facebook_icon twitter_512x512 mail

Catégories

Commentaires récents

Sites Amis

Mes coups de coeur

Presse lyonnaise

Archives

Syndication

L’OL en Champions League


L’OL va retrouver les soirées de septembre à décembre, et, j’espère, du printemps, de la plus belle compétition européenne.

Le Groupama Stadium a été fait pour cela, et c’est un vrai succès quand on sait qu’une des deux places est “bloquée” par le PSG.

La 3ème place conduit normalement à un tour préliminaire qui sera plus facile sans les grands italiens, anglais et espagnols, mais la victoire de l’Atlético en Europa League offre à l’OL une qualification directe grâce aux points UEFA du PSG, de Lyon l’an dernier, de Marseille, de Monaco et de Saint Etienne, club qui a toujours respecté l’Europa League.

Avec une équipe très jeune, Bruno GENESIO a fait un grand et beau travail. C’est un vrai lyonnais et il fait partie de l’identité du club avec les jeunes sortis du meilleur centre de formation de France.

Il est évident pour moi qu’il faut garder GENESIO et, on aime ou on n’aime pas les tweets de Jean-Michel AULAS, mais il faut reconnaître sa capacité à construire et à reconstruire, et peut être et surtout sa capacité à gérer les périodes de crise.

Tout le monde sait que mon club de cœur c’est l’ASSE, mais je serai fier et heureux d’aller à ces belles soirées européennes l’an prochain pour supporter Lyon.

Quand on aime le foot (qui n’est pas la guerre) on peut supporter plusieurs clubs !

Pourquoi notre ADN ne détermine pas nos vies


J’ai lu et je vous conseille le très beau livre de Joël DE ROSNAY, « La symphonie du vivant », qui explique l’épigénétique d’une manière simple et juste.

D’une certaine façon cela veut dire que nous pouvons maîtriser le cours de notre existence en faisant du sport, en mangeant correctement et en évitant les toxiques identifiés. Joël DE ROSNAY montre que nous pouvons aussi agir sur la société avec ce que l’on appelle l’ADN sociétal, qui peut être modifié par le jeu complexe des acteurs qui le composent.

Notre programme ADN hérité de nos parents peut être exprimé, inhibé ou modulé par notre comportement et le comportement de ceux qui nous entourent.

La génétique, c’est la partition d’une symphonie, mais l’épigénétique,c’est l’interprétation de l’œuvre qui peut varier d’un chef d’orchestre à l’autre.

Nutrition, exercice, antistress, plaisirs et harmonie sont pour Joël DE ROSNAY les chapitres pour nous aider à interpréter la partition que nos parents nous ont confiée.

Le plus beau chapitre pour moi est celui intitulé « Lamarck et Darwin la réconciliation » où il explique que le débat entre l’inné et l’acquis est dépassé, puisque ce qui est acquis par une génération peut être transmis à la génération suivante.

Lisez ce livre, c’est vraiment un beau livre, bien écrit et facile à comprendre.

Comment réindustrialiser la France ?


De plus en plus d’entrepreneurs et de jeunes innovent en France et pourtant nous avons du mal à créer à nouveau de l’industrie.

La première raison c’est que nous sommes un pays de PME, de sous-traitance et donc d’entreprises beaucoup trop petites. Dans le domaine de la Santé, de l’Aéronautique, et de l’Automobile nos PME n’y arrivent plus.
Il faut regrouper les PME, accompagner la robotisation et la numérisation et copier l’Allemagne qui, eux, ont réussi à avoir des PME de taille moyenne.

La deuxième raison, c’est la trésorerie et donc les fonds propres qui permettent l’investissement indispensable pour tenir la concurrence.
La solution, ce sont nos start-up qui doivent devenir des PME et des groupes de PME et encore une fois c’est une question de fonds propres, donc d’aides rapides des banques publiques et privées.

Les jeunes entrepreneurs prennent des risques. Il est urgent que les banques publiques et privées en prennent aussi pour les aider.

La réindustrialisation de la France est à ce prix (du courage et de la prise de risques).

Allez l’OM !


Ce soir à Lyon, c’est la finale de la ligue Europa.

Comme beaucoup de Lyonnais, je n’ai pas de billet et je regarderai le match à la télé. Beaucoup, ici à Lyon, pensent qu’il vaut mieux une victoire de l’Atletico qui donnerait trois places directes en Champions League à la France et donc à l’OL mais, si l’OM gagne, la France peut avoir 4 clubs en Champions League, ce qui serait historique.

Personnellement, je suis pour les clubs français qu’ils s’appellent ASSE, OL, PSG, Bordeaux ou OM quand ils jouent en Europe.

En plus, j’avoue que j’aime bien l’OM qui a un public fabuleux que seul Strasbourg peut être peut challenger.
Alors allez la France et que Dimitri Payet comme moi puisse soulever la Coupe !


europa_league

GAFA : vous connaissez ?


GAFA, c’est l’acronyme pour Google, Apple, Facebook, et Amazon. La France n’arrive pas à réunir les Européens (et pour cause, voir l’Irlande et le Luxembourg…) sur la question pourtant capitale de leur taxation.
Au-delà de la question de la taxation du numérique, c’est l’indépendance de l’Europe et sa capacité à défendre ses intérêts qui est en jeu. Et compte tenu de Monsieur « America First », on se couche ou on se défend.
Les Allemands ne sont pas très agressifs sur cette question et se contentent de parler de la question morale sans aller jusqu’à la question technique (comment on fait ?).
La commission propose une taxe « provisoire » de 3% sur les ventes pour récupérer une partie des recettes fiscales qui lui échappent aujourd’hui.
Si on ne veut pas voir augmenter encore le vote eurosceptique l’année prochaine, il est capital d’aboutir rapidement (chiffres d’affaires ? bénéfices ? Ce n’est pas la même chose) et de choisir évidemment le chiffre d’affaires.
A l’heure de la décision de D.TRUMP d’interdire à des entreprises non américaines de bénéficier des marchés en France, il est capital de réagir et pas seulement sur les GAFA.
L’Europe joue son avenir à mon avis sur sa capacité à réagir dans les semaines qui viennent.

Le conseil scientifique de Curie


Le Conseil scientifique de l’Institut Curie est une instance de gouvernance au même titre que le Conseil d’administration ou de surveillance. Bien que cette instance n’ait pas de rôle décisionnel, il n’en est pas moins déterminant.

Jusqu’alors, le Conseil scientifique évaluait et conseillait l’Institut Curie sur sa stratégie de recherche et j’ai eu à cœur d’élargir son périmètre. Il a désormais toute légitimité pour conseiller ou critiquer n’importe quel aspect de la stratégie de l’Institut Curie, que ce soit de la science, de la médecine, de la gestion ou de l’immobilier. Il s’inscrit dans la stratégie globale et chaque collaborateur peut être amené à y expliquer son projet. Chacun peut y être critiqué, y compris le président, y compris les directeurs.

Son rôle est donc central et, depuis 4 ans, nous nous attachons à suivre d’aussi près que possible les recommandations formulées à l’issue de chaque réunion. Les prochains statuts de l’Institut Curie ne modifient pas cette instance, ni sa composition, ni son rôle. Le bilan de la dernière réunion est très bon.

Concernant l’Ensemble hospitalier, le Conseil scientifique a souligné l’équilibre financier retrouvé structurellement pour la 3e année consécutive et le nombre important de nouveaux cliniciens qui participent à un renouveau. Le recrutement du nouveau directeur est également perçu positivement du fait de sa culture scientifique et de son souhait de développer la recherche clinique.

Concernant le Centre de recherche, notre conseil reste admiratif du niveau d’excellence et des succès aux ERC (les financements sur projet attribués par le Conseil européen de la recherche). Il considère que le mouvement vers plus de recherche sur le cancer et de recherche translationnelle est positif et bien enclenché.

Cette séance a été l’occasion d’évoquer avec eux les difficultés du métier de soignant et de chercheur, les contraintes familiales, le prix de l’immobilier à Paris et toutes ces questions qui font partie des enjeux à poser si nous voulons continuer à rester attractifs.

Ces quelques lignes sont importantes car j’invite chacun à Curie à prendre la mesure de la chance que nous avons de pouvoir nous appuyer sur une instance d’une telle qualité pour la définition de notre stratégie.
L’Institut Curie se porte bien, et c’est en partie à notre Conseil scientifique, à son honnêteté et à son intelligence que nous le devons.

Cancer du poumon : enfin un vrai progrès


La meilleure façon d’éviter le cancer du poumon, on le sait, c’est de ne pas fumer. Une fois déclenché, seules les rares tumeurs opérables avaient jusque-là une chance de survie (50%) car la plupart des cancers métastatiques d’emblée étaient de pronostic effroyable (5% à 5 ans).
Le KEYTRUDA vient de faire un progrès notable. Sur plus de 600 patients, les malades ayant reçu le produit d’immunothérapie ont 2 fois plus de chance d’être en rémission (sans maladie) à un an.
Le KEYTRUDA est une sorte de cache prise qui se met sur une cible de la tumeur qui empêche la réponse immunitaire d’agir. En bloquant ce récepteur on permet à l’organisme de se défendre contre le cancer, ce qu’il ne peut pas faire quand cette cible est présente.
On sait que la France a un problème, ou plutôt un parcours du combattant entre l’extension nécessaire de l’autorisation de mise sur le marché (ici associé à la chimiothérapie), et après un autre parcours du combattant pour fixer le prix. La première autorisation du KEYTRUDA avait pris un an (contre moins de 2 mois en Allemagne).
Il y a urgence ! Voilà enfin un progrès dans le traitement d’un des cancers les plus fréquents et les plus graves.

EDF a un concurrent … français


TOTAL vient de racheter Direct Energie et devient un concurrent d’EDF pour l’électricité après un achat de 2,5 milliards. La concurrence va s’accroître pour l’électricité mais aussi pour le gaz.

EDF perd déjà aujourd’hui 100 000 clients par mois mais garde 82% des parts du marché. EDF est protégé par des tarifs réglementés et par l’habitude. TOTAL affiche l’ambition de 15% des parts de marché dans 5 ans soit 6 milliards de clients (27 millions pour EDF).

La France comme d’habitude est entrée à reculons dans la concurrence mais cette fois-ci c’est en franco-français que les hostilités se déclenchent.

La concurrence n’a pas eu jusqu’ici d’effet sur les prix, car ils dépendent des taxes, du tarif d’acheminement (par EDF) et du prix de gros sur lesquels les fournisseurs n’ont pas de prise. Mais les tarifs réglementés sont destinés à disparaître sous la pression de l’Europe et le consommateur finira par être gagnant. On ne peut que se réjouir que les entreprises françaises soient en première ligne dans un marché aussi stratégique.

Nouveaux statuts à l’Institut Curie


Jusqu’ici, la Fondation avait des statuts anciens qui ne correspondaient plus aux statuts type des fondations,  et qui ne facilitaient pas un management moderne.

C’était cependant très classique, avec un conseil d’administration composé de bénévoles et d’élus du personnel, auxquels s’ajoutaient des membres de droit et des membres fondateurs (Pasteur, la famille Curie et la famille Rothschild). La partie opérationnelle était gérée par un comité exécutif (COMEX).

Dès la fin du mois de mai, nous aurons une fondation avec un conseil de surveillance et un directoire, donc 2 présidents, un pour le conseil de surveillance, qui jouera un rôle proche de celui du conseil d’administration, et un pour le directoire et qui, avec le comité exécutif, regroupera l’ancien bureau du conseil d’administration et le COMEX.

Je prendrai alors la présidence du directoire pour une nouvelle (et dernière) étape de 6 ans qui permettra de finir les 170 millions d’€uros d’investissements et de poursuivre les évolutions nécessaires pour faire de Curie le premier centre européen de recherche, de soins et d’enseignement sur le cancer.

Curie : comment cela marche ?


La Fondation Curie, c’est :

  • Un Centre de Recherche de 1200 personnes, 80 nationalités différentes qui couvrent toute la recherche fondamentale (physique, chimie, informatique, immunologie, épigénétique, biologie cellulaire …) et la biologie du cancer dans son ensemble.

    Le Centre de Recherche possède de nombreux modèles expérimentaux qui permettent de faire de la recherche translationnelle et d’aller jusqu’à l’innovation au lit du malade. 900 chercheurs sont à Paris rue d’Ulm, 200 à Orsay et progressivement à Saint-Cloud.

  • Un hôpital sur 3 sites : Paris rue d’Ulm (prise en charge globale), à Saint-Cloud (médecine de précision et parcours du patient) et à Orsay (biologie des radiations et innovation en radiothérapie).

2300 personnes travaillent sur les trois sites qui prennent en charge tous les cancers fréquents ou rares, 14 000 nouveaux patients font de nous le Centre Français n°1 et un des premiers centres européens (par exemple 4 000 nouveaux cancers du sein chaque année).

La Fondation était dirigée jusqu’ici par un conseil d’administration et un bureau, et sur le plan pratique par un comité exécutif regroupant les directeurs de l’Hôpital, de la Recherche et du Siège.

Le budget total est de 400 millions d’€uros et le projet actuel comporte 170 millions d’€uros d’investissements sur les trois sites pour rénover et augmenter les surfaces.

La Fondation est la seule structure juridique et elle gère les donations importantes, l’Hôpital assimilé à un Centre de Lutte contre le Cancer et le Centre de Recherche.

L’Hôpital est d’abord financé par l’assurance maladie via l’Agence Régionale d’Hospitalisation et le Centre de Recherche par le Ministère avec une aide considérable de l’INSERM, du CNRS et des universités.

Le budget est aujourd’hui structurellement équilibré grâce en particulier à nos donateurs.

Syrie : où va-t-on ?


La Syrie peut-elle embrasser tout le Moyen Orient et glisser de la guerre civile à la guerre régionale ?

Le risque est réel après les frappes américaines, anglaises et françaises, et après les frappes israéliennes sur les installations iraniennes près de Holms.

La politique américaine (tweet “mission accomplie” de Trump = on n’y reviendra pas) est incohérente en bombardant et en annonçant simultanément le retrait de ses (maigres) troupes au sol. La Russie a montré son incapacité à arrêter les missiles donc son retard technologique et la présence de 20 000 « gardiens de la révolution » iranienne en Syrie inquiète légitimement Israël.

La Russie ne veut pas lâcher le criminel qui a assassiné son propre peuple et qui va éventuellement continuer sans les armes chimiques à le faire.

La Russie ne souhaite pas forcément cet embrassement de la Région autour du conflit israélo-Palestinien mais son allié Iranien y a intérêt pour faire diversion à la contestation populaire, à la chute de sa monnaie et à des difficultés internes qu’ils ont du mal à masquer.

Russie et USA (et nous…) ont ouvert la boite de Pandore.

Nous refusons à juste titre de la refermer tant que le tyran sanguinaire sera à la tête de la Syrie.

A partir de là, attention danger !

Euthanasie ou soins palliatifs ?


156 députés autour de Jean-Louis TOURAINE ont récemment appelé à légiférer pour « une libre disposition de son corps », car d’après eux l’offre de soins palliatifs ne satisfait pas à la multiplicité des situations individuelles et des souffrances des personnes en fin de vie.

85 parlementaires se sont opposés à cet appel, et je partage leur point de vue. La plupart des pays interdisent l’euthanasie et la plupart des médecins ne veulent pas tuer. Cependant la Belgique, le Canada, la Suisse, les Pays Bas, le Luxembourg et certains états américains l’autorisent.

Interdire l’euthanasie n’interdit pas l’arrêt des traitements et la décision de ne pas faire d’acharnement thérapeutique avec l’accord du patient.

Le cas de Vincent LAMBERT montre que c’est difficile lorsque le patient ne peut pas donner son avis (qui a raison ? son épouse ou ses parents ? ou tout simplement ses médecins ?).

Mon expérience de l’actuelle loi LEONETTI déjà modifiée est qu’elle répond à la nécessité de soulager et de ne pas s’acharner.
L’expérience des malades qui demandent les adresses du suicide assisté et … qui n’y vont pas montre que c’est la peur de perdre le contrôle qui est redoutée, et non pas le désir de se donner la mort ou qu’on vous la donne.

Ceux qui soulagent, y compris en utilisant la « sédation prolongée » qui endort un malade qui ne peut plus se réveiller, utilisent la loi LEONETTI pour prendre en charge, pour prendre soin dans le respect de l’individu et de son avis.

Je suis de ceux-là, avec le courage d’annoncer les soins terminaux et l’arrêt des traitements, mais en ne donnant pas le droit de tuer.

Ce n’est pas mon métier.

Retour du pétrole cher


Proche de 75 dollars, le prix du baril est au plus haut depuis 2014. Ce rebond alimenté par la forte demande mondiale va obligatoirement se répercuter sur le prix de l’essence à la pompe chez nous et va augmenter l’essor des gaz de schiste aux USA avec les conséquences environnementales que l’on sait.

Les stocks des pays développés sont passés de février à avril de 17 milliards de barils à 2,8 milliards. Comme les pays producteurs ont diminué la production, ce qui est rare est cher et les prix explosent. C’est aussi simple que cela !

L’Arabie Saoudite a besoin d’un prix élevé et de financer ses gigantesques investissements et les USA avec le pétrole de schiste font tout pour diminuer la demande. Or l’Arabie Saoudite est alliée aux USA contre l’Iran, la Syrie et la Russie.

Donc, c’est la géopolitique qui décidera in fine du prix de l’essence que nous payerons à la pompe.

Les 50 000 morts oubliées


Le plan Prévention pour le Santé présenté le 26 mars comporte beaucoup de bonnes décisions, en particulier sur la lutte contre le tabagisme (si tous les jeunes de moins de 20 ans arrêtent de fumer, demain la mortalité par cancer diminuera de moitié pour cette génération) mais aussi pour la relation Santé/Environnement, la pratique du sport comme médicaments, etc…
Mais concernant l’alcool, le plan est totalement insuffisant. La loi Evin pourtant vraiment importante est minutieusement détricotée depuis et à chaque fois le Ministre de la Santé est désavoué par le Premier Ministre sous l’emprise d’un lobby hyperpuissant.
Sur un objectif affiché de 100 000 vies sauvées le Premier Ministre a abandonné en route les 50 000 victimes de l’alcool. Seuls 20% des grands alcooliques sont soignés aujourd’hui, 50% des violences faites aux femmes le sont sous l’emprise de l’alcool sans oublier les accidents de la route.
Le Président de la République a déclaré « qu’il ne fallait pas emmerder les français avec ça », ce qui est vrai pour les 75% qui ne dépassent 2 verres par jour mais les 25% d’alcooliques « doivent être emmerdés » avant d’arriver dans les hôpitaux avec une maladie mortelle ou dans les prisons après avoir tué.
Les mesures de bon sens n’ont pas été prises alors qu’elles sont énoncées clairement par l’OMS. Pourtant par exemple Agnès BUZYN avait courageusement pris position lorsqu’elle était présidente de l’Institut National du Cancer et même au début de son ministère. « L’alcool est la deuxième cause de survenue des cancers ».
Comme d’autres avant elle, le professeur BUZYN a dû (à son corps défendant) cédé devant le lobby de l’alcool et donc faire une croix sur les 50 000 morts annuels liés à l’alcool.

L’Atlas génomique des cellules cancéreuses


L’analyse détaillée de plus de 10 000 tumeurs dans 33 types de cancers vient d’être publiée dans plusieurs articles de la revue « Cell ».
Ce vaste programme, lancé il y a plus de 10 ans et financé à hauteur de 300 millions de dollars, mobilise plus de 150 chercheurs dans une vingtaine d’instituts en Amérique du Nord.
L’international Cancer Genome Consortium, auquel participent la France et l’Institut Curie grâce au soutien de l’Institut national du Cancer, apporte aussi sa contribution à cet atlas qui montre que pour une même localisation anatomique (sein, cerveau, peau, …) il existe des maladies différentes et, encore plus important… que deux cancers du sein et de la peau peuvent se ressembler sur le plan moléculaire alors que deux cancers du sein eux ne se ressemblent pas.
Evidemment, le traitement va évoluer et nos organisations aussi, car si on ne traite plus une tumeur du sein, du poumon, toute notre façon de faire doit évoluer.
Certains types tumoraux restent définis par leur localisation mais d’autres nous permettront de mieux comprendre les similitudes entre des tumeurs qui siègent à des endroits différents.
Avec l’intelligence artificielle, nous allons pouvoir croiser ces données avec toutes les informations que nous possédons et mieux comprendre pour mieux diagnostiquer et mieux traiter.
C’est une ère nouvelle de la cancérologie qui s’ouvre avant l’étape qu’on connait déjà de l’étude des cellules uniques ou plutôt une à une (single cell technics).

La parole à… Elsa PEYSSON


Hier soir, j’assistais avec émotion au pot de départ de mon ancienne directrice de cabinet à la Mairie du 3e, Elsa PEYSSON. Un départ tout relatif pour ce qui me concerne, car Elsa quitte la Mairie du 3e pour rejoindre… l’Institut Curie ! Je lui laisse donc aujourd’hui la parole, en retranscrivant le texte du très joli discours qu’elle a prononcé hier soir.

“Madame Le Maire, Cher Thierry, Chers tous,

Plus à l’aise pour écrire des discours que pour les prononcer, je vais tâcher de m’appliquer ce que j’assène depuis plusieurs années maintenant : ne surtout pas faire trop long.

Lire la suite »

Un accord historique dans un pays magnifique


Malgré un très court séjour (de vendredi soir à lundi matin), j’ai pu passer un demi-week-end à Wadi Rum et Petra

Wadi Rum qui est un canyon en plein désert avec des couleurs qui changent selon la position du soleil et son coucher fut un véritable enchantement.
Petra est une des sept merveilles du Monde moderne. Fondée par les Nabatéens il y a 2200 ans, ce site est à la fois une ville avec des habitations, un théâtre et aussi un cimetière avec des tombes creusées dans la roche.
Située sur la route de la soie, Petra était la capitale d’un royaume très puissant, arabe, puis romain en 106 après JC, puis chrétien avec la construction d’églises et de séminaires.
Après un tremblement de terre, Petra est devenue une ruine enfouie dans le sable avant qu’un explorateur suisse la redécouvre en 1812 et que progressivement les merveilles soient sorties de terre avec en particulier « le trésor », le monastère, les tombeaux, le théâtre et un extraordinaire canyon que vous imaginerez plus facilement avec les photos ci-jointes.
Ce n’est pas si loin (5h d’avion), ce n’est pas si cher (1 Dinar vaut 1 €uro et le salaire moyen est de 300 euros par mois) et tout est écrit au moins en anglais et les guides parlent un bon français.
La Jordanie est un pays magnifique. Je vous conseille d’y aller pour découvrir une civilisation, un peuple accueillant et de véritables trésors archéologiques.

jordanie-1ajordanie-2ajordanie-3a

Accord Curie et King Hussein Cancer Center


Court voyage en Jordanie à Amman pour signer un accord qui permet à l’Institut Curie d’avoir une tête de pont dans cette région du monde.
Les réfugiés syriens en particulier sont pris en charge gratuitement par la Fondation King Hussein qui nous adressera uniquement ceux (très peu) qui ne peuvent pas être traités sur place.
Le Cancer Center est hyper moderne avec de la Pédiatrie, des greffes de moelle, de la chirurgie et radiothérapie avec des appareils de grande qualité.
La Fondation est dirigée par la Princesse Ghida qui a fait un travail extraordinaire pour faire de ce centre un hôpital de niveau international qui partage avec Curie les valeurs d’hôpital à but non lucratif.
L’accord porte sur la pédiatrie, la médecine de précision, le patient partenaire, la formation en particulier et surtout sur l’installation au King Hussein Cancer Center d’un centre de Protonthérapie qui sera organisé en lien avec l’Institut Curie.
L’Institut Curie reçoit des malades du monde entier mais nous développons aussi des coopérations totalement désintéressées avec le GFAOP (Groupement Franco-Africain d’Oncologie Pédiatrique) que nous finançons chaque année en particulier pour sauver les yeux des enfants africains atteints de Rétinoblastome.
L’accueil a été plus que sympathique et l’Ambassadeur de France présent nous a expliqués que ce genre d’accord était important pour les relations Franco-Jordaniennes.
La Jordanie est le pays sage et ouvert de la région qui recherche perpétuellement la paix et qui accueille plusieurs millions de réfugiés Syriens, ce qui est important pour que l’Europe ne soit pas submergée.
Beau pays, Beau centre et rencontres de belles personnes.

blog_jordanie1

Reconnaître et lutter contre l’ambroisie


ambroisie

Si c’est gratuit, c’est que c’est vous le produit


On peut résumer le scandale de Facebook dans cette phrase. D’ailleurs, celle-ci peut aussi valoir pour Twitter, Google, Snapchat et même le WhatsApp familial. Si un service comme celui-ci là est gratuit, c’est qu’ils ne cherchent pas à nous vendre quelque chose mais qu’ils nous revendent à d’autres.

Officiellement, nous signons (d’un simple clic) des contrats que nous n’avons pas lus et qui disent effectivement que certaines de nos données seront utilisées. Par contre, personne ne sait réellement ce que veut dire « certaines ».

J’aime bien Facebook qui permet d’être en relation avec des amis éloignés et de se tenir au courant de façon intéressante de l’actualité et des réactions des citoyens. Cela dit, j’ai ouvert une fois par erreur une demande « d’amitié » d’une jolie fille qui, une fois acceptée, ne cachait plus rien de ses intentions (tarifées). Depuis, je reçois sur mon téléphone des invitations du même style et même des invitations sur Skype !

Aujourd’hui, je ne crois pas que nous puissions nous passer d’Internet et il nous faut vivre avec. Mais je crois aussi que les entreprises en question ne devraient pas pouvoir tout se permettre. Il ne faut donc plus tout leur autoriser. Il est urgent de légiférer sur le respect de la vie privée et pendant qu’on y sera (à l’Assemblée) pour avancer sur les questions fiscales de ces entreprises.

Il faut en effet que  nos députés mettent en place un gendarme d’Internet pour la lutte contre le terrorisme, bien-sûr, mais aussi pour le respect de la vie privée.

L’actuel scandale de Facebook aux USA doit nous faire réfléchir et la première conclusion, c’est qu’on ne peut plus croire sur paroles ces entreprises qui doivent, elles aussi, évoluer d’urgence au risque de disparaître.