facebook_icon twitter_512x512 mail

Catégories

Commentaires récents

Sites Amis

Mes coups de coeur

Presse lyonnaise

Archives

Syndication

Week-end reposant en perspective


Après une semaine bien chargée divisée entre Lyon, Porto et Paris, le week-end s’annonce plus calme.

J’espère d’ailleurs en profiter pour voir quelques images des Jeux Olympiques car jusqu’à présent je n’ai pas vraiment eu le temps même si chaque matin je lis les résultats dans la presse.

Après 6 jours de compétition, la France a donc remporté 7 médailles (3 or en ski acrobatique, biathlon et snowboard-cross, 2 argent en combiné et snowboard-cross et 2 bronze en biathlon et combiné) et se classe en 7e position dans la hiérarchie mondiale…. Il reste encore 9 jours avec sans doute encore de beaux moments à vivre.

Sinon, l’exposition de peinture de Jacques TRUPHEMUS qui ouvre ce samedi au Musée des Beaux-arts me tente aussi tout comme une séance de Pentagone Papers, au cinéma puisqu’on m’en a dit du bien.

Et, dimanche, il y a aussi la parade à l’occasion d’un Nouvel An Chinois à la Guillotière.

Un programme pas encore calé mais qui s’annonce agréable.

D’avance, bon week-end à tous !

Les derniers Compagnons de la Libération


Je vous conseille de consulter le web documentaire de France24 sur les derniers Compagnons de la Libération. Sur les 1038 Compagnons de la Libération, il en reste à ce jour 9  encore en vie, 10 au moment de la réalisation du document. Ce documentaire web est constitué de textes, d’extraits vidéo, d’entretiens, de photos. Une véritable exposition en ligne.

L’ordre national des Compagnons de la Libération, le deuxième après la Légion d’honneur, a été créé par le Général DE GAULLE, le 16 novembre 1940. Il est destiné à récompenser les personnes ou les collectivités, civiles ou militaires, qui se sont illustrées dans l’œuvre de libération de la France.

Parmi les 1 038 personnes décorées, on trouve des personnes de tous horizons : étudiants, militaires, ingénieurs, paysans, industriels, hommes de lettres, diplomates, ouvriers, membres du clergé, tirailleurs africains, magistrats, médecins… Certains sont célèbres comme le maréchal LECLERC, Jean MOULIN, Berty ALBRECHT, le général KOENIG ou Pierre BROSSOLETTE, tandis que d’autres sont des héros inconnus.

La disparition des derniers Compagnons marquera la fin d’une période de l’histoire de France. Mais l’Ordre a pour mission de transmettre aux générations futures les valeurs de ces combattants qui ont dit non.

Savoir désobéir, c’est la devise qui apparaît sur le portrait de Jean MOULIN qui a orné pendant 10 ans les murs de mon bureau de Maire du 3e arrondissement.

Le documentaire est accessible en ligne sur : http://webdoc.france24.com/derniers-compagnons-liberation-resistance/

Près de 8 000 euros pour le Téléthon !


Depuis 2009, le Grand Lyon apporte son soutien à l’AFM Téléthon à travers ses opérations de collectes de papiers, journaux et magazines.  L’idée (inspirée de ce que nous faisions déjà avec le verre et la Ligue contre le cancer) est simple : « trier le papier, c’est faire un don au Téléthon ».

Trier devient donc non seulement un geste environnemental mais également un geste solidaire.

En 2017, ce sont plus de 13 320 tonnes qui ont été collectées en centre de tri et plus de 2 649 qui ont été collectées en déchèterie. C’est donc, grâce à ces 15 970 tonnes de papiers triés par les Grands Lyonnais et récupérées par la Métropole, que j’ai eu le plaisir de remettre lundi, un chèque de 7 985 euros et 15 centimes à Alexandre MEJAT, administrateur du Téléthon.

Notons toutefois, cette année, une baisse des tonnages liée au développement toujours plus grand du numérique.

chequetelethon

Un club très privé


Jean-Claude KILLY était seul dans le club très privé des Français avec 3 médailleurs d’or aux Jeux Olympiques d’hiver. Rejoint hier par Martin FOURCADE, ils pourront aussi inviter Tony ESTANGUET, Marie-José PEREC, Daniel MORELON, Florian ROUSSEAU et Félicia BALLANGER.

C’est un club de grands champions que vient de rejoindre Martin DFOURCADE et, qui peut encore, avec 4 médailles d’or, devenir le Français le plus titré des Jeux d’hiver.

Battu dimanche après 3 fautes au tir, il a réagi hier en grand champion avec un 19/20 au tir et en écrasant ses adversaires en ski.

Dans le monde complexe du sport où les Russes sont privés de JO pour cause de dopage d’Etat, il est bon d’avoir quelques certitudes. Martin FOURCADE est un avocat du sport « propre », du vrai sport et un homme honorable.

6 globes de cristal (meilleur sur la saison), 5 médailles olympiques dont 3 en or et 11 titres de champion du monde à 29 ans.

Bravo aussi aux 2 skieurs français Alexis PINTURAULT et Victor MUFFAT-JEANDET qui ont, cette nuit, conquis 2 nouvelles médailles pour la France.

Martin FOURCADE est un très grand champion. Perrine LAFOND, 19 ans, a encore 10 années pour le rattraper. Je parie que c’est possible.

Levées de fond record pour la « French Tech »


Avec 3,18 milliards de dollars investis en 2017, les start up françaises ont franchi un nouveau palier.

Plusieurs phénomènes expliquent cette hausse record :

  • Les grands groupes du CAC40 se sont investis dans les start up les plus prometteuses (+ 28 %),
  • L’émergence d’un secteur de l’innovation en transport où la France pèse 7 % de l’innovation dans le monde,
  • Et surtout le développement de l’intelligence artificielle qui attire de plus en plus d’investissements.

Certes, la France reste un nain sur la planète. Coincés entres les Américains et les Chinois qui s’appuient sur un gigantesque marché domestique, la France reste dans l’ombre de la Grande Bretagne (18,8 milliards d’investissements en 2017) et même d’une « start up nation » comme Israël.

Ça, c’est le verre à moitié vide.

L’an dernier, la France a franchi un palier. Les montants investis dans nos start up ont, en effet, quintuplé.

Ça, c’est le verre à moitié plein.

Toutes les start up ne réussissent pas, évidemment. Mais le plus important est ailleurs. La jeune génération a incontestablement changé.

Dans une France qui l’on dit allergique à la prise de risque, les jeunes diplômés sont de plus en plus nombreux à faire le pari de l’entreprenariat. Et ils trouvent aujourd’hui des fonds pour financer leurs premiers pas. Surtout, ils poussent les grands groupes à également se remettre en cause.

A l’Institut Curie, deux très belles start up ont vu le jour à partir de découvertes scientifiques faites dans nos laboratoires.

Bon vent !

Pour cette fois d’accord


Je trouve que les discours respectifs de Madame ERIGNAC et du Président MACRON en Corse ont fait honneur à la République.

Non la République ne peut pas considérer un assassinat, la nuit, dans le dos, comme un acte politique et oui le Préfet, représentant de l’Etat en Corse, c’est la République.

Claude ERIGNAC, de l’avis unanime, était un de ces grands serviteurs de l’Etat qui font honneur à la République et qui serve ceux que le peuple a élu, quelque soient leurs couleurs politiques.

Aujourd’hui, on se retrouve devant 2 problèmes :

  • Peut-on amnistier un assassinat aussi symbolique ? J’approuve la réponse négative du Président et je dis à Madame COLONNA, avec toute l’humanité possible, que si un fils doit voir son père, les petits enfants ERIGNAC ne verront jamais leur grand-père.
  • Les Nationalistes ont été élus par les Corses. Cela leur donne-t-il le droit de parler en Corse et de refuser le drapeau français ?

Il faut forcément discuter puisqu’ils sont légitimes mais en restant ferme sur les valeurs de la République.

A mon sens, la République, on la respecte ou on la quitte. La Corse n’étant pas la Catalogne, difficile, je pense, de s’en sortir sans les milliards d’euros de la République Française.

Cette République qu’on ne peut pas assassiner.

E-cigarette : quels risques ?


Selon une nouvelle étude, vapoter exposerait à un risque de cancers et de maladies cardiovasculaires.

Les souris vapoteuses, en tout cas, ont des lésions de leur ADN et les cultures de cellules humaines aussi (Proceeding of the National Academy Sciences - USA).

Bien sûr, les souris ne sont pas vraiment typiques de ce qui se passe chez l’homme mais la présence de diacetyle, un produit interdit en France et cancérigène, a été trouvé, dans des liquides de vapotage vendus sur Internet. Une étude de 2015 retrouve d’ailleurs ce produit aux USA dans 39 des 51 produits vendus dans des magasins.

Cependant, de nombreuses études montrent aussi que le vapotage est une vraie alternative au tabagisme et qu’il est plus efficace que les gommes et autres patches.

Par contre, si on n’arrête pas le vapotage au bout d’un moment, on reste fumeur avec les risques de l’inhalation de nicotine… et de diacetyle. J’ajoute que le vapotage fait commencer les jeunes avec un risque réel de les amener vers le tabac.

Donc, c’est ni noir, ni blanc.

En pratique, il faut retenir :

  • Qu’il faut vérifier l’absence de diacetyle dans le produit de vapotage.
  • Qu’il ne faut, en aucun cas, inciter les ados à vapoter.
  • Que le vapotage est le meilleur moyen (après la volonté) pour arrêter de fumer à condition de considérer que c’est un passage vers le sevrage et une aucun cas une substitution à vie.

Personne ne connaît aujourd’hui le risque à long terme du vapotage chronique mais comme pour le tabac, le temps tranchera et, je le crains, en découvrant les cancers et les infarctus pour ceux qui continuent au-delà de un an, à vapoter, comme si cela n’était pas dangereux.

Une étape vers le sevrage, oui. Une pratique sans risque, non.

Sondage sur la vie politique : qu’en retenir ?


Le baromètre annuel  du Cevipof-Opinion Way confirme que les français s’éloignent du monde politique même si les résultats sont toutefois plutôt rassurants pour les maires.

Avez-vous plutôt confiance ou pas confiance dans :

  • Votre mairie à 55 % mais on note une baisse de 9 points l’an dernier,
  • Votre conseiller départemental à 40 % mais  une baisse de 9 points l’an dernier,
  • Vos conseillers régionaux 39 % mais une baisse de 9 points l’an dernier,
  • Le Président de la République à 36 % (+11 points),
  • Le Premier Ministre à 36 % (+1 point),
  • Votre député à 34 % (- 10 points),
  • Vos députés européens à 25 % (-5 points).

La tendance de fond est le désintérêt des jeunes envers la politique  mais 64 % disent tout de même que la « démocratie est le moins mauvais système. C’est aussi les jeunes que l’attrait du populisme de gaude et de droite est le plus haut.

Par ailleurs, la fracture entre les classes populaires et les dirigeants politiques restent béantes et plus de la moitié des français « jugent le monde politique plus éloigné que jamais de leurs préoccupations ». Vous trouverez davantage de détails sur « www.lesechos.fr » qui montent aussi que les français sont attachés à l’égalité et « qu’il n’y a pas d’adhésion franche aux valeurs du libéralisme ».

Le sondage montre que le pays se cherche, qu’il y a beaucoup à faire « pour » et « avec » notre jeunesse et que si le Maire reste en tête des sondages, c’est qu’il y a un véritable besoin de proximité.

Le besoin d’égalité est, pour moi, un feu qui couve sous les cendres et si on veut lutter contre la montée des partis populistes, il faut conserver des oppositions de gouvernement de Droite et de Gauche car les Français, clairement, ne me semblent pas de droite et de gauche à la fois.

Martin Luther King : le rêve brisé ?


Ce soir, la bibliothèque de la Part-Dieu accueille le vernissage de l’exposition dédiée à Martin Luther KING à l’occasion du 50e anniversaire de son assassinat à Memphis, le 4 avril 1968.

Cette figure du mouvement pour les droits civiques aux Etats-Unis, prix Nobel de la paix 1964, fit une visite à Lyon, à la Bourse du Travail dans le 3e arrondissement, le 29 mars 1966.

En 2011, j’inaugurais un buste à son effigie, face à la Bourse du Travail, en compagnie de Michel CHOMARAT, commissaire de l’exposition aujourd’hui présentée à la bibliothèque, et du regretté Robert VIAL, qui accueillit KING lors de sa venue à Lyon.

Ce nouvel hommage montre que la Ville de Lyon n’a pas oublié le passage de ce grand militant pour la paix et la non-violence. Quand on regarde l’Amérique de 2018, on réalise que le message de Martin Luther KING reste toujours aussi pertinent. Le vote TRUMP, le repli sur soi d’un pays qui veut construire des murs pour s’isoler de ses voisins, la pauvreté, qui continue de toucher majoritairement la communauté afro-américaine, les événements de Charlottesville l’an dernier, qui ont mis au grand jour la résurgence du mouvement suprémaciste d’extrême droite… Mais il faut également saluer l’émergence du mouvement « Black lives matter ». Ces hommes et femmes, jeunes, étudiants, pères et mères de famille, sont les héritiers de Martin Luther KING.

A la question « le rêve brisé ? », j’ai envie de répondre : le combat continue !

mlk_bm

Du mardi 6 février à 10h00 au samedi 28 avril à 18h00
Bibliothèque de la Part-Dieu
30 Boulevard Marius Vivier Merle - 69003 Lyon

Plus important que les faits divers


Cette semaine a été celle des faits divers avec les affaires Daval et Ramadan

Et pourtant…

Une première journée de grève nationale dans les EHPAD (Etablissement d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes), dont on en a moins parlé, a mis en évidence la souffrance des personnels admirables de dévouements qui accompagnent nos aînés mais qui sont au bord de l’épuisement.

En termes de ratio, la moyenne européenne correspond à une personne pour un malade. En France, celle-ci de dépasse pas les 0,6.

Dans ce contexte le risque de maltraitance n’est pas à exclure même involontairement.

La question est sérieuse et je ne crois pas que les 150 millions du gouvernement puisse régler ce problème qui existe également dans les hôpitaux publics et qui, avouons-le, ne date pas du gouvernement actuel.

La question est posée à nous tous, citoyen, contribuables, électeurs, adultes vieillissants, enfants de parents plus âgés :

  • Que voulons-nous pour cette société de seniors ?
  • Quel sort veut t on réserver à nos seniors ?

Nicolas Sarkozy avait promis un « cinquième risque »… mais évidemment sans jamais passer à l’acte.

Cela dit, et s’il avait raison sur la solution ?

En tout cas entre la construction de prisons et le bien-être de nos aînés mon choix est fait vous l’aurez compris !

La parole à… Guy CORAZZOL


Suite à l’élection de Georges KEPENEKIAN aux fonctions de Maire de Lyon en juillet dernier, j’ai eu l’honneur de prendre en charge la délégation à  l’éducation, à la vie étudiante et à la promotion universitaire.

Aussitôt, le premier défi  a été d’engager une réflexion sur la problématique des rythmes scolaires  suite à la parution du décret « BLANQUER » sur la semaine scolaire dans les écoles publiques.

En 1991, la Ville de Lyon avait adopté la semaine des 4 jours, en 2014, elle était passée au rythme des 4,5 jours, le vendredi après-midi étant libéré avec des activités périscolaires payantes.

Qu’allions-nous décider de faire à présent ?

Sans oublier le contexte financier local délicat, et avant toute décision, j’ai tenu à ce que nous consultions largement la communauté éducative lyonnaise . Pourquoi ? Parce que je voulais dépasser le clivage «  4 jours / 4.5 jours » . Parce que j’estimais également que la décision politique ne doit pas tout le temps être le fruit de la décision des seuls élus. Elle peut s’enrichir des expériences et des idées de ses usagers : parents, enseignants, associations, personnels de la Ville mais aussi des enfants.

C’est pourquoi j’ai lancé une large consultation en proposant :

-          une plateforme numérique  qui a permis de recueillir 2 000 contributions avec plus de 1 500 participants en deux mois.

-          13 réunions publiques dans les arrondissements.

J’ai aussi  souhaité écouter la parole des enfants à travers une enquête originale opérée par un cabinet spécialisé auprès de 1 000 enfants de nos écoles. J’ai enfin multiplié les rencontres bilatérales avec tous les représentants concernés : partenaires sociaux, associations, collectifs, fédérations de parents d’élève, groupes politiques…

Avec mon collègue, Jérôme MALESKI, je crois pouvoir dire que cette consultation a été un bel exercice de démocratie participative sur un sujet qui concerne de très nombreux Lyonnais.

Fort de tous ces éléments, deux scénarios équilibrés (et à même coût) ont été proposés au vote des 167 conseils d’école extraordinaires de la Ville de Lyon qui se réunissent depuis la mi-janvier 2018 et jusqu’au 6 février.

-          Le scénario 1 s’organise sur 4,5 jours avec 5 matinées d’apprentissage (8h30-11h30) et 3 après-midi de 3h (13h45-16h45). Le vendredi après-midi reste consacré aux activités périscolaires.

-          Le scénario 2 quant à lui se répartit sur 4 jours. On y retrouve 4 matinées d’apprentissages de 3h30 (8h30-12h) et 4 après-midis de 2h30 (14h15-16h45). Le mercredi matin devient une demi-journée d’accueil périscolaire de 8h30 à 12h.

Ces deux scénarios reposent sur un socle commun :

-          Les 24h d’enseignements obligatoires
-          Une généralisation des garderies du matin à toutes les écoles : 30 minutes et gratuites
-          Un allongement de la pause méridienne à coût constant pour les familles : + 15 minutes. Il s’agit ici d’améliorer et d’apaiser les conditions de déjeuner des enfants tout en développant les temps calmes après le repas et avant la reprise des cours (sieste, relaxation, lecture…)
-          L’élargissement des activités périscolaires le soir de 16h45 à18h30 (avec une sortie possible à 17h30). L’objectif est à la fois de répondre aux besoins croissants des familles en permettant un accueil jusqu’à 18h30 tout en offrant un taux d’encadrement plus élevé pour les enfants. La première tranche horaire (16h45-17h30) sera payante mais à un prix très modeste et permettra notamment le développement des « études ». La seconde ( 17h30-18h30), également payante selon le quotient familial, nous permettra de développer des activités calmes, je pense par exemple aux « sports cérébraux » comme les échecs…
-          Cette offre périscolaire, contrairement à ce que j’entends parfois, n’est pas une obligation pour les familles mais c’est une réponse concrète à leurs besoins de garde. Combien de familles peuvent aujourd’hui venir chercher leurs enfants dès 16h45 où même 17h30 ? J’ajoute aussi que ces activités sont et seront complémentaires des enseignements en classe. Le nier, c’est ne pas comprendre que la pratique des échecs peut améliorer les capacités de concentration ou de mémorisation si je me limite à cet exemple.

Bientôt et comme c’est la loi,  les conseils d’école voteront donc majoritairement pour un scenario. Il s’appliquera alors dans toutes les écoles lyonnaises dès septembre 2018 après décision de l’inspection académique et vote du conseil municipal. En proposant ces deux alternatives, nous avons cherché à préserver l’intérêt des enfants tout en prenant compte les familles dans un contexte budgétaire aussi incertain que contraint.  Beaucoup de travail restera encore à accomplir après la décision finale. Je compte d ‘ores et déjà sur l’ensemble de la communauté éducative pour m’accompagner dans cette mise en œuvre et bien préparer la rentrée 2018.

Pour plus d’infos sur les scenarios proposés : https://www.civocracy.org/villedelyon/faq-sur-les-deux-scenarios-proposes?code=3d64a5

La déchèterie fluviale, un an après


Fin 2016, la Métropole de Lyon décidait d’expérimenter le concept innovant de déchèterie fluviale, pour offrir aux résidents du centre-ville de Lyon, où il n’y a plus de foncier disponible, un service de proximité, installé le long des quais de Saône.

Cette solution permet de réduire la saturation des autres 19 déchèteries du Grand Lyon, de mieux valoriser les déchets, de réduire le trafic urbain en créant un nouveau point de proximité…  Et puis c’est une solution durable car elle exploite la piste du transport fluvial, qui, rappelons-le, est l’une des réponses à l’objectif de 25% de report modal fixé par le Grenelle de l’environnement.

La déchèterie fluviale est constituée d’une barge aménagée et d’un pousseur, et s’amarre une journée par semaine le long du quai Fulchiron, à Lyon 5e. Elle rejoint ensuite le port Edouard Herriot pour les opérations de déchargement. Les déchets collectés rejoignent alors les filières de valorisation habituelles.

Au terme d’un an d’exploitation, on constate que 50% des usagers viennent du 5e arrondissement de Lyon (et, parmi eux, 95% d’habitants du Vieux Lyon), 30% sont des habitants du 2e arrondissement (dont 80% habitent entre Cordeliers et Carnot), et les 20% restant proviennent des autres arrondissements et des communes extérieures.

Au lancement de l’opération, plus de la moitié des usagers se présentaient à pied. Après un an de fonctionnement, cette tendance a évolué et, à ce jour, plus de la moitié des usagers se présentent en voiture, permettant d’apporter d’avantage de déchets. En un an, 153 tonnes de déchets ont été évacuées. En moyenne, 3 tonnes de déchets sont collectées par jour d’ouverture (la capacité du dispositif permettrait d’en collecter jusqu’à 7,5 tonnes).

Outre le service offert aux habitants de l’hyper-centre, cette initiative crée des emplois non délocalisables, conforte le positionnement du port de Lyon dans son rôle de base arrière logistique au service de la Métropole, et participe à la valorisation de l’utilisation mixte des quais du centre-ville, qui combinent activités de loisirs et activités économiques.

En cette période de crues, la déchèterie n’est malheureusement pas accessible, mais ce dispositif est à mon sens une réussite, et cette expérimentation mérite d’être poursuivie et reproduite, car s’il n’y a plus de foncier disponible dans Lyon intramuros, il y a cependant deux fleuves…

Pour en savoir plus  : http://www.met.grandlyon.com/rivertri-une-decheterie-fluviale-au-coeur-de-lyon/

Dernière réunion publique en tant que Maire


Hier, 18h30, c’est dans une salle comble de l’Espace Elsa Triolet que je participais à la réunion d’information que nous organisions sur le projet de reconversion de la clinique Eugène André, rue Trarieux, à Montchat.

C’est donc aux côtés de l’architecte, du promoteur et de mon adjointe à l’urbanisme, Catherine PANASSIER, que nous avons présenté l’état d’avancement du projet puis écouté et enfin répondu aux questions des Montchatoises et Montchatois.

Je ne le cache pas, j’ai connu des réunions plus sereines et pour ma dernière, en tant que Maire, je l’ai trouvée tonique mais également indispensable pour bien dialoguer avec les habitants du secteur.

Pour ceux qui ne connaissent pas le projet, il s’agit de transformer l’actuel clinique en logements (près de 200) dans un quartier particulièrement végétalisé. Depuis plusieurs mois maintenant, le promoteur, l’architecte et Catherine PANASSIER ont travaillé ensemble pour :

  • Proposer un programme immobilier de qualité
  • Conserver le bâtiment historique de la Clinique
  • Maintenir l’ancienne maison du Directeur et son parc boisé
  • Préserver l’environnement (quartier verdoyant, protection de l’écureuil roux classée espèce protégée)
  • S’inscrire dans le Plan local de l’urbanisme et de l’habitat (PLU-H)
  • Limiter les vis-à-vis sur le site et avec les riverains.

Les plus grandes inquiétudes et questions ont porté sur le nombre de logements supplémentaires (et donc d’habitants), les vis-à-vis sur les villas, les hauteurs des nouvelles constructions, la circulation et le stationnement. Le promoteur et l’architecte ont pu apporter des éléments complémentaires.

Je les remercie d’ailleurs à nouveau, car comme je le rappelais en conclusion, il s’agit d’un projet de reconversion privé. Rien ne nous obligeait à faire une réunion publique. C’était néanmoins un choix de notre équipe, auquel les acteurs privés ont répondu favorablement alors que rien ne les y obligeait.

Je crois que ceci est un point d’importance qui traduit le souci de transparence et d’information des habitants qui a toujours été le mien dans la façon de concevoir l’exercice politique.

Chacun ses responsabilités. Celle de l’élu que je suis est d’arbitrer en faveur de l’intérêt général et, je crois, très honnêtement qu’il en va de même sur ce projet.

Participez au défilé de la biennale de la danse !


La compagnie Fred BENDONGUE invite les habitants du 3ème arrondissement à rejoindre son groupe pour le prochain défilé de la Biennale de la danse, le 16 septembre prochain, rue de la République.

Le projet, intitulé Joyeuse Cacophonie, est porté par les Universités de Lyon et dirigé par le chorégraphe Fred BENDONGUE proposera une danse déambulatoire festive, joyeuse, énergique et fédératrice. Il s’agit d’un hymne à l’effervescence culturelle et musicale pendant et à la sortie de la Première Guerre Mondiale, un hommage à ces “hommes de bronze” comme ils étaient surnommés, des soldats noirs-américains qui ont apporté avec eux des airs de blues et de jazz.

La compagnie vous donne donc rendez-vous le prochain weekend de répétition :
le samedi 3 février de 15h à 18h et dimanche 4 février de 10h à 17h au Gymnase de la Quarantaine, 41 bis rue de la Quarantaine, 69005.

Inscription et renseignements : cliquez ICI

Reconversion de l’aire canine du square Pelloux


Si vous habitez le quartier Voltaire Part-Dieu, plus précisément aux alentours des rue d’Arménie, Villeroy, Duguesclin et André Philip, vous connaissez probablement le square Pierre Pelloux.

Ce petit square triangulaire, ombragé et doté de jeux pour enfants, est très apprécié des riverains. Il est jouxté d’une aire canine, un espace que les maîtres peuvent utiliser pour les besoins de leurs animaux de compagnie  - à la condition de ramasser après le passage du chien évidemment !

Malheureusement, nous constatons que les bonnes règles d’utilisation de cet espace ne sont pas toujours respectées. Résultat : c’est un espace qui devient insalubre, visuellement peu agréable pour les riverains, et qui, notamment en été, du fait des odeurs qui s’en dégagent, nuit à l’utilisation du square.

C’est avec ce constat que mon adjointe aux Espaces Verts, Lucie Briatte, a proposé au conseil de quartier de réfléchir à une possible reconversion de cet espace. Une réunion aura lieu demain soir à 19h à la mairie, en présence des techniciens des Espaces vert de la Ville de Lyon, du Conseil de quartier, du CIL, et des riverains intéressés. Toutes les pistes seront étudiées ! Végétalisation, espace de jardinage participatif, emplacement éventuel d’un composteur… La réunion est ouverte à tous, A vous de proposer vos idées pour votre quartier !

Mon interview sur le coût des médicaments


En cliquant ICI, vous trouverez l’interview que j’ai donné à RTL dans le Mag de l’Eco sur le coût du médicament.

Le projet Part-Dieu en 3 minutes 12 !


Ci-dessous l’interview que j’ai donnée à RCF à propos de la transformation du quartier de la Part-Dieu.

Deux petites erreurs que je corrige immédiatement, la surface du toit du Centre commercial correspond à la taille des Terreaux et non de Bellecour. Quant à la programmation sur Desaix, celle-ci a changé, il s’agira de jardins pour les résidents.

Bonne écoute !

Imaginer la ville anthropocène


L’ anthropocène est le terme utilisé pour qualifier une nouvelle ère géologique, marquée par la capacité de l’être humain à transformer la terre, et dans laquelle certains géologues estiment que nous sommes d’ores et déjà entrés. L’ère de l’homme, en somme. Imaginer une ville anthropocène, c’est la réflexion que nous propose l’Ecole Urbaine de Lyon, dirigée par le géographe Michel Lussault, dans le cadre de “La nuit des idées”.   Ateliers participatifs, entretiens, tables rondes, fresque participative, et de nombreux temps de réflexion et de rencontres seront proposés au public à Insted, rue de la Part-Dieu les 25 et 26 janvier.

Retrouvez l’intégralité du programme :


Mon interview avec Paul Satis sur Lyon 1ère


La semaine dernière, je répondais aux questions de Paul Satis sur les ondes de Lyon 1ère.

Retrouvez l’intégralité de cet entretien sur le site de Lyon 1ère  : L’invité de Paul Satis

tp_lyon1ere_paulsatis

Au revoir, Monsieur Paul


Paul BOCUSE nous a quittés samedi 20 janvier, à l’âge de 91 ans. Je tenais aujourd’hui à rendre hommage sur ce blog à « Monsieur Paul ».

Sa disparition est saluée mondialement, mais à Lyon, particulièrement, nous perdons un monument qui aura marqué de son empreinte l’identité de la ville.

Cuisinier du siècle, pape de la gastronomie, ambassadeur de la qualité made in France, monument du patrimoine gastronomique… les superlatifs ne manquent pas pour qualifier celui qui contribua à élever la cuisine au rang d’art, et qui fit sortir les chefs de derrière les fourneaux. Il me semble que ces louanges ne sont pas usurpées.

Le chef triplement étoilé nous laisse des œuvres presqu’aussi célèbres que lui : la soupe aux truffes noires VGE, le loup de mer en croûte feuilletée, le menu du premier vol du Concorde…

Tout au long de son parcours exceptionnel, il eut à cœur la transmission de son savoir-faire. Le réseau des Toques blanches, l’Institut Paul BOCUSE à Ecully, les Halles de Lyon, qui portent désormais son nom, nous rappellent, tous les jours, le rôle majeur qu’il a joué pour faire vivre la gastronomie. Celui qui « travaillait comme s’il allait vivre 100 ans » disparait, mais il laisse un héritage inestimable aux chefs du monde entier.

Comme il avait coutume de dire : « Bon appétit, et large soif ! »

blog_bocuse