facebook_icon twitter_512x512 mail

Catégories

Commentaires récents

Sites Amis

Mes coups de coeur

Presse lyonnaise

Archives

Syndication

Deux reportages sur mon départ


Celui de France 3 diffusé hier soir :

Celui de TLM :

Pourquoi démissionner le 9 mars de la Mairie ?


Hier soir, lors de la traditionnel cérémonie des vœux, j’ai annoncé aux habitants que je quitterai ma fonction de Maire du 3ème arrondissement le 9 mars 2018, soit exactement 10 ans après notre victoire en 2008. Je leur ai réservé cette annonce car je considère que c’est d’abord aux habitants que je me dois de rendre des comptes.

Je quitte cette fonction pour plusieurs raisons, notamment parce que :

  • je considère que 10 ans, cela suffit.
  • je souhaite poursuivre mon engagement dans un combat qui a toujours été le mien : celui de la lutte contre le cancer. Déjà président de l’Institut Curie, j’étendrai, en 2018, cette mission au niveau Européen, réduisant encore davantage mon agenda sur Lyon.
  • je pense que ma démission 2 ans avant les élections permettra à notre équipe de s’organiser au mieux pour les prochaines échéances.

Je précise d’ailleurs que je conserve mon siège de Conseiller municipal et celui de Vice-président à la Métropole. Ci-dessous donc, en intégralité, le discours que j’ai prononcé :

Merci d’abord d’être venus une nouvelle fois aussi nombreux pour cette traditionnelle cérémonie de vœux.

Je reviendrai sur l’année 2017 pour ensuite évoquer la nouvelle année qui démarre.

Cette année 2017 (qui vient de se terminer) a été marquée par de nombreux changements politiques avec des répercussions localement : la nomination de Gérard Collomb comme numéro 2 du gouvernement et l’arrivée d’un nouveau maire, Georges Képénékian, que je salue et qui est membre de notre équipe depuis 2008. Il connaît le 3ème arrondissement mieux, je crois, que les autres arrondissements.

La promotion de Gérard Collomb a également entraîné l’élection d’un nouveau président de la Métropole, David Kimelfeld avec lequel je travaille de façon très proche comme vice-président chargé de la santé, de l’environnement et du bien-être dans la ville. Il nous rejoindra d’ailleurs tout à l’heure.

Pour nous, le 3ème arrondissement, cette année électorale avec quatre dimanches occupés par des élections a permis dans nos 58 bureaux de vote de montrer que nos concitoyens restaient prêts à servir leur communauté plusieurs fois de suite. Je tiens à remercier d’emblée très vivement les présidents de bureaux de vote, les assesseurs et tous ceux qui ont permis à la démocratie de fonctionner.

J’ajoute que j’adhère totalement au désir de renouvellement qui s’est exprimé à cette occasion. Dans mon équipe, j’ai toujours privilégié les jeunes en leur donnant le moyen de s’exprimer parce que je ressens très profondément cette demande justifiée de nos concitoyens.

■  L’année 2017 fut également l’occasion de réaliser  notre bilan de mi-mandat.

Lire la suite »

« Le droit de ne pas être importunée »


Depuis plusieurs mois maintenant, à la suite de plusieurs scandales, pas une soirée, pas un journal, pas une conversation sans que la question des rapports « Femmes - Hommes » ne soit soulevée. Avec la caisse de résonance que sont les réseaux sociaux, j’avoue avoir, parfois, été perdu, ces derniers temps, car je ne savais plus exactement de quoi nous parlions. Pas étonnant donc que ce soit une romancière qui ait réussi à me rappeler ce que nous devions sans aucun doute défendre.

En effet, à la suite de la polémique soulevée la semaine dernière, c’est le Prix Goncourt 2016, Leila SLIMANI qui, je crois, remet parfaitement les pendules à l’heure dans une Tribune du Libération de ce week-end. Particulièrement bien écrit (et sans grossir le trait), elle revendique à juste titre le droit à ne pas être importunée lorsqu’on est une femme.

Je vous encourage donc à lire ce très beau texte ce cette romancière dont j’avais déjà parlé il y a près d’un an dans mon post du 11 janvier 2017.

Une tribune à lire… sans modération.

Un Vision3 spécial bilan à mi-mandat


Le dernier numéro de Vision 3 est sorti cette semaine. Ce numéro est consacré au bilan à mi-mandat,  et fait suite aux réunions publiques qui se sont tenues cet automne dans les cinq quartiers de l’arrondissement. Au sommaire également, un point sur les travaux du centre commercial, l’actualité associative et culturelle du 3e…

Je serai ce weekend, aux côtés de mes adjoints, sur les marchés du 3e pour distribuer ce numéro à celles et ceux qui ne l’auraient pas reçu.

Vous pouvez d’ores et déjà le trouver à la mairie, ou le feuilleter en ligne ici-même :

Bonne lecture !

ZFE & grandes infrastructures routières


Nous avons parlé hier de la mise en place d’une ZFE pour améliorer considérablement la qualité de l’air d’ici 2025. Je parlerai aujourd’hui des infrastructures routières.

Cette pièce du puzzle du Plan oxygène s’inscrit dans une réflexion globale de désenclavement de la Métropole et non seulement de Lyon et de Villeurbanne. Plusieurs propositions, donc :

  • boucler le périphérique lyonnais, le TOP (Tronçon Ouest du Périphérique) ou l’anneau des Sciences. Celui-ci devra consacrer une large part aux transports en commun, au covoiturage (une voie spéciale ?), aux pistes cyclables et au développement de parkings-relais,
  • multiplier les moyens de transports en commun avec le SYTRAL et s’associer à la Région pour en faire de même avec les TER après l’excellent travail de l’équipe QUEYRANNE de 2004 à 2015.

L’A432 doit devenir la solution pour le COL (Contournement de l’Ouest Lyonnais) et donc pour éloigner les camions du boulevard Laurent Bonnevay et des habitants de l’Est lyonnais.

L’A6/A7, c’est 1 500 poids lourd jours et son déclassement améliorera les choses mais à Rillieux-La-Pape (descente de Sermenaz), à Vaulx-en-Velin, Décines, Meyzieu, Chassieu (le Nœud des Iles), ce sont 10 000 camions jours et il faut donc que l’A432 permette de les éloigner de Lyon.

La carte, ci-dessous, vous montre comment on pourra soulager l’Est lyonnais où il restera quand même 1 000 à 1 500 poids lourds sur le Boulevard Laurent Bonnevay. La solution sera alors de diminuer la vitesse sur Laurent Bonnevay à 80 voire à 70 km/h.

Il restera à régler le nœud ferroviaire lyonnais et c’est une partie des motivations des 400 millions de travaux à la Part-Dieu. Restera aussi à régler les nœuds routiers de Manissieux et Ternay.

Mais je crois qu’on peut avancer vite avec le TOP et la déviation du trafic via l’A432.

carto1

ZFE, quesaco ?


ZFE signifie Zone de Faibles Emissions (ZFE). C’est un volet important du Plan Oxygène de la Métropole.

Début 2018, nous entrons dans la phase de concertation préalable à la décision pour la création d’une ZFE sur le territoire métropolitain. Dans ce cadre, je rencontre à la fois les professionnels concernés et les élu-e-s dans les différentes conférences des maires.

Aujourd’hui, on sait que la circulation routière est responsable de 60 % de la pollution par l’oxyde d’azote (NOX) et de 25% de la pollution aux particules fines (PM 10). 92 000 des habitants de la Métropole sont exposés à des taux supérieurs au seuil réglementaire pour le NOX. C’est le centre de l’agglomération et les grands axes de trafic qui sont le plus exposés.

Pour diminuer cette exposition, nous avons étudié de multiples hypothèses allant d’une zone de 59 communes aux territoires de Lyon Villeurbanne seuls.

Après discussion, nous avons donc décidé de limiter la ZFE :

  • à certains poids lourds et véhicules utilitaires légers qui représentent 25% des km parcourus, 45% des émissions des PM 10 et 60% des émissions de NOX.
  • à la zone Lyon Villeurbanne plus la partie de Bron et Vénissieux qui se situe du côté ouest du Boulevard Laurent Bonnevay.

La mise en œuvre de cette ZFE va être progressive en insistant, dans un premier temps, sur la prévention et l’éducation. Ce ne sera pas avant 2020 que les amendes seront mises en œuvre (135 € pour les poids lourd 68 € pour les véhicules légers).

La concertation porte sur les dates de mise en circulation des véhicules les plus anciens avec des différences entre le diesel et l’essence au profit de l’essence moins polluante. Elle porte aussi sur les aides possibles et sur la cartographie de la ZFE.

Après la phase de concertation informelle actuelle,  une concertation formelle et légale aura lieu avant l’été pour un vote en septembre ou au plus tard en fin d’année.

La parole à… Jérôme Safar


J’ai rencontré Jérôme SAFAR sur les bancs de l’Assemblée Régionale alors présidée par Jean-Jack QUEYRANNE. Il travaille désormais à Villeurbanne comme Directeur de cabinet de  Jean-Paul BRET. Hier, il prenait la parole pour évoquer la décision de notre ancienne collègue Najat VALLAUD-BELKACEM de rejoindre une entreprise d’édition. Avec son accord, j’édite aujourd’hui son texte car je partage totalement son analyse :

Le 4 janvier, Najat Vallaud-Belkacem annonce qu’elle ne sera pas candidate à la présidence du PS. Qu’elle préfère prendre le temps d’une nouvelle expérience. Expérience professionnelle, afin d’être responsable chez Fayard d’une collection éditoriale qui lui permettra de prendre du recul et de réfléchir sur l’idée du progressisme et de vivre d’autre chose que de la politique.

En somme, exactement ce que réclament les Français de leurs élu(e)s.
Personnellement je trouve ce choix salutaire et sain. Je le trouve aussi intelligent de sa part. Je ne doute pas d’ailleurs que Najat Vallaud-Belkacem jouera un rôle dans la reconstruction et la réconciliation “des gauches” ou des progressistes car ce terme va au-delà de la gauche, c’est ce qu’Emmanuel Macron a su talentueusement capter.
En revanche je suis vraiment plus que perplexe devant la violence et l’ironie moqueuse de certaines réactions suscitées par le choix fait par cette responsable politique de premier plan.

À partir du moment où elle annonce son projet professionnel les railleries et procès d’intention fleurissent. Le dénigrement est pernicieux, il sous-entend que cette femme, jeune, serait à peine capable de réfléchir et que lui confier une telle responsabilité relèverait du scandale. Il attaque encore la ministre qu’elle n’est plus comme si cela devait aussi entrer en compte dans le choix fait par cette grande maison d’édition… d’ailleurs, cette dernière jetterait évidemment l’argent par la fenêtre avec un tel projet de recrutement… c’est mal connaître l’entreprise et au passage, si c’était le cas tous les ancien(ne)s ministres seraient en train de se la couler douce dans un placard quelque part dans un groupe français… cela a existé, mais nous parlons d’un temps qui est loin.

Aujourd’hui la crise est passée et les entreprises dignes de ce nom n’opèrent plus ainsi. C’est aussi mal connaître Najat Vallaud-Belkacem, avec qui j’ai fait mes premiers pas de conseiller régional en 2004, et dont j’étais le voisin dans l’hémicycle. C’est une travailleuse acharnée, ambitieuse aussi, et alors? Toutes celles et tous ceux qui n’ont vu en elle qu’une image se sont lourdement trompé. Elle travaille beaucoup, elle comprend vite et apprend aussi très vite. C’est une personne brillante, à l’opposé des caricatures aisément colportées. Évidemment elle sait aussi agir en fonction de ses intérêts, mais c’est vrai elle est surement la seule…je pense que sa défaite aux législatives a été un des bouleversements majeurs du printemps 2017. Elle a “payé pour l’œuvre” si vous me permettez cette expression familière. Pourtant elle aurait été utile, et sur le terrain (au moins ferait-elle le travail…) et dans le débat d’idées. Mais ce qui est fait doit nous amener à regarder devant nous, pas sans cesse à remâcher les déceptions. Les électeurs et électrices sont souverains dans leurs choix et ceux-ci ont aussi un sens au-delà des personnes concernées.

Il est temps de savoir collectivement ce que nous voulons. Si nous souhaitons des politiques ancrés dans la réalité, on ne peut pas leur tomber dessus dès qu’ils/elles font un pas de côté et cela même si ils/elles le présentent comme une respiration intellectuelle… ce qui est profondément le cas et n’a rien de choquant !

Notre pays doit changer, lorsque j’étais adjoint au maire entre 2001 et 2008 et en même temps collaborateur d’un grand groupe j’ai dû affronter l’incompréhension (et la jalousie aussi) des élus et du microcosme qui ne comprenait pas à quel point c’était une richesse d’être ancré dans cette réalité. Le seul endroit où je me ressourçais était l’entreprise. J’y étais un collaborateur parmi d’autres, bien entendu avec les responsabilités électives, mais j’ai l’habitude de dire que mon expérience dans ce groupe a été mon “ENA personnel”… j’y ai appris, énormément, tant sur moi que sur la nature humaine.
Je vais rendre concret ce que je vous dis. En tant que responsable RH, dans les premières semaines de mon arrivée au sein de ce groupe, j’ai dû aller expliquer à un groupe de la maîtrise la mise en route des accords sur les 35h… j’y suis allé en “militant”, sûr de porter la bonne parole. Dire que le succès fut mitigé est un euphémisme… et mon DG de l’époque m’avait immédiatement expliqué que j’allais devoir laisser quelques certitudes au vestiaire (avec bienveillance et un certain plaisir c’est vrai). J’étais en plein dans la vie réelle, les loisirs autour des rtt n’allaient pas de soi pour tout le monde, les heures sup moins payées étaient un réel problème de vie quotidienne… inutile de dire que j’étais redescendu de quelques étages …

Étais-je compétent pour ce job que j’ai adoré faire pendant presque huit ans? Académiquement non. Mais je l’avais voulu, j’avais dit clairement à Jean-Paul Huchon qu’après mon travail à ses côtés je VOULAIS travailler en entreprise, et la personne qui m’a recruté aux RH chez Bouygues, un très grand patron de ce groupe, René Jacot m’a embauché un lundi matin à 7h00 du matin (on se lève très tôt dans le bâtiment, comme dans d’autres activités) dans les bureaux du groupe situés sur les Champs Elysées en me disant textuellement quelque chose qui restera en moi jusqu’à la fin de mes jours: ” vous allez faire des RH, parce que vous avez fait de la politique et que pour en faire il faut aimer les gens, savoir les comprendre et les écouter, comme pour les RH… pour le reste, vous lirez, vous écouterez et questionnerez les plus expérimentés…”fermez le ban…il prenait le risque de m’embaucher et de sortir du cercle. Mais il savait pertinemment où il voulait aller avec moi. Et sincèrement je lui en serais reconnaissant jusqu’à la fin de mon existence.

Alors NVB est-elle compétente ? A-t- elle ouvert son carnet d’adresse? Assurément ! Elle a fait ce que chacun d’entre nous savons faire quand il s’agit de notre avenir, et elle a construit avec une entreprise un projet qui lui permettra (ou pas) de continuer à s’engager et à réfléchir. Elle va devoir maintenant relever ce nouveau défi professionnel !
Laissons la possibilité de ces parcours se réaliser pour celles et ceux qui ont eu des responsabilités et qui ont démontré un sens du leadership, une capacité de décision, une capacité de projection et de compréhension des enjeux … participer à des projets d’entreprise … c’est cette capacité de “respiration” qui renouvellera la politique, qui l’ancrera définitivement dans le réel, bien plus que le jeunisme ou le dégagisme d’un temps, c’est aussi une source de richesse économique pour les entreprises qui comprennent que ces collaborateurs/trices curieux/ses, connectés à une réalité institutionnelle qui est très présente dans l’économie sont source de valeur ajoutée si l’on sait les positionner là où ils/elles peuvent utiliser leur talent au service du collectif. Ce n’est pas toujours simple, mais c’est humainement passionnant et intellectuellement réjouissant pour chacun.

Il y aura des succès et des échecs, comme dans tout projet, et toute prise de risque.

En ce qui me concerne, au-delà des railleries et condamnation immédiates j’ai envie de dire, bravo Najat pour ce choix sain et encore trop peu commun et belle aventure professionnelle ! “

Meilleurs voeux pour 2018


Chères lectrices, chers lecteurs, je vous souhaite, en ce jour de rentrée scolaire, tous mes vœux de bonheur pour cette nouvelle année. Je ne doute pas qu’elle sera faite, comme souvent, de nouveaux défis. Alors à nouveau, très bonne année 2018 !

carte1

Trêve des confiseurs


Ce petit post pour vous souhaiter, à toutes et tous, de très belles fêtes de fin d’année. Quelles puissent-vous apporter de la douceur et du réconfort.

Pour ma part, je serai en congé, ce soir, jusqu’au 3 janvier. Et je rouvrirai mon blog, le lundi 8 janvier. On se retrouve donc en… 2018 !

sapin

Part-Dieu : futur centre commercial en images


Portrait moléculaire d’une tumeur


Pendant quasiment tout le 20e siècle, une tumeur se diagnostiquait au microscope par un médecin qu’on ne voyait jamais et pourtant si important : le pathologiste (ou encore « l’anapath » dans le langage courant pour anatomie pathologique).

Le diagnostic reposait alors sur l’œil  du médecin et c’était de l’anatomie.

Désormais, la génétique permet d’entrer dans une cellule pour caractériser ce qui ne se voit pas à l’œil nu.

Imaginez un texte de 6 milliards de lettres soit 600 fois plus que le nombre de caractères de « A la recherche du temps perdu » de Proust.

Supposez maintenant que ce texte utilise un alphabet à 4 lettres seulement au lieu des 26 de notre alphabet.

Ce texte, c’est notre génome à priori indéchiffrable tellement il est complexe et différent d’un individu à l’autre.

Par ailleurs, notez qu’il suffit d’une phrase anormale pour que des maladies apparaissent.

Aujourd’hui, le séquençage de l’ADN humain est (presque) devenu de la routine. Il permet d’isoler une seule cellule anormale pour définir le morceau de phrase qui est anormal, c’est ce qu’on appelle le portait moléculaire.

On parle aussi de « médecine personnalisée » pour se concentrer sur l’anomalie et tenter de réécrire la phrase de façon normale au lieu d’un traitement identique pour tous les cancers du sein ou tous les cancers des os.

Cela, on peut le faire avec des médicaments ou encore via l’organisme grâce à l’immunothérapie.

Portrait moléculaire, génomique et médecine personnalisée sont donc intimement liés.

Hommage à Léandre BORBON


Hier, c’est avec beaucoup de tristesse que je suis allé au Temple pour un dernier adieu à Léandre BORBON.

Au-delà de son poste de Directeur de maison de retraite, Léandre a énormément fait pour le monde associatif et notamment pour le LOU rugby. Trésorier depuis plus de 20 ans de ce club, il était un pilier essentiel de son organisation. En 2001, c’est aussi avec les équipes de Gérard COLLOMB, que Léandre a relancé l’Office des Sports de Lyon, permettant une meilleure coordination et mise en œuvre de la politique lyonnaise en faveur du sport. Et en 2008, c’est avec lui que nous réussirons sa déclinaison dans le 3ème arrondissement.

Membre de la communauté protestante lyonnaise, je le voyais aussi lors de nombreuses manifestations qui rythment l’année. Il fut aussi un soutien sans faille à mes divers engagements et notamment politiques.

Léandre était apprécié de tous pour sa franchise et, sa pugnacité. C’était un homme attentif aux autres, engagé pleinement dans la vie sociale de notre ville. Le monde du sport lyonnais a, sans conteste, perdu un de ces ambassadeurs.

Léandre est parti brutalement et trop tôt. Cela ne m’empêchera pas de garder un très beau souvenir de cet homme de cœur. J’adresse beaucoup de courage et de douces pensées à sa famille et en particulier sa femme et ses deux enfants dans cette épreuve qui s’impose à eux.

lborbon1

Bravo les BleuES!


Après les garçons, c’est au tour des handballeuses françaises d’être sacrées championnes du monde cette année 2017 !

Les filles obtiennent là leur 2ème titre mondial, 14 ans après le premier.

Ce titre a été acquis de haute lutte après un début de tournoi compliqué et un match final très serré. En face , l’équipe norvégienne était favorite. Elle domine depuis plusieurs années le handball féminin.

Mais l’équipe de France a pu compter sur un état d’esprit irréprochable et des individualités de talent comme la gardienne titulaire, Amandine LEYNAUD qui a encore effectué plusieurs arrêts décisifs au cours de cette finale, ou Allison PINEAU, impériale en fin de match, et aussi Manon HOUETTE, meilleure buteuse de l’équipe de France durant ce Mondial.

Bravo à elles !

Bravo aussi à Olivier KRUMBHOLZ qui est revenu pour accompagner cette équipe jusqu’au titre encore une fois.

Les équipes de France de handball, féminines et masculines, sont donc sur le toit du monde.

Que cette réussite exceptionnelle du handball tricolore puisse nous donner des ailes pour les Jeux de Tokyo en 2020.

Une retraite bien méritée


Aujourd’hui, vendredi, c’est véritablement la dernière journée de travail de la vie professionnelle du Directeur général des services puisqu’en effet, Yves GIRIER part à la retraite. Nous avons donc fêté cela cette semaine.

Ci-dessous le discours que j’ai prononcé à cette occasion, aux côtés du Maire de Lyon, du Directeur général des services de la Ville et de l’ensemble de l’équipe.
Souhaitant profiter de sa retraite pour se mettre aux vélos, je pense que nous devrions nous retrouver prochainement lors de rando-cyclo !

« Nous sommes réunis à vos côtés pour partager ensemble ce moment amical pour votre départ à la retraite.

C’est une vie professionnelle de près de 40 ans qui prend fin ce soir. Car si vous terminez votre carrière par ces 10 dernière années passées, ici, au poste de Directeur général des services à la Mairie du 3ème, vous avez, auparavant exercé plusieurs fonctions au sein d’autres collectivités. Vous êtes, cher Yves un serviteur des collectivités locales, un de ces fonctionnaires qu’on critique sans avoir qu’ils ont chevilles au corps l’amour du service public et au final, le sens de l’Etat.

Lire la suite »

« L’institutrice d’Izieu »


Ce soir, les Archives départementales et métropolitaines organisent une Conférence sur Gabrielle PERRIER-TARDY, l’institutrice d’Izieu qui avait 21 ans en 1944. Ce maudit 6 avril de cette même année, partie pour les vacances de Pâques, elle n’y était pas lorsque les soldats allemands ont raflé les 44 enfants âgés de 5 à 17 ans et leurs 7 moniteurs. Appelée à témoigner lors du procès Barbie pour donner de la voix aux enfants d’Izieu, Gabrielle PERRIER-TARDY, décédée en 2009, regrettera toujours de n’avoir pas été présente ce jour-là.

C’est sur cette très belle personne que Dominique MISSIKA historienne et productrice vous propose de revenir ce soir à 18h aux Archives, rue du Général Mouton Duvernet dans le 3e.

Je ne saurai que vous encouragez à y aller. Je précise que l’entrée est gratuite, sans inscription, dans la limite des places disponibles.

Pour toute information complémentaire sur cette conférence, vous pouvez cliquer : ICI

iziey

Un après-midi avec les seniors du 3e


Hier après-midi, j’ai participé à la traditionnelle bûche offerte chaque fin d’année par la Mairie aux seniors du 3e, aux côtés de mon adjoint Jean-François BEL.

Un moment chaleureux et convivial qui permet de se retrouver le temps d’un après-midi. Le duo de musiciens présent pour l’occasion a assuré le spectacle en reprenant des classiques de la variété française, avec comme final un très bel hommage à Johnny Hallyday.

Bravo à Jean-François pour l’organisation et le choix des artistes, et aux services de la Mairie qui ont donné pour l’occasion des airs de fête à la salle Eugène Brouillard.

Retour en images sur ce sympathique événement :buche_seniors

La parole à… Thérèse RABATEL


Thérèse RABATEL est Adjointe au Maire de Lyon déléguée à l’égalité femmes-hommes et aux personnes en situation de handicap. C’est une femme de combat que j’apprécie et je salue aujourd’hui son engagement en publiant (avec son accord)  le mail qu’elle a envoyé à ses collègues de la Ville de Lyon et que j’ai trouvé très touchant :

« J’ai reçu hier à Bruxelles le 1er prix du concours City access award organisé par l’Union européenne pour notre politique d’accessibilité et d’inclusion sur la Ville de Lyon (et aussi en partie la Métropole de Lyon au vu de nos compétences complémentaires puisqu’il fallait répondre dans le dossier à des questions sur les transports en commun entre autres).

Ce fut une belle surprise, le secret avait été total.

Il y avait 26 villes européennes candidates, et 4 finalistes. Le jury a d’abord été français, puis européen avec des experts et associations de personnes handicapées.

La France n’avait jamais eu ce 1er prix, et je connais bien l’engagement personnel et général qu’il représente…

Je suis fière de notre travail commun, adjoint-es de la Ville, services Ville et Métropole, associations qui nous apportent leurs propositions pour faire avancer l’accessibilité et l’inclusion à la vie de notre cité.

Je vous remercie vivement de votre engagement divers selon vos compétences, et sachez que j’ai vanté sans cesse notre travail. De même je vous propose de remercier vos responsables de services eux aussi engagés sur le thème des handicaps.

Cela nous donne encore plus de responsabilités pour continuer à avancer afin de rester dignes de ce prix et d’atteindre une meilleure égalité entre tous nos habitant-es. »

rabatel

Mon portrait :)


Ci-dessous le beau portrait qu’a écrit la journaliste Olivia ELKAIM pour l’hebdomadaire La Vie :

titrepresidentcurie

portraitecritpresidentcurie1

portraitecritpresidentcurie2

photoverbatim1

Fête des Lumières, l’évènement lyonnais


Le 8 décembre marque indéniablement, à Lyon, le début des fêtes de fin d’année.

Depuis près de 10 ans, la Fêtes des Lumières, avec des propositions artistiques exceptionnelles attirent près de 2 millions de visiteurs. Hier, nous avons, une fois de plus, pu constater la qualité de ces illuminations avec bien-sûr l’Hôtel Dieu en guest star !

Pour en profiter pleinement, il n’hésitez pas préparer à préparer votre parcours car les cheminements sont modifiés. Pour plus d’infos :

http://www.fetedeslumieres.lyon.fr/fr

Je vous souhaite à toutes et tous une belle déambulation.

dqn2rp7xcam6rmw

Expérimentation animale & caricatures, assez !


Ci-dessous, en intégralité,  la tribune que j’ai signée aux côtés de 400 chercheurs pour rappeler que cette pratique demeure un maillon indispensable pour comprendre, soigner et guérir.

«  Acoup de techniques de communication très contestables (vidéos volées, puis assemblées, propos coupés et déformés, slogans diffamatoires), certains groupuscules, déguisés en lanceurs d’alerte, remettent en cause les bases de la biologie avec un aplomb sidérant. Plus grave encore, ils bénéficient d’une écoute et de relais sans commune mesure avec ceux offerts aux scientifiques. A les écouter, les grands organismes de recherche recruteraient des chercheurs à bac + 15 pour qu’ils s’adonnent à de la vivisection, comme le faisait Claude Bernard au XIXe siècle.

Il existerait, selon ces nouveaux prophètes, d’extraordinaires méthodes alternatives à l’expérimentation animale qui répondraient à toutes les questions touchant au vivant : de l’étude de la vision aux maladies cardio-vasculaires en passant par la biologie du développement, le fonctionnement du cerveau, les essais vaccinaux ou l’origine des mécanismes tumoraux. Les modèles animaux ne serviraient à rien, si ce n’est à assouvir les pulsions mortifères de chercheurs sadiques. Ils ne produiraient même que des données trompeuses. Assez de ces caricatures !

Lire la suite »