatif en santé est un moyen puissant. A plus court terme, il importe de faire strictement respecter la loi qui interdit la vente de tabac et d’alcool aux mineurs et d’engager de vastes campagnes d’information et d’actions de prévention. La légalisation du cannabis (interdit pour les mineurs) permettra enfin d’engager une véritable politique de prévention en lui affectant les centaines de millions d’euros aujourd’hui consacrés à la lutte contre les trafics. La toxicité du cannabis mis sur le marché sera également mieux contrôlée.

Prévenir le cancer, c’est aussi lutter avec fermeté contre l’exposition à des produits toxiques dans sa vie quotidienne, dans l’alimentation, l’air que l’on respire, et dans l’exercice de sa profession. L’interdiction des pesticides nocifs protégera non seulement les consommateurs mais aussi les agriculteurs et leurs familles qui y sont surexposés.  La même détermination sera employée dans la lutte contre tous les perturbateurs endocriniens dangereux eux-aussi à l’origine de maladies graves dont certains cancers, en France et à l’échelle de l’Union européenne.

Le pilier de la lutte contre les inégalités c’est rendre accessible à tous les traitements du futur.

La recherche a fait des progrès fulgurants dans ce domaine. L’innovation thérapeutique et la révolution génomique sont prometteuses. Cependant les coûts de certains traitements sont parfois exorbitants. L’accès à ses molécules qui représente un espoir pour les malades doit être garanti par la puissance publique. Plusieurs mesures y contribueront.

  • Pour plus de transparence, les associations de patients, les professionnels de santé et les élus de la République devront être associés au processus de fixation des prix.
  • C’est aligner les prix des nouveaux médicaments moins utiles sur ceux qui existent déjà (et dont le service médical rendu est équivalent) pour recentrer le financement public vers les nouvelles molécules les plus efficaces.
  • Enfin, si jamais certains laboratoires refusaient de baisser leur prix, je n’exclue pas d’en autoriser d’autres à produire ces médicaments innovants sous forme de génériques grâce au levier légal de la « licence d’office » autorisée par l’organisation mondiale du commerce depuis plus de quinze ans quand la santé publique d’un pays l’exige.

Le  pilier humain c’est aussi soulager la fin de vie.

Parce que l’issue du cancer, malgré l’augmentation des guérisons et les progrès sur la prise en charge de la douleur, peut être fatale, de grands progrès ont été réalisés dans notre pays en matière de soins palliatifs. Pour permettre une fin de vie digne pour les personnes atteintes d’une maladie incurable et qui le demandent, je créerai le droit à une aide médicale à mourir. La dignité est un droit primordial qui doit être garanti tout au long de la vie, y compris dans les moments les plus difficiles.

Le QUATRIÈME PLAN CANCER c’est lutter contre la maladie sur tous les fronts.

Renforcer la prévention notamment par l’activité physique et l’éducation à la santé,

  • Lutter contre les inégalités territoriales d’accès aux soins mais aussi de dépistage,
  • Favoriser l’accès à l’innovation notamment thérapeutique,
  • Continuer à améliorer les conditions de vie des patients malades et guéris.
  • Poursuivre les efforts de recherche pour mieux comprendre la maladie.

Benoit HAMON rencontrera dans les semaines qui viennent des personnes malades et des professionnels de santé pour approfondir la réflexion.

Après le 29 janvier, se rassembler


Voici le texte que j’ai signé avec Jean-François DEBAT et plusieurs élus de la Région Auvergne-Rhône-Alpes :

« Les citoyens, nombreux, se sont exprimés : dans un contexte politique difficile, le fait que plus de 2 millions d’électeurs se soient déplacés montre que la gauche de gouvernement, autour du Parti socialiste, existe toujours malgré les cassandres et que le PS, même s’il traverse à l’évidence une période difficile, n’est pas mort.

La victoire de Benoît HAMON est claire et nette. Nous, élus socialistes, avons soutenu Manuel VALLS au cours de cette campagne. Nous le remercions chaleureusement de son action à la tête du gouvernement, aux côtés de François HOLLANDE, et d’avoir porté, dans cette campagne, le bilan d’une action et un projet pour la gauche qui n’oppose jamais le cœur et la raison, la création de richesse et son partage, l’avenir de la France et celui de l’Europe.

Pour nous, il n’y a pas d’ambiguïté : Benoit HAMON est le candidat des socialistes et nous le soutiendrons dans cette campagne contre la droite et le Front national.[...]

Nous ne concevons la politique que comme une démarche collective et les aventures individuelles ne mènent jamais loin. Affaiblir le Parti socialiste en le quittant pour aller voir ailleurs n’est pas notre choix.

Nous demandons à Benoit HAMON, parce qu’il a la responsabilité de rassembler les socialistes, les écologistes et la gauche de gouvernement, de tenir compte des 41% d’électeurs qui ont fait un autre choix que le sien. La compétitivité de notre économie et notamment des PME, la maîtrise des impôts des familles modestes et moyennes, la relance de l’Europe, sont compatibles avec le projet social et écologique sur lequel il a fait campagne. Nous lui demandons aussi de défendre les avancées indéniables du quinquennat qui s’achève, notre bilan collectif, qui ne peut être réduit à ce qui nous a divisé. Le rassemblement sur un socle de valeurs communes n’est jamais, pour les socialistes, un reniement pour personne. La mobilisation collective, la nôtre, celle des militants, sera d’autant plus forte que ces signes auront été réalisés.

C’est parce qu’il a su incarner une espérance dans une société française et une gauche souvent déboussolées que Benoit HAMON l’a emporté. Il lui revient, et nous sommes prêts à y participer, de traduire cette espérance en projets concrets et réalisables dans les 5 ans à venir, pour déjouer les pronostics et faire gagner la gauche. »

Les signataires :

Olivier BIANCHI (Maire de Clermont-Ferrand), Jean-Paul BRET (Maire de Villeurbanne), André CHAPAVEIRE (Conseiller régional Auvergne-Rhône-Alpes), Jean-François DEBAT (Maire de Bourg-en-Bresse, Président du groupe Socialiste, Démocrate, Ecologiste et Apparentés au Conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes), Christian DUPESSEY (Maire d’Annemasse, Conseiller régional Auvergne-Rhône-Alpes), Thierry PHILIP (Maire du 3ème arrondissement de Lyon), Philippe REYNAUD(Conseiller régional Auvergne-Rhône-Alpes, Adjoint au Maire de Tignieu-Jameysieu), Marie-Hélène RIAMON (Conseillère régionale Auvergne-Rhône-Alpes, Conseillère Municipale de Roanne), Hervé SAULIGNAC (Président du Conseil Départemental de l’Ardèche, Conseiller régional Auvergne-Rhône-Alpes)

Madame MAY(BE) n’est pas très cohérente


J’ai écouté (in english) le discours de Theresa MAY qui s’exprimait enfin « clairement » sur le Brexit. Le divorce dur retenu par la presse est, en réalité, un tissu de contradictions.

Madame MAY veut quitter l’Europe  mais « les mêmes règles pour les travailleurs s’appliqueront après le Brexit, comme avant ». Décriées sans relâche par les gouvernements britanniques, voilà que les règles européennes « donneront aux travailleurs le maximum de sécurité ». Le monstre bureaucratique n’avait donc pas que du mauvais.

Madame MAY(BE) annonce son intention de quitter l’union douanière et son marché de 500 millions de consommateurs où, en 2016, les entreprises britanniques ont écoulé 50 % de leurs exportations sans aucun droit de douane. Après avoir dit cela, elle exprime son intention de garder « la liberté des échanges des biens et des services » en prenant les négociateurs européens pour des pigeons qu’ils ne sont pas ! Et pour conclure, après quitté l’Europe, elle veut profiter « des opportunités d’un monde plus large ».

Comment une Grande Bretagne « encore plus ouverte sur le monde » peut-elle se passer d’un marché de 500 millions de consommateurs ? Comment ceux qui ont dit « non » à l’Europe pour condamner la mondialisation peuvent-ils accepter ce discours, inaudibles pour ceux, de plus en plus nombreux, qui pensent qu’il faut trouver un moyen de revenir au point de départ sans perdre la face.

Quand on y regarde bien, Madame MAY parle comme THATCHER mais, de mon point de vue, c’est toujours MAY… BE (qui signifie « peut-être » en français).

Lutte contre le harcèlement sexiste


Je relaie aujourd’hui la nouvelle campagne de communication du Sytral dans la lutte contre le harcèlement sexiste.

Haute en couleur, cette campagne interpelle les agresseurs à travers 5 visuels dénonçant les atteintes sexistes.

En effet, faisons tous bloc face au sexisme :

sytral1

sytral2

Mes derniers interviews sur la qualité de l’air


Vendredi dernier, je répondais à Gérard Angel dans “Les coulisses du Grand Lyon”. Voici un lien vers mon interview :

Ecouter “Les coulisses du Grand Lyon : intw T. PHILIP

Et vers l’article de Lyonmag.com : “Le problème n’est pas le pic de pollution mais d’améliorer la qualité de l’air”

Le numéro de février de Lyon Capitale, actuellement en kiosques, consacre un dossier à la pollution atmosphérique. Je réponds aux questions de Florent Deligia sur ce qui est entrepris sur le territoire de la Métropole.

lyoncapitale_fev2017o_page_1lyoncapitale_fev2017o_page_2

Et maintenant ?


La victoire de Benoît HAMON est nette et la participation montre que le Parti Socialiste n’est pas mort même si, à l’évidence, il est dans une période difficile.

Je veux d’abord rendre hommage à Manuel VALLS, notre premier Ministre courageux volontaire et porteur de quelques messages qui doivent rester dans la construction du programme de notre candidat ! On ne peut pas, dans un monde globalisé, taxer les entreprises au-delà d’un certain seuil sinon, elles vont partir. On ne peut plus augmenter les impôts des classes moyennes. Il nous faut aussi dépenser pour l’armée, la police, la dissuasion nucléaire, la défense de l’Europe.  L’Europe, c’est une solution, pas un problème à supprimer. Enfin, il faut de la justice sociale et du partage des richesses et vivre ensemble autour de nos valeurs : Liberté, égalité, fraternité et laïcité.

Benoît HAMON est donc notre candidat et il doit tenir compte que s’ouvre une autre étape, celle de la discussion pour amender, tenir compte de l’avis des autres. Discuter d’abord avec les écologistes puis à gauche, avec Jean-Luc MELENCHON, et au centre avec Emmanuel MACRON.

Je continue à penser que l’avenir sera à l’intérieur du PS. Si je dois être dans l’opposition, j’y serai sans état d’âme mais ceux qui ne pensent pas comme moi, ne sont pas des adversaires, juste des camarades à convaincre. Avant de refonder le PS, il faut que notre candidat monte dans les sondages. C’est possible parce qu’il est brillant et qu’il propose des idées neuves. Cela nécessite non pas la fameuse synthèse, qui n’est plus en odeur de sainteté, mais une vraie réflexion pour tenir compte que le rêve doit persister lorsqu’on se réveille.

Merci Manuel ! En avant Benoît (fais nous rêver… mais  au réveil aussi !)

Dimanche, on vote !


Pour ceux qui ne se seraient pas déplacés au 1er tour et qui souhaiteraient voter dimanche, c’est simple, vous trouverez votre bureau de vote en cliquant ICI !

primairescitoyennes

Mes vœux aux écoliers du 3e !


Janvier rime forcément avec les traditionnelles cérémonies de vœux (cf mes posts des 12 janvier et 25 janvier).

Hier, c’est avec beaucoup de plaisir que j’ai trouvé sur ma boîte mail la carte de vœux numérique des élèves de l’école Aimé Césaire : https://tagul.com/0w7y5tw17jsu/voeux-2017

Je tenais donc à leur répondre via ce blog afin de souhaiter à la classe 10 de cette école, ainsi qu’à leur professeure, et à l’ensemble des écoliers du 3e, mes sincères remerciements ainsi qu’une très belle année 2017 !

Les vœux, c’est bien sûr l’occasion de parler de fraternité et de solidarité. La Mairie du 3ème tisse bien sûr des liens tout particuliers avec les écoles de notre territoire. Les enfants visitent la Mairie et nous participons à de nombreuses manifestations…. J’en profite d’ailleurs pour remercier Anne BRUGNERA Adjointe au Maire de Lyon, Yann BENHAYOUN et Claudine RICHNER pour les nombreux projets qui sont menés tout au long de l’année dans nos écoles.

A nouveau, merci aux écoliers pour cette douce attention !

voeux-ecole1

Retour en images sur le concert du Nouvel An


Merci à l’Orchestre d’Harmonie du Rhône pour sa superbe prestation hier soir ! Et bon vent pour représenter la France lors du World music contest 2017.