facebook_icon twitter_512x512 mail

Catégories

Commentaires récents

Sites Amis

Mes coups de coeur

Presse lyonnaise

Archives

Syndication

Le cancer : un enjeu commun pour les européens ?


Le cancer peut-il dépasser les clivages politiques et devenir un enjeu commun pour les Européens ?

Manfred Weber, candidat du PPE pour la présidence de la Commission Européenne et actuel président du groupe PPE au Parlement a décidé de faire de la Lutte contre le Cancer un projet phare pour donner aux Européens un projet commun les réconciliant avec l’Europe.

Chacun sait que je suis socialiste et que je voterai pour la liste Glucksmann/Guillaume sans aucune hésitation.

Pourtant j’ai accepté de cosigner l’appel de Manfred Weber et même de participer à une conférence de presse avec lui car je pense que le cancer n’est ni de gauche ni de droite et que l’enjeu en vaut la peine.

Dans les deux prochains blogs, je vous donnerai mes raisons, puis le texte de l’appel de Manfred Weber traduit en français.

Assemblée générale du Mémorial de la Maison d’Izieu


Je reproduis ici le diaporama résumant le rapport d’activité annuel du directeur, Dominique Vidaud.

Ce rapport vous permettra de savoir exactement ce que nous avons fait en 2018 et quelles sont nos priorités.

presentation-ag2019

Noeud Ferroviaire Lyonnais


La parole aux sénateurs socialistes de la Région Rhône-Alpes sur le Nœud Ferroviaire Lyonnais

nfl-tribune-annie-guillemot-et-gilbert-luc-devinaz


COMMENT L’EMBRYON DEVIENT FEMININ


Des scientifiques français révèlent les premières étapes  de l’inactivation du chromosome X, un processus indispensable au bon développement des embryons femelles. Ce phénomène n’avait jamais été observé avec une telle précision dans le temps et dans l’espace.

L’ADN d’une cellule contient toutes les informations nécessaires au développement d’un organisme entier. Mais pour que l’organisme se développe correctement à partir d’une cellule-œuf, il faut que chaque information s’exprime au bon moment, et non toutes les informations en même temps. C’est pourquoi des mécanismes biologiques agissent au cours du temps comme des interrupteurs, pour activer ou désactiver différentes séquences d’ADN.

L’un des exemples les plus frappants de ce processus est l’inactivation d’un chromosome X chez des mammifères femelles. En effet, chaque cellule d’un mammifère femme contient deux exemplaires du chromosome X (alors que celles des mâles contiennent un X et un Y). Pour que les femelles se développent correctement, il faut que la majorité des gènes d’un des deux chromosomes X soient désactivés. Ce processus implique des modifications chimiques de protéines liées à l’ADN appelées histones. Mais quelles sont ces modifications précisément, dans quel ordre ont-elles lieu et comment conduisent-elles à l’inactivation des gènes ?

Des chercheurs de l’équipe d’Edith Heard, spécialiste mondiale de ce phénomène au laboratoire  Génétique et Biologie du Développement (Institut Curie/CNRS/INSERM/ Sorbonne Université) ont décrit la chorégraphie que composent l’ADN et les protéines qui lui sont liées afin de réduire au silence certains gènes. L’équipe a observé les toutes premières modifications des histones qui interviennent dans l’inactivation des gènes. Elle a ainsi vu qu’une des modifications, l’acétylation, c’est-à-dire l’ajout d’un petit groupe d’atomes acétyles, sur les histones, est très rapidement enlevé par un enzyme appelé HDAC3. Il apparaît aussi que, contrairement à l’hypothèse dominante, l’enzyme HDAC3 est liée d’avance au chromosome X et que son action est nécessaire au processus d’inactivation.

Une autre modification, l’ubiquitination, autrement dit l’ajout de protéines appelées ubiquitines, serait une autre étape précoce de l’inactivation des gènes du chromosome X.

L’inactivation du chromosome X requiert donc de nombreuses modifications qui ont lieu dans un ordre précis. Tous les gènes ne sont ainsi pas affectés de la même façon. Certains sont réduits au silence très rapidement tandis que d’autres échappent à l’inactivation. Reste à savoir comment certains gènes échappent à l’inactivation du X et d’autres non.

Retour au travail après un cancer


Le maintien et le retour à l’emploi est une des priorités du 3ème plan cancer en cours. Le SEST (Service aux entreprises pour la santé au travail) vient de décider de soutenir le programme RATAC de l’Institut Curie.

RATAC veut dire Retour Au Travail Après un Cancer.

Le programme dure 2 mois et accompagne les patients guéris au moment où, après une longue interruption, ils reviennent au travail.

La Recherche/Action de Curie est dirigée vers la personne qui a été malade mais vise aussi à sensibiliser les dirigeants et les collègues vis-à-vis des difficultés que peut rencontrer une personne qui vient de traverser l’épreuve d’une longue maladie.

On guérit 60% des femmes et 50% des hommes, les progrès sont constants et le retour au travail, c’est à dire à une vie normale, est un enjeu majeur qui doit faire l’objet de recherches et donc de nouveaux progrès.

Les savants cachent-ils trop leurs émotions ?


Passionnante conférence de Françoise Waquet que l’on peut retrouver sur : https://www.franceculture.fr/emissions/la-conversation-scientifique/les-savants-cachent-ils-trop-leurs-émotions

C’est une banalité de dire que la sensibilité, l’émotivité et l’imaginaire sont à la source de la créativité artistique. Il est moins fréquent de le dire à propos de la science. La science est souvent présentée – donc souvent pensée – comme un monstre froid justement capable d’exorciser tout ce qui relève du registre de la subjectivité et des affects. L’idée est que la quête de l’objectivité réclamerait aux âmes savantes la plus grande neutralité possible, au prix d’une sévère platitude émotionnelle. Il n’y a qu’à voir les manuels ou les publications scientifiques : on y parle de phénomènes objectivés, de lois épurées, de formalismes enserrés dans le corset de la rigueur, mais on n’y évoque guère les états d’âme ou les pensées rêveuses de ceux qui font la science.

Tout cela est bien caché ou efficacement refoulé.

Mais si l’on pouvait soulever un coin de ce voile très pudique, que découvrirait-on ? Vous le trouverez en écoutant Françoise Waquet.

Hors série du Monde que je recommande


marie-curie-hors-seriePremière femme admise en Sorbonne au rang de professeure et première à recevoir le prix Nobel, Marie Curie est la première scientifique deux fois récompensée par l’Académie suédoise ; elle reste la seule femme lauréate de cet exploit.

Alliant textes, citations, images d’archives mais aussi de nombreux schémas commentés, cette monographie rédigée par une scientifique retrace, avec le concours d’une historienne et d’une chimiste du CNRS attachées au Musée Curie, le parcours de cette gloire française née à Varsovie en 1867 sous le nom de Maria Sklodowska. Par la découverte de la radioactivité, du polonium et du radium, elle transforma à jamais la science mais aussi la médecine. Panthéonisée aux côtés de Pierre, son mari, par la patrie “aux grands hommes reconnaissante”, elle n’en fut pas moins une femme passionnée et engagée, à la vie pleine de fougues et de foudres.

Une Jonquille pour Curie


630 000 euros au profit de la recherche fondamentale contre le cancer grâce à une « Jonquille pour Curie ».

Lancée le 12 mars dernier, cette campagne a mobilisé de nombreux partenaires et le résultat est le meilleur jamais obtenu par « une Jonquille pour Curie ».

2000 coureurs et marcheurs ont participé à la traditionnelle course solidaire.

60 000 km ont été parcourus sur des vélos solidaires.

400 bénévoles ont donné de leur temps pour la réussite de l’opération.

105 000 euros ont pu être reversés à l’Institut Curie grâce à l’opération arrondie en caisse dans les magasins Truffaut.

17 141 bulbes de jonquilles ont été vendus à travers la France.

Je ne peux pas remercier chacun mais je veux citer la Fondation Swiss Life, Truffaut, Bioderma, Banque populaire Rives de Paris et Paris la Défense, Ma Santé Facile, la Compagnie des Fromages & Riches Monts, Nickelodeon, Bien-être & Santé, le Journal des Femmes, Doctissimo, Notre Temps, RTL2, Fun Radio, la Mairie du 5EME, l’Académie de Paris et la Fédération Française de Rugby ainsi que tous nos parrains.

Au nom de tous les autres.

24 avril : commémoration du génocide arménien


Lors du diner annuel du conseil de coordination des organisations arméniennes de France, le Président de la République a tenu une de ses promesses de campagne en créant cette journée nationale.

La traque assassine de 1915 est un des premiers génocides du 20ème siècle et les discussions entre crime contre l’humanité et génocide ont souvent pris le crime perpétué contre les arméniens comme exemple pour définir le génocide.

Le génocide c’est l’élimination physique intentionnelle totale ou partielle d’un groupe national, éthnique ou religieux.

Le crime contre l’humanité est un crime touchant aux droits fondamentaux d’un être humain.

Un livre excellent que je vous recommande de Philippe Sand « Retour à Landberg » (Editions Albin Michel) permet de bien saisir à propos du procès de Nuremberg la différence entre ces deux concepts fondamentaux du droit international.

Le crime contre les Arméniens est un génocide.

Sans commentaire


img_1310

IMMENSE TRISTESSE


notre-dame
Un morceau de l’histoire de France s’est effondré après 800 ans.

L’émotion est mondiale, c’est le patrimoine de l’humanité qui est en flamme.
La cathédrale de Reims bombardée en 1914 a été reconstruite et Notre-Dame sera reconstruite.
Il est trop tôt pour en dire plus sur ce monument où Napoleon a été couronné et où De Gaulle a chanté un “te deum” si impressionnant et où le jour de sa mort le monde entier s était réuni.
Espérons ….

“Notre-Dame est aujourd’hui déserte, inanimée, morte. On sent qu’il y a quelque chose de disparu. Ce corps immense est vide ; c’est un squelette ; l’esprit l’a quitté (…), voilà tout.

C’est comme un crâne où il y a encore des trous pour les yeux, mais plus de regard”.   Victor Hugo (”Notre-Dame”)

La campagne du Parti Socialiste est lancée pour les Européennes


La parole à Yann Combecque, premier secrétaire fédéral :

« C’est une grande satisfaction et une joie sincère de voir Sylvie GUILLAUME, vice-présidente du parlement européen, être en position de première femme sur la liste des candidats socialistes aux européennes, adoptée au Bureau national et qui a été votée par les militants le 2 avril prochain. Je me réjouis également qu’Eric ANDRIEU, eurodéputé du Grand Sud-Ouest, premier vice-président de la commission Agriculture et développement durable, président de la commission PEST, soit en position numéro 1 du côté des hommes.

Avec ce tandem, le PS propose de mettre au service des combats communs, aux côtés de Raphaël Glucksmann, nos forces expérimentées, qui connaissent déjà bien les leviers d’influence si particuliers des institutions européennes, qui ne lâchent ni leurs dossiers, ni leur famille politique, ni leurs territoires.

Le PS a mis en tête de notre liste des eurodéputés particulièrement actifs et pugnaces au Parlement européen sur les conditions d’accueil des migrants et d’asile européen, des libertés civiles et droits de l’homme pour Sylvie GUILLAUME, sur la lutte contre les pesticides et néonicotinoïdes tueurs d’abeilles ou sur la refonte profonde de la PAC pour Eric ANDRIEU.


Le PS vient d’envoyer un message clair aux citoyens : la volonté de peser sur les décisions européennes, la volonté de faire bouger les lignes, la volonté de donner de l’efficacité, dès le lendemain du scrutin, aux combats écologiques, sociaux, démocratiques que nous souhaitons porter de la manière la plus large possible.

Le PS démontre aussi aux militants socialistes que le rassemblement et l’ouverture ne signifient pas l’effacement de notre parti »

EUROPE : ne pas désespérer


Malgré le Brexit et la technocratie bruxelloise, il ne faut pas désespérer de cette si belle réalisation qui nous assure la paix et un poids dans le Monde.

Pour le Brexit, Michel Barnier a eu la confiance de tous et l’Europe a parlé d’une seule voix pendant toute la phase des négociations.

L’amende record affligée à Google pour abus de déposition dominante démontre que l’Europe sait parler d’une seule voix.

L’invitation d’Angela Merkel et du président de la commission à l’Elysée où le président Chinois comptait voir Emmanuel Macron seul est la preuve de la prise de conscience du danger chinois et de la nécessité de faire front commun devant la stratégie expansionniste de la Chine.

Il ne faut donc pas désespérer de l’Europe !

Le message de Beate Klarsfeld sur l’Europe


Je vous laisse découvrir

vid-20190408-wa0001

75e anniversaire de la Rafle d’Izieu


Le 6 avril, le Mémorial des Enfants d’Izieu a commémoré le 75ème anniversaire du crime contre l’Humanité de Klaus Barbie.

Je souhaite partager avec vous mon discours à cette occasion. 6-avril2019

vid-20190408-wa0000

vid-20190408-wa0002

GRAND DEBAT ET APRES ?


LA PAROLE AU PRESIDENT

Référendum d’initiative populaire, baisse de la TVA, lutte contre les déserts médicaux, rapprocher l’administration du terrain, supprimer les privilèges (chez les autres bien sûr !), désenclaver les territoires, ces thèmes s’ajoutent à la question de l’ISF, du vote blanc, du tirage au sort, des taxes sur le kérosène.

C’est maintenant au président et au gouvernement de s’exprimer, de faire des choix.

Cela ne sera pas facile …

GRAND DEBAT ET APRES ?


TAXER LE KEROSENE

L’avion est le mode de transport le plus polluant (avec les gros bateaux de croisière). Il est responsable de 3% des émissions mondiales de CO2. Le kérosène est le carburant le moins taxé et pourtant comme le disent les gilets jaunes ce sont les « privilégiés » qui prennent l’avion (est-ce toujours vrai ?).

Cette décision sera difficile voire impossible à mettre en œuvre au niveau mondial ou européen mais la France peut le faire sans problème sur son territoire.

Mais faut-il le faire ?

Certes cela rapporterait 800 millions d’euros par an mais cela fragiliserait les entreprises françaises et en particulier Air France. Les taxes représentent déjà 30% du prix d’un billet.

Au total : A mon avis, bonne mesure mais impossible à mettre en œuvre dans « le village gaulois ». Il faut convaincre l’ensemble des pays de le mettre en œuvre ensemble sinon « on se tire une balle dans le pied ».

GRAND DEBAT ET APRES ?



LE TIRAGE AU SORT

Ce serait le retour à la démocratie athénienne. Cette aspiration est revenue souvent dans le grand débat.

A ceux qui s’inquiètent de ce que cela peut donner, il faut rappeler que les jurés d’assises sont tirés au sort « au nom du peuple français ». On peut dire que cela renforce l’emprise des technocrates et ici des juges mais les verdicts sont décidés par des citoyens motivés et compétents.

Si les citoyens tirés au sort ont un mandat limité dans le temps, si des formations sont prévues, s’ils sont indemnisés correctement, je n’y suis pas défavorable car eux au moins vivront le mandat en cours (non renouvelable) et ne passeront pas leur temps à réfléchir au coup d’après.

Alors pourquoi pas et pourquoi ne pas commencer par un mandat local à titre expérimental.

Grand débat et après ?


Reconnaitre le vote blanc

Depuis 2014, les votes blancs sont dénombrés mais pas comptabilisés dans les suffrages exprimés.

Le vote blanc aurait changé l’élection de François Hollande. La constitution impose que « le président est élu à la majorité absolue des suffrages exprimés ».

Et si les votes blancs sont majoritaires on fait quoi ?

Faut-il alors rendre le vote obligatoire (comme en Belgique) ?

On voit à la fois que la question est légitime et que ce n’est pas si simple sur le plan pratique.

Grand débat et après ?


Faut-il rétablir l’ISF ?

C’est le leitmotiv du grand débat, le sujet qui revient systématiquement : « il faut faire payer les riches ».

Alors l’ISF … mais tout le monde a oublié la tranche supérieure d’impôt à 45% à laquelle il faut ajouter CSG et CRDS. Il faut aussi intégrer la surtaxe de 3% pour les revenus supérieurs à 250.000 euros et celle de 4% au-delà de 500.000 euros.

C’est le taux le plus haut d’Europe derrière la Suède.

Alors pourquoi l’ISF, comme le réclame comme un symbole les partis d’opposition ou plutôt taxer les très grosses successions ou les deux ?

Au moment où le Brexit demande d’attirer les entreprises qui quittent l’Angleterre, j’avoue être mesuré.

Peut-être un compromis pourrait-il se dessiner ?

On augmente l’ISF sauf si l’on investit la somme prévue dans les PME ou si on fait un don aux associations comme, par exemple, les dons aux Fondations … comme Curie.

Faire payer les riches, c’est bien mais diminuer les impôts pour les classes moyennes et donc faire des économies dans les dépenses publiques on n’y coupera pas. Il faudrait bien qu’une fois un gouvernement ait le courage de s’y attaquer.