facebook_icon twitter_512x512 mail

Catégories

Commentaires récents

Sites Amis

Mes coups de coeur

Presse lyonnaise

Archives

Syndication

Octobre Rose 2022


A l’occasion de l’édition 2022 d’Octobre Rose, l’Institut Curie organise un nouveau défi pour que toutes et tous, nous soyons mobilisés pour soutenir les patientes atteintes de cancer du sein. Après le succès du défi solidaire 2021, avec plus de 100 000 rubans roses reçus, l’institut invite à une mobilisation la plus large possible, associant grand public, donateurs, associations, entreprises…, autour d’une nouvelle action solidaire et créative : créer 20 000 marque-pages pour aider les patientes à tourner la page de la maladie.

Le cancer du sein touche chaque année près de 60 000 femmes en France. Aujourd’hui considéré comme un des cancers avec un taux de survie élevé (environ 87% à 5 ans), le cancer du sein présente néanmoins un taux de rechute de 25 à 30% à 5 ou 10 ans. Si les 30 dernières années de recherche ont permis des avancées marquantes dans le diagnostic et les traitements, il reste encore des progrès à faire pour que les 20 000 femmes qui rechutent chaque année soient de moins en moins nombreuses.

Soutenez l’Institut Curie afin d’atteindre l’objectif « 20 000 marque-pages pour l’Institut Curie » !

Cette année, c’est le marque-page que l’Institut Curie a choisi comme symbole solidaire lors du mois Octobre Rose. De toute taille, forme ou texture et toujours aussi rose, ces marque-pages seront le fruit d’une nouvelle mobilisation de grande ampleur afin de porter un message d’espoir aux femmes atteintes du cancer du sein.

À travers ce marque-page, l’Institut Curie espère aider ses patientes à tourner la page de la maladie et à ouvrir un nouveau chapitre de leur histoire.
Tous les marque-pages seront offerts aux patientes durant le mois d’octobre. Grand public, associations, donateurs, entreprises… tous sont invités à contribuer au défi solidaire de l’Institut Curie et à envoyer leurs créations.

Prévenir, anticiper, intercepter : le triptyque qui aura raison des récidives du cancer du sein
Premier centre européen de prise en charge des cancers du sein, l’Institut Curie innove sans relâche pour mieux prévenir, anticiper et intercepter les rechutes et guérir plus de femmes. Précision du diagnostic et choix du traitement initial personnalisé (imagerie, pathologie, chirurgie, radiothérapie, oncologie médicale), innovation et recherche clinique (signatures génomiques, biomarqueurs circulants/résistance aux traitements, immunologie, épigénétique, inhibiteur PARP, imagerie, intelligence artificielle), mais également soins de support, couplés à une recherche fondamentale absolument essentielle pour identifier de nouvelles pistes diagnostiques, pronostiques, thérapeutiques… l’Institut Curie est présent dans tous les champs de la cancérologie.


Solidarité médicale et internationale


Solidarité et action sociale - Montgeron

Le 29 septembre 2022, pour le 8e sommet scientifique qui s’est tenu à la 77e assemblée générale des Nations unies à New York, l’Institut Curie a rappelé qu’il y a urgence à agir et que des solutions concrètes existent. Cette session a été notamment l’occasion de présenter des exemples de stratégies de prévention mises en œuvre en Afrique de l’Est, en Colombie et en Serbie, et les recherches cliniques et translationnelles internationales menées sur le cancer du col de l’utérus.

La prise en charge des cancers est un triste exemple des inégalités d’accès à la santé dans le monde et le cancer du col de l’utérus en est un des marqueurs les plus criants.

Nous devons faire de ce cancer l’exemple de la coopération et de la solidarité médicale et scientifique internationales.

Alors que le cancer du col de l’utérus se détecte précocement et peut être bien soigné,  il reste l’une des principales causes de décès par cancer chez les femmes dans les pays en développement. Chaque année la situation s’aggrave et face à cette situation, il y a urgence à intensifier les coopérations avec ces pays.

Faire bénéficier de son expertise en soins et de l’excellence de sa recherche les pays où ce cancer est encore très meurtrier : une des missions de l’Institut Curie

L’Institut Curie, centre de référence dans la prise en charge des cancers des femmes, participe activement à la recherche dans ce domaine notamment en collaboration avec d’autres centres en Europe et en Amérique Latine. Côté clinique, la mise au point de nouveaux traitements contre les cancers du col de l’utérus avancés et les récidives y est très active (vaccins thérapeutiques contre l’HPV, nouvelles immunothérapies, etc.).

Conscient de l’importance du défi, l’Institut Curie intensifie son aide auprès des pays en voie de développement et des pays les moins avancés. A titre d’exemple, pour soutenir la Tanzanie, pays de 60 millions d’habitants, en situation de grande précarité sur le plan de la prévention, du diagnostic et du traitement des cancers, l’Institut Curie co-pilote un projet visant à développer le diagnostic précoce et à doubler le nombre d’appareils de radiothérapie, indispensables dans le traitement du cancer du col de l’utérus.

Investir sur la recherche est aussi un impératif, pour proposer des traitements les plus personnalisés possibles. Parmi plus de 100 types de HPV, deux sont responsables d’environ 70% de tous les cas de cancer du col de l’utérus dans le monde. Un des enjeux majeurs est de comprendre l’impact de ces sous-types sur les tumeurs utérines.

Fibroblastes et Cancer


De nouvelles cibles pour améliorer l’efficacité des immunothérapies dans le traitement des cancers du poumon

Une nouvelle étude a permis d’identifier et de décrire les cellules en partie responsables de l’échec de l’immunothérapie à combattre les cancers du poumon. Ce sont les travaux de l’équipe «Stroma et immunité», dirigée par le Dr Hélène Salmon à l’Institut Curie, au sein de l’unité « Immunité et cancer » (U932 / Institut Curie/Inserm), menés en étroite relation avec l’Icahn School of Medicine at Mount Sinai à New-York. Leurs résultats, publiés le 26 août dans la revue Cancer Discovery, permettent d’explorer de nouvelles pistes de développement de thérapies ciblées afin d’améliorer le traitement par immunothérapie.


Le cancer du poumon est la première cause de décès par cancer en France. La recherche et l’innovation pour développer de nouvelles stratégies thérapeutiques est une des priorités de l’Institut Curie. L’immunothérapie est une des stratégies thérapeutiques utilisée pour traiter le cancer du poumon. L’enjeu est aujourd’hui d’augmenter son efficacité, au bénéfice des patients.

Identifier, décrire et cibler pour mieux lutter

Dans cette étude, l’équipe « Stroma et immunité » de l’Institut Curie, dirigée par le Dr Hélène Salmon est parvenue à identifier ces fibres qui enveloppent les tumeurs, à partir des travaux menés au Icahn School of Medicine at Mount Sinai à New York et de leurs échantillons de tumeurs humaines, centre au sein duquel la chercheuse travaille également. L’étude menée sur une cinquantaine d’échantillons a également permis de caractériser quatre familles de fibroblastes associés au cancer (CAF). Parmi elles, deux sont spécifiquement associées à l’exclusion des lymphocytes T hors des amas de cellules cancéreuses. Ces CAF sont les cellules sécrétrices des fibres qui empêchent les lymphocytes T d’agir.

caf1

La difficulté d’accès des lymphocytes T aux tumeurs est un des enjeux majeurs dans le traitement par immunothérapie. Un des objectifs de la recherche fondamentale est de trouver de nouvelles cibles pour contrer ce phénomène d’exclusion.

Les fibres sont difficiles à cibler car elles sont semblables aux autres fibres présentes dans notre organisme. Les attaquer pourrait entraîner un risque de dégradation des tissus sains. Les résultats de cette étude offrent donc un nouvel espoir dans le développement de stratégies thérapeutiques qui cibleraient et moduleraient directement certains types de fibroblastes associés au cancer.



L’Institut Curie à l’International