facebook_icon twitter_512x512 mail

Catégories

Commentaires récents

Sites Amis

Mes coups de coeur

Presse lyonnaise

Archives

Syndication

Une fresque unique pour l’école Condorcet


Hier soir, était inaugurée dans la cour de l’école Condorcet, à Montchat, une fresque remarquable. Je n’ai pas pu, malheureusement, m’y rendre mais je tenais à saluer ce travail impressionnant qui donne une nouvelle vie aux murs de la cour de récréation.

Ce projet a pu être réalisé grâce à l’investissement de l’association « Roues libres » qui travaille énormément sur l’insertion d’un jeune public handicapé afin que l’on change ensemble notre regard sur ces enfants. Le choix de l’école Condorcet était donc évident. Il faut savoir que cette école est l’une des trois seules en France à offrir un enseignement en langue des signes.

C’est donc un travail collaboratif entre la Ville et l’association qui a permis cette magnifique réalisation. Cette fresque nous plonge dans un univers fantastique « à la Lewis CARROLL » composé de paysages, d’une boutique magique, d’un labyrinthe, d’une galerie de portraits de personnages et encore la carte d’un monde fictif. Bref, un formidable outil de rêve et de découverte pour nos enfants.

Cette fresque, réalisée par des artistes de qualité, n’est pas seulement une invitation à l’évasion, mais bien un outil pédagogique, un outil d’interaction entre les enfants sourds et les autres élèves. Je retiens donc particulièrement cette action construite autour du vivre-ensemble, de la sensibilisation au handicap, à la différence.

Je remercie donc sincèrement, une nouvelle fois, l’association « Roues libres » pour ce beau projet, porté par des habitants du 3e et des professeurs engagés pour faire vivre leur école

Bravo à tous !

fresque

Souvenir, souvenir : le B10


On n’oublie vite :

Aujourd’hui, on inaugure dans le 3e !


Les inaugurations, ce sont toujours des moments de fête !

Peut-être parce que l’on voit (enfin) un projet aboutir. En tant que Maire, on vient souvent me faire part d’une idée, d’une ébauche de projet. Si nous avons à cœur d’accompagner les initiatives, nous savons que certaines d’entre elles n’aboutiront malheureusement pas. Et pour d’autres, le chemin sera semé d’embuches avec ses bonnes et ses mauvaises nouvelles.

L’inauguration, c’est donc ce moment convivial où l’on constate le chemin parcouru, la satisfaction de se retrouver dans un contexte où, cette fois, il ne s’agit plus de trouver des solutions mais profiter ensemble des réalisations. En même temps, si l’inauguration est la fin d’une étape (celle de la construction), elle marque, en réalité, le début de l’histoire. C’est donc pour un Maire d’arrondissement, toujours un moment agréable.

Aujourd’hui, deux temps forts marqueront ma journée.

D’abord, en fin de matinée, je serai avec Véronique MARGERIE, Directrice du Centre Commercial  de la Part-Dieu pour inaugurer les Terrasses qui seront, cette année, sur le thème de la nature. Alors entre deux courses ou lors d’une pause déjeuner, venez découvrir cet espace sans voiture, comme suspendu, au cœur du quartier de la Part-Dieu. Si vous ne les connaissez pas, découvrez cet espace en cliquant ICI.

partdieuer

Ensuite, en début d’après-midi, c’est en vélo que je rejoindrai Gérard COLLOMB pour couper le ruban du nouvel Ehpad Constant à Montchat. Attendu depuis plusieurs années, l’Ehpad est désormais complètement rénové, moderne, accessible, à haute valeur environnementale. Inaugurer l’Ehpad Constant, c’est ouvrir une nouvelle page d’un quartier, c’est oublier les manœuvres politiciennes de certains, c’est parler du sujet âgé, c’est échanger sur l’avenir. Je ne doute pas qu’entouré du Maire de Lyon, des élu-e-s du 3ème, des responsables de l’ACPPA et de l’ARS, l’inauguration sera belle !

constant

En fin d’après-midi, retour en Mairie pour une réunion avec les services du Grand Lyon autour du projet de promenade Moncey. Ce sera sans doute un retour à la réalité et aux difficultés de mettre en œuvre  les projets. Si cette idée nous trotte dans la tête depuis maintenant plusieurs années, j’espère que les services vont pouvoir nous faire, ce soir, des propositions de mise en œuvre ! En attendant, restons patient et convaincant pour que ce beau projet puisse, lui aussi, un jour être inauguré !

Une belle journée donc qui témoigne, je crois, du dynamisme du 3ème !

De l’air, de l’air, de l’air !


Hier, lors du Conseil métropolitain, je participais à la présentation du Plan Oxygène du Grand Lyon. On le sait, la qualité de l’air est devenue un enjeu majeur en particulier pour les citadins que nous sommes. Les lyonnais y sont particulièrement sensibles et j’y suis moi-même attentif en tant que médecin et Vice-président délégué au bien-être en ville.

La qualité de l’air étant multifactorielle, il nous faut manier différents leviers pour agir à différentes échelles et concomitamment dans différents secteurs. Industrie, habitat, transports, construction, le Plan Oxygène permet à la Métropole de s’engager pleinement dans une démarche d’amélioration de la qualité de l’air : extension de 1 000 kilomètres de voies cyclables, déclassement de l’A6/A7, prime à l’acquisition de vélos à assistance électrique, doublement des espaces piétons, promotion de la rénovation énergétique des logements avec la plateforme ECORENOV, développement du numérique, innovations technologiques, etc.

Hier, c’est donc une nouvelle étape qui est franchie en matière de qualité de l’air. Cela dans l’objectif d’atteindre les seuils préconisés par l’OMS en 2030. Chacun doit se sentir concerné : au travail, au domicile, dans les choix de mobilité, vouloir un air plus pur est l’affaire de tous.

oxygene1oxygene2oxygene3

On continue…


Dimanche particulièrement excitant avec les 8ème de finale. L’ambiance était incroyable dans le stade ! Après une première mi-temps vraiment pas rassurante, le 1er but de GRIEZMANN a fini par soulager les 57 999 spectateurs…. et moi !

Il faut dire que le penalty dans les 2 premières minutes de jeux nous avait quand même mis dans une drôle d’ambiance.

Avec le doublé de GRIEZMANN, c’était alors la libération !

Nous voilà, en quart de finale. Dimanche prochain, nous affronterons l’Islande ou l’Angleterre. Jusque-là, il faut rester serein ! L’équipe de France pourra, à nouveau, compter sur ses supporters :) !

137227
315

A l’heure du Brexit


Je suis, comme vous le savez, profondément Européen. Ce résultat est à nouveau l’illustration de mes interrogations de ces dernières semaines sur la défiance générale qui traverse notre continent.

Aujourd’hui, c’est un message de tristesse et de colère face à un résultat du référendum britannique qui fragmente le royaume en deux camps.

Tristesse de voir la construction européenne régresser. Nous connaissons pour la première fois le départ d’un membre qui quitte une union fondée il y a presque 60 ans. Bien sûr, l’Europe est diverse de ses nations et les accords ne sont pas simples à trouver entre des aspirations parfois divergentes. Cependant, c’est bien ensemble que nous réussissons à l’image d’Airbus, le leader économique européen ou encore l’euro qui facilite les échanges et offre du pouvoir commercial à l’international pour nos entreprises. Les réussites de l’Union se sont banalisées et nous les oublions bien facilement.

Tristesse de voir que le référendum n’a pas été l’outil pour répondre à la bonne question. Les Britanniques ont surtout fait le choix de la défiance vis-à-vis de leurs dirigeants, de leurs inquiétudes intérieures, notamment l’immigration et son impact sociétal (travail, logement…). Non, les Britanniques ne sont pas xénophobes comme ont pu le proposer certains médias français. Non, les Britanniques ne sont pas anti-européens mais simplement en quête d’une gouvernance claire, démocratique et populaire. L’Europe fiscale, sociale et politique n’a pas du tout su prendre vie et nous le payons aujourd’hui. Par ailleurs, cela interroge la notion même de referendum qui, réalisé que trop ponctuellement, sert d’outil d’opposition à une politique générale sans répondre réellement à la question posée.

Je suis en colère face à une manipulation de la population par les partisans de la sortie. En promettant au peuple des lendemains heureux, les leaders nationalistes et conservateurs ont simplement fait fi des risques de répercussions économiques, de la perte de citoyenneté européennes pour des jeunes Britanniques qui se formaient dans toutes les universités grâce à Erasmus, des agriculteurs déjà bien délaissés par Londres qui perdent aujourd’hui les financements de la PAC… L’UE est bien plus concrète que ce qu’on a voulu en dire.

Une question me taraude ce matin : qui sera le nouveau bouc émissaire ? Ce ne sera plus la faute de l’Union Européenne. Mais alors de qui ? Des immigrés ? Des gouvernants ? Des Ecossais ou Nord-Irlandais qui s’interrogent ce matin sur leur place au cœur du Royaume plus vraiment si Uni ? En quittant l’Union, le pays a beaucoup à perdre. Peut-être bien même le ciment de fondations que l’on avait oublié dans un pays où la désindustrialisation et la fin de l’impérialisme a fait naitre de nouvelles tensions entre les différents peuples insulaires. Oui, c’était peut-être bien le sentiment européen qui permettait aux Britanniques d’être unis pour un destin commun.

Enfin, j’espère que l’Union Européenne saura s’interroger sur ce qu’elle est vraiment. Au-delà des valeurs partagées, c’est bien la question de sa politique qui est interrogée. L’Europe s’est fondée sur une construction économique tout en faisant aujourd’hui de la politique sur des bases fragiles, difficile à comprendre, avec une transparence revendiquée mais teintée d’opacité. Reformons-nous pour être à nouveau attractif, porteur de sens pour les nations européennes qui ont fait le choix de travailler ensemble. Le «nous » a plus de sens que le « je ».

L’Eveil aux métiers


Hier, c’était une journée « Mairie » avec plusieurs réunions. D’abord, avec mon équipe, ensuite avec deux associations. Une bonne partie de l’après-midi était consacrée au Projet Part-Dieu et je suis allé, ensuite, à Montchat pour participer à la cérémonie de remise de certificats de l’Eveil aux métiers.

L’Eveil aux métiers, c’est une magnifique association. Elle rassemble des artisans retraités bénévoles qui transmettent leur savoir à des jeunes. Le professionnel transmet son savoir-faire à l’enfant et ils réalisent ensemble des objets. C’est la possibilité de se réaliser manuellement. Projet intergénérationnel tourné autour de la formation, l’Eveil aux métiers de Lyon Métropole est un formidable outil pour échanger, apprendre, découvrir. Les compétences sont multiples : tapisserie en ameublement, cannage, paillage, charpenterie, ameublement, métal, électricité, mosaïque, cuisine, pâtisserie, fleuriste, maçonnerie … de quoi découvrir une palette de métiers. C’est donc toujours avec plaisir que j’échange avec les jeunes, les bénévoles et le Président, Pierre FAURE, qui font, disons-le, un travail formidable. On pouvait d’ailleurs, lors de cette cérémonie, sentir la fierté des jeunes certifiés et cela est toujours quelque chose de particulièrement agréable à voir !

Une journée qui, sous un soleil de plomb, s’est donc très bien terminée.

Un seul petit regret tout de même, ne pas avoir assisté au match Portugal - Hongrie à Lyon qui, après 90 minutes, affichait un score de 3-3 ! Mais bon, on ne peut pas tout faire !

img_2367

Should I stay or should I go ?


Dans la continuité de mes précédents posts sur les scrutins espagnols (post 22 avril) ou encore autrichiens (post du 29 avril), je ne pouvais pas ne pas évoquer le référendum sur le Brexit qui se tiendra demain.

Comme vous pouvez l’imaginer, je souhaite que le Royaume-Uni dise oui à l’Union Européenne et cela à plus d’un titre.

Tout d’abord, les îles anglo-saxonnes sont historiquement ancrées dans l’histoire européenne. Entre sa colonisation par des peuples germaniques, l’histoire de Guillaume le Conquérant, sa révolution au XVIIe siècle qui a instauré une représentation parlementaire face à la monarchie ou plus récemment son engagement lors des deux conflits mondiaux pour rétablir la paix en Europe, le Royaume-Uni fait partie de notre histoire commune. D’ailleurs, Londres a accueilli De Gaulle et la France Libre, un geste fort et gravé dans le cœur des Français.

Bien sûr, je n’oublie pas l’histoire complexe de l’intégration européenne de ce grand pays. Entre les différents d’entrée du pays, puis le rejet de l’euro, les Britanniques tiennent à une souveraineté totale et dénoncent le manque de démocratie des instances européennes. J’entends leurs questionnements mais je reste persuadé que c’est de l’intérieur que l’on peut changer le fonctionnement de l’UE. En étant en dehors, en revendiquant un protectionnisme fort (que ce soit sur les questions migratoires ou de souveraineté), la Grande Bretagne tournerait le dos à un marché unique qui ouvre des portes à ses entreprises, qui a créé des liens unique par et pour le commerce entre nations européennes.

Fête de la musique !


Comme chaque année, le 21 juin est l’occasion de la célébrer cette grande fête populaire et ouverte à tous qui se décline dans tous les coins et recoins de la ville, des plus classiques aux plus inattendus !

Après une séance du Conseil d’arrondissement, nous ferons donc un circuit sonore dans le 3e, histoire de prendre le pouls et sentir le rythme… Alors si vous ne savez pas encore où aller, suivez le guide pour découvrir :

  • des jeunes groupes de la Maison Pour Tous sur la place Guichard,
  • une performance de Capoeira par la Taverne Gutenberg sur la place Ballanche,
  • un duo festif, Place Jutard,
  • de la musique reggae, Place Voltaire,
  • une soirée Hip Hop, R’N'B et électro dans le square Sainte Marie Perrin,
  • des concerts variés sur la Place de l’Eglise à Montchat,
  • de la musique traditionnelle d’Afrique et du rap sur l’Esplanade du Dauphiné,
  • une soirée dansante « Baila con migo » sur la place Bir Hakeim,
  • mais aussi pleins de groupes amateurs aux coins des rues !

De quoi s’amuser en musique…

Espérons quand même que la pluie ne s’en mêlera pas !

La diversité du 3ème, une richesse


Samedi, j’étais invité à 3 évènements organisés dans notre arrondissement, 3 belles manifestations qui illustrent parfaitement de la richesse culturelle de nos associations :

  • Samedi matin, c’est le Centre Social Bonnefoi qui recevait un invité de marque, Ndaba MANDELA, petit-fils du prix Nobel de la Paix, qui œuvre pour transmettre les valeurs et l’héritage politique de son grand-père. Une belle rencontre !
  • En fin d’après-midi, j’accompagnais Gérard COLLOMB au marché du Ramadan organisé, chaque année, par l’association Objectif Quartiers Péri. Bain de foule, saveurs du Maghreb, c’est toujours une fête que de déambuler dans ses allées !
  • Le soir, j’étais invité, avec Jean-Louis TOURAINE, au dîner d’anniversaire et à la cérémonie de remise des diplômes de l’Institut Shao Yang, un institut de médecine chinoise traditionnelle. Danses, gastronomie asiatique… je me suis plongé, là aussi, dans une nouvelle culture, un nouveau brassage culturel.

En fait, ce samedi était une vraie journée de voyages en plein cœur du 3ème arrondissement ! Je crois que c’est aussi pour cela que j’aime temps cet arrondissement !

img_2309

img_23121

20160618_18003420160618_184336

shaoyang

J-8 : Soutenez la Taverne Gutenberg !


Située au cœur du quartier Moncey, entre les berges et la place Bahadourian, la Taverne Gutenberg est un lieu alternatif dédié à la jeune création. Avec une sérieuse et dynamique équipe de bénévoles, la Taverne ouvre ses portes à des expositions collectives. Elle se fait aussi l’écho des grands évènements de la Ville, en résonance aux Nuits Sonores, à l’Original, au Lyon BD Festival…

Pour poursuivre ses activités, la Taverne s’est lancée récemment dans une campagne de crowdfounding ! Aujourd’hui, à J-8, ils sont à 71 % de leur objectif !

Alors, je vous propose :

1.       Si cela n’est pas encore fait, d’aller découvrir ce lieu étonnant au 5, rue de l’Epée

2.       Une fois visitée, de le soutenir en cliquant ICI

taverne

Allez l’Ukraine !


Hier, la Mairie du 3ème, dans une ambiance particulièrement conviviale, recevait la communauté ukrainienne à l’occasion de sa venue dans le cadre de l’EURO. En partenariat avec l’association Ukraine 33, nous avons eu le plaisir d’accueillir le Consul, M. SOBKO, ainsi que le chef de projet UEFA de la fédération ukrainienne de football, M. LASHKUL.

Plus de 200 personnes étaient présentes pour fêter ensemble le sport, la culture et les échanges fraternels entre ces deux pays. J’entends encore ces magnifiques chants ukrainiens qui ont raisonné dans notre salle des mariages ! Un bel échange !

Alors, ce soir, c’est sûr, je serai pour l’Ukraine !

Ci-dessous quelques photos souvenirs :

img_384008130681074

Eternelle ASVEL !


18e titre de Champion de France pour une équipe de Lyon-Villeurbanne qui fait honneur à notre Métropole.

Je suis fan de l’ASVEL depuis longtemps et je me souviens encore des matchs avec Alain GILLES à Gerland ou avec Delaney RUDD à l’Astroballe. J’ai pu assister au match décisif contre Monaco en demi-finale et découvrir une nouvelle équipe avec un Charles KAHUDI phénoménal (qui vient d’ailleurs de faire un don au Centre Léon Bérard, bravo !) et l’américain Casper WARE, assez fabuleux.

Hier j’ai délaissé Portugal - Islande et RONALDO pour regarder le match à Strasbourg. L’ASVEL menait de 20 points à 10 minutes de la fin, mais Strasbourg a fait une remontée fantastique dans le dernier quart temps, et le match est resté indécis jusqu’à 30 secondes de la fin.

Décidément, le président Tony PARKER transforme tout ce qu’il touche en or ! Évidemment, avec 18 titres, l’ASVEL est le plus titré des clubs français, devant Limoges (qui compte quand même 11 titres).

Et maintenant, l’Europe !

50 ans du CIRC


La semaine dernière, je représentais Gérard COLLOMB et la Ville de Lyon aux 50 ans du CIRC.

Cette institution de renommée internationale, basée à Lyon, reste encore aujourd’hui méconnue du grand public. Les lyonnais connaissent davantage son bâtiment, cette tour situé à Grange Blanche le long du Cours Albert Thomas, que son activité.

Dans mon discours, j’ai pu exprimer mon attachement à cette institution, ainsi que celui de la Ville de Lyon.

Le CIRC est né dès 1963, quand Emmanuel D’ASTIER DE LA VIGERIE, journaliste à Libération a lu une lettre d’un lecteur. Ce dernier racontait les souffrances de sa compagne atteinte d’un cancer. Utilisant ses réseaux issus de la Résistance, il a pu sensibiliser le Président DE GAULLE à cette maladie permettant ainsi la création d’un centre de recherche.

En 1965, le choix de Lyon est acté pour l’installation du CIRC avec seulement cinq états partenaires. L’agence s’est faite connaitre à travers le monde par ses actions de prévention, de recherche mais aussi par ses programmes de lutte contre le tabac. Aujourd’hui, 25 états participent aux différents programmes.

Au-delà de son travail à l’international, le CIRC participe au tissu scientifique lyonnais, particulièrement remarquable. Avec le Centre Léon Bérard évidement mais aussi avec la vie universitaire.

La Ville de Lyon et la Métropole participent activement aux projets du CIRC. Son déménagement à Gerland, au cœur du biodistrict, permettra demain de bénéficier d’une dynamique forte d’innovation et de recherche pour notre agglomération. En somme, un processus gagnant-gagnant pour les centres de recherche et pour les lyonnais.

J’ai rappelé également mon investissement personnel dans le champ de la recherche sur le cancer et mes travaux en tant que professeur qui m’ont donné l’occasion de travailler avec le CIRC. En tant qu’élu, mais également en tant que professionnel, je me sens en total connexion avec ce centre.

Je souhaite donc au CIRC un bel anniversaire. J’ai confiance dans l’avenir du CIRC pour développer encore davantage la recherche, et la vie des patients sur les cinquante prochaines années.

Drapeaux en berne


Ce matin, les drapeaux tricolores de la Mairie d’arrondissement sont en berne.

Par solidarité avec les victimes de la tuerie d’Orlando et le peuple américain. Hier, l’attentat qui a fait plus de 50 morts a été revendiqué par Daesh. Après le Bataclan, les terrasses des cafés, c’est désormais un haut lieu festif de la nuit gay aux Etats-Unis qui a été la cible des terroristes. Ce sont aussi les minorités qui ont été visées.

Une fois de plus, c’est la liberté qui est attaquée. Une fois de plus, ce sont des civils innocents qui ont été tués. Une fois de plus, ce sont les valeurs des démocraties occidentales qui sont défiées.

Triste dimanche.

orlando

Allez les Bleus !


Bon, je ne vais pas cacher ma joie, je suis ravi que l’Euro 2016 démarre ce soir, en France. Je ne vais pas mentir, j’ai tordu mon agenda dans tous les sens (au grand damne de mes collaboratrices !) pour essayer de profiter d’un maximum de rencontres : dans les stades ou à la télévision. J’aurai d’ailleurs sans doute l’occasion et le plaisir d’analyser quelques matchs sur ce blog.

Vous le savez, je suis passionné de foot et ces grandes manifestations internationales sont, toujours, pour moi et pour beaucoup de français, l’occasion d’émotions intenses. Cela est d’autant plus vrai que je partage cet amour du ballon rond avec mes deux fils et plusieurs de mes meilleurs amis.

C’est aussi pour la Ville de Lyon un moment de fêtes, de brassage des cultures et de rencontres. C’est en tout cas, comme cela que je vois cet Euro 2016.

Pour mon analyse d’avant match, je vois une compétition très ouverte et je parie sur une équipe de France en demi-finale !

Alors, allez les Bleus !

Le nouveau visage du square René Clair


J’ai eu le plaisir d’inaugurer hier en fin de matinée le nouvel aménagement paysager du square René CLAIR.

Situé devant la Maison du Judo, à l’angle du cours Albert-Thomas et de la rue Saint-Théodore, ce petit espace de verdure a bénéficié d’un joli coup de neuf. Un grand bravo au service des Espaces Verts de la Ville de Lyon, qui sont de véritables artistes dans leur manière d’insérer le végétal dans l’espace urbain.

Avec Alain GIORDANO, adjoint de Gérard COLLOMB délégué aux espaces verts, au cadre de vie, à la qualité de l’environnement, nous avons souligné le lien entre santé et présence d’espaces verts et d’arbres dans notre cadre de vie.

Il a rappelé que 2000 arbres ont été plantés depuis le début du mandat… C’est tout simplement l’équivalent du Grand Parc de Miribel-Jonage !

Dans le maillage des espaces verts de notre arrondissement, il y a donc les lignes (ce sont les arbres d’alignement que je viens d’évoquer) ; les ronds, à savoir les squares de proximité que nous souhaitons multiplier et rénover pour que chaque Lyonnais puisse vivre à moins de 500 mètres d’un espace vert ;  et puis il y a les carrés, ce sont nos parcs, les poumons verts de l’arrondissement. Dans le 3e nous avons la chance d’avoir les très beaux parcs Bazin et Chambovet à Montchat, quartier décidément bien loti puisque le futur parc RVI/Feuillat ouvrira ses portes en 2017, et ajoutera quelque 8000m2 de verdure. N’oublions pas la grande esplanade Mandela, et bien sûr les Berges du Rhône.

Mon premier adjoint Abdel ACHACHE a eu la bonne idée d’associer les jeunes judokas de la Maison du Judo à cette inauguration, qui n’en est devenue que plus conviviale !

Compte administratif de la Ville


Hier, en Conseil municipal, c’est dans une séance particulièrement chargée que nous avons voté le Compte Administratif de la Ville. Je vous livre, ci-dessous, les grands messages que vous pouvez retenir.

Tout d’abord, les dépenses de fonctionnement s’élèvent à 570,5 millions d’euros (personnel, gestion courante…) avec une masse salariale en baisse de 0,7 % (320,7 millions d’euros). Cela dit, le glissement de l’ONL en budget annexe masque une augmentation d’environ 2,5 %.

Dans le cadre des économies nécessaires et des efforts de gestion décidés en matière de fonctionnement, on constate une baisse des subventions pour les associations ainsi qu’une baisse des charges à caractère générale d’environ 1 %.

Concernant les frais financiers, ces derniers sont en hausse (11,9 millions d’euros) mais ils traduisent, en réalité, la renégociation à la baisse de nos emprunts.

Pour rappel, les plus gros postes de dépenses sont la culture, suivie de l’éducation et de l’enfance, des espaces publics et de la solidarité.

Ensuite, concernant les recettes de fonctionnement, elles s’élèvent à 658 millions d’euros malgré une baisse des dotations de l’Etat de 12 %.

La fiscalité directe s’élève quant à elle à 341 millions d’euros (c’est donc ce que payent les lyonnais sur les 570 millions d’euros). A ce propos, on voit que seule Nice prélève moins que Lyon parmi les villes de plus de 300 000 habitants (Marseille : 41,90 - Lyon : 29,83 par exemple pour les taxes foncières que payent les propriétaires). La fiscalité indirecte sur l’immobilier progresse de 4 % (1 million d’euros) ce qui témoigne du dynamisme du secteur.

Du fait des recettes, le budget de la Ville de Lyon a permis une épargne de gestion de 94,5 millions d’euros (+17,2 %) correspondant à quelque chose près à l’investissement de l’année. Notons toutefois que l’épargne nette (moins le remboursement de la dette) ne sera, elle, que de 13 millions d’euros.

Enfin, concernant l’investissement qui, je le dis souvent, est une de nos priorités politiques, on constate que 103 millions d’euros ont, en effet, été dépensés pour rénover, construire et équiper.

Les plus gros postes de dépenses en matière d’investissement sont, dans l’ordre, le sport, les espaces publics, l’éducation, la culture et les solidarités.

Les recettes d’investissement (il s’agit essentiellement des recettes de cession, des subventions et des taxes et TVA) s’élèvent à 25 millions d’euros (soit une augmentation de 11 %).

Pour terminer, la dette de la Ville est aujourd’hui inférieure à celle de 2001 (c’est-à-dire, à l’arrivée à la tête de la Ville de Gérard COLLOMB). Elle s’élève à 421 millions d’euros soit 824 euros de dette pour chaque lyonnais, ce qui est très en-dessous de la moyenne nationale.

Au total, retenons que le budget la Ville s’élève à 673,5 millions d’euros dont 103 millions sont consacrés à l’investissement.

dette1

Ce soir, on parle de Garibaldi à la Mairie


rpgaribaldi

Fuite des cerveaux…


… et déficit de l’Assurance Maladie.

Le Conseil d’Analyse Economique (CAE) placé auprès du 1er Ministre vient de publier une note que la « mobilité internationale des talents » dont les conclusions me semblent assez paradoxales.

Au-delà des chiffres (talents entrants et sortants), les auteurs du rapport constatent que le système de santé est perdant.

Le parcours optimal de ceux qui partent est de se former en France, de partir à l’étranger puis de rentrer en France à l’âge où il faut payer des études à ses enfants et se soigner.

Ainsi, l’Etat finance donc des dépenses de santé à ceux qui, quand ils sont bien portants, ne cotisent pas et qui reviennent au moment où ils coûtent au système. En parallèle, les étrangers peuvent être découragés de venir à une période où ils paieront beaucoup de cotisations sociales dont ils ne bénéficieront pas.

Il y a bien un problème quelque part qui n’est pas anodin et qui confirme que le diable se cache souvent dans les détails.