facebook_icon twitter_512x512 mail

Catégories

Commentaires récents

Sites Amis

Mes coups de coeur

Presse lyonnaise

Archives

Syndication

Archives pour 'Points de vue'


Le Dossier Médical Partagé (DMP) 15 ans après


Annoncé dès 2004, le carnet de santé numérique s’ouvre enfin à tous les français après des millions dépensés pour rien dans des accords très critiquables avec le privé.

Ce vieux serpent de mer pourrait enfin démarrer « nous sommes proches de 100 000 dossiers créés chaque semaine » déclare Nicolas Revel, le directeur général de la CNAM.

La grande particularité du nouveau DMP est qu’il est facultatif et à l’initiative du patient. Le patient garde la maîtrise des données et choisit lui-même la liste des praticiens qui auront le droit d’y avoir accès. Il peut masquer une information s’il le souhaite, en supprimer ou les réserver à certains professionnels seulement.

L’assurance maladie prévoit un budget de fonctionnement annuel de 15 millions.

Pour créer votre DMP, rendez-vous sur https://www.dmp.fr

ou parlez-en avec votre pharmacien ou votre médecin.

Qui a gagné les élections américaines ?


D’abord les électeurs et probablement les électrices avec un taux de participation élevé et tout à fait inhabituel aux USA.

Ensuite les démocrates qui prennent la chambre des représentants et donc rééquilibrent les pouvoirs et peuvent prendre la tête de la commission d’enquête sur la relation Trump/Russie pendant la dernière campagne.

La démocratie américaine dont on pouvait désespérer sort ainsi vainqueur avec un nouveau gouverneur du Colorado ouvertement gay, 2 femmes musulmanes élues (dont une immigrée et une femme d’origine palestinienne) et 2 amérindiennes (dont une ouvertement homosexuelle).

Cependant Trump et les républicains gardent le Sénat comme prévu (il faut rappeler que le « charcutage » électoral et le dossier des circonscriptions suivent un mécanisme complexe très favorable aux républicains).

Les républicains obtiennent des victoires symboliques en Floride et au Texas et battent 4 sénateurs démocrates qui avaient tous voté contre l’entrée à la Cour Suprême du juge Kavanaugh.

S’il n’y a pas de « vague bleue » a proprement parlé on entre dans une phase de cohabitation et le battu du Texas Beto O’Rourke (de très peu) fait déjà figure de favori pour être le candidat démocrate contre Trump dans les futures élections présidentielles.

Démission ou respect des engagements


Le vote d’hier était complexe pour un socialiste qui avait reçu l’injonction de ne pas voter pour Gérard Collomb et pour un maire qui a travaillé 10 ans avec Gérard Collomb et qui fait partie d’une majorité.

J’ai choisi de voter pour G.Collomb par respect des engagements pris avec les électeurs et avec l’équipe du 3ème. Je l’ai dit à G.Collomb. Cela ne veut pas dire que je mets de côté des désaccords réels qui sont essentiellement sur la politique nationale.

Evidemment cela ne m’engage pas pour 2020 où de toute façon j’ai dit que je ne serai pas candidat.

J’ai beaucoup réfléchi mais le choix était entre démission ou le vote Collomb.

J’ai choisi le respect des engagements et je ne vais pas démissionner tous les ans, je suis engagé à la Métropole sur deux gros dossiers (Santé/Environnement et le plan Oxygène) que je souhaite terminer avant de me retirer.

Pour ce mandat, je fais partie de la majorité et je l’assume dans le respect de mes engagements. Evidemment pour les Européennes, je voterai PS.

Charybde ou Scylla (2) : Réflexions après 10 ans comme maire d’arrondissement


Traitement humain donc mais aussi régulation.

Dès 2008, j’ai nommé deux adjoints : l’un chargé des aspects humains et sociaux (Rolland Jacquet), l’autre de ce que j’appelle « la régulation » (Martine Elbahar sous ma responsabilité directe).

La régulation a été, dès 2008, de distinguer les pays sûrs des pays en guerre.

La régulation a été d’identifier, grâce à un travail exemplaire des services de Police, les passeurs et les réfugiés qui partent sous un nom (avec de l’argent) et reviennent sous un autre.

La régulation fut également d’identifier les mineurs qui servent d’enfants à plusieurs familles sous des noms différents. (Pour moi, ces enfants demeurent des victimes que la République doit protéger…).

La régulation a été par ailleurs de repérer les trafiquants d’héroïne, sans faiblesse et sans naïveté.

Enfin, la régulation fut aussi de rester vigilant face aux faux certificats médicaux et les symptômes appris par cœur.

Tout cela existe et nécessite d’être logique en demandant expulsion et reconduite aux frontières. Et ce, dans le cadre des lois républicaines et françaises.

Dans le 3ème, cette expérience, nous l’avons vécue avec un camp qui s’est installé à plusieurs reprises et pendant de longs mois autour de la gare de la Part-Dieu. Composé en partie de familles d’origine albanaise, nous avons engagé un travail partenarial et une coopération avec le gouvernement roumain lancé par Gérard Collomb. Ce fut extrêmement difficile et long mais je crois que la situation s’est clairement améliorée.

Le traitement humain demeure à tout point de vue la priorité absolue pour ceux qui fuient la guerre, pour les mineurs isolés, pour les malades. Nous nous sommes beaucoup investis de ce côté. C’est un travail en dentelle, au quotidien et peu visible mais ô combien indispensable et essentiel. Ce fut par exemple, l’utilisation des recettes des quêtes de mariage pour payer des nuits d’hôtels ou encore de les payer nous-mêmes lorsque le froid est insupportable quelles que soient les raisons de la présence sur notre sol. Nous avons expliqué encore et encore à nos concitoyens que la réponse à ce problème ne peut pas être la recherche d’un bouc émissaire mais la valorisation de nos valeurs humanistes et solidaires sans naïveté.

Le traitement humain ce sont également des baptêmes républicains, les boulots que l’on trouve (Merci Bernard Devert), une main tendue, et des échanges réguliers avec les associations et les bénévoles dont le travail d’accompagnement de ces populations est exemplaire.

Je ferai toujours partie de ceux qui refusent que nous tenions un discours dans l’opposition qui ne correspond pas à ce que nous faisons au pouvoir. Je crois avoir montré qu’on peut mener une politique équilibrée. C’est difficile et on mécontente tout le monde : ceux qui veulent des boucs émissaires et ceux qui ne veulent pas voir les difficultés.

C’est la beauté et la difficulté d’un mandat mais la politique c’est faire et assumer.

J’ai fait et j’assume.

Charybde ou Scylla (1) : le dilemme de la Gauche vis-à-vis de l’immigration


Très bel article de Laurent Joffrin dans Libération du 10 septembre (liberation-10-sept-18-laurent-joffrin).

Le message c’est qu’il ne faut pas combattre le nationalisme sans comprendre le message des peuples et qu’on peut ne pas le rejoindre totalement tout en évitant la naïveté.

Le discours de l’ouverture totale, du refus des frontières est en fait tenu par une minorité à Gauche du PS et chez les Verts. Une minorité bruyante mais une minorité tout de même. La Gauche au pouvoir (avec les mêmes dans des Ministères) a plaidé pour humanité mais aussi régulation en raccompagnant des dizaines de milliers de migrants aux frontières sans démission de ministres ni désaveu.

Dans ces conditions il n’y a qu’une politique moralement et politiquement acceptable : la régulation humaine de l’immigration en différenciant les réfugiés qui fuient la guerre et les réfugiés économiques qu’il faut régulariser puis accueillir vraiment si on les régularise sur des critères précis et connus de tous.

La vision de la « Gauche de la Gauche » est de refuser la distinction pourtant réelle quand la gauche est au pouvoir entre migration économique et face à la guerre. Le Populisme est considéré par cette Gauche comme une peur irrationnelle, un repli sur soi qu’il faut combattre par la main tendue et le vivre-ensemble.

Pour battre l’Extrême droite la morale ne suffit pas, dit Laurent Joffrin. Il faut une politique claire. Personnellement j’approuve le fait « qu’on ne peut pas accueillir toute la misère du monde » mais « qu’il faut en prendre notre part ».

Je ne souhaite pas que le PS une fois de plus tienne deux discours, un dans l’opposition et un autre au pouvoir.

Tout n’est pas mauvais dans la loi de Gérard Collomb. Il est urgent de dire ce qu’on gardera et pourquoi et ce qu’on modifiera et pourquoi.

Etre clair dans l’opposition pour savoir où aller une fois au pouvoir. Ne pas tenir compte des discours idéologiques mais définir une politique que l’on mette en oeuvre après l’avoir clairement expliquée.

On a besoin de Sylvie


Sylvie Guillaume termine son second mandat européen comme vice-présidente du parlement.

Surtout elle a travaillé, elle a pris les problèmes les uns après les autres dans les commissions et elle fait partie de ceux qui comptent à Bruxelles.

Le parti socialiste a un bon programme et j’espère que la campagne nous fera monter et que les électeurs comprendront le besoin de Gauche en face du Populisme et de la Droite qui se confondent progressivement.

Rhône-Alpes Auvergne est une des plus grandes régions d’Europe. Nous avons besoin d’une figure qui incarne l’Europe des peuples et pas celle de la Commission.

Sylvie Guillaume ferait une excellente tête de liste pour le parti socialiste et je pense qu’elle doit être 1ère ou 2ème de notre liste.

Si vous partagez cet avis, tweeter ce blog, sur Facebook, faites passer le message aux Instances nationales du PS.

C’est un petit pas pour une grande cause que Sylvie Guillaume peut incarner.

Changeons d’Europe : les propositions de la majorité du PS


Une méthode participative d’élaboration du texte

Nous, socialistes, sommes européens de cœur et de raison

Les conquêtes de la construction européenne sont considérables pourtant le projet européen est abîmé, contesté et aujourd’hui gravement menacé

L’idée européenne est en danger. Elle est menacée de l’Intérieur et de l’extérieur (Trump, Poutine, Eerdogan, Xi Jinping…).

Nous socialistes, sociaux-démocrates et travaillistes européens avons notre part de responsabilité.

Le temps est venu pour les socialistes de clarifier leur message et leurs alliances en Europe. Pour nous le débat démocratique doit s’organiser autour d’une question claire : quelle Europe voulons-nous ?

La logique des grandes coalitions européennes qui organise la fusion entre droite et gauche à l’échelle de l’Europe désespère les peuples en accréditant l’idée qu’il n’a pas d’autre alternative que celle des « populismes ».

Le parti socialiste européen (PSE)  en a  tiré les conclusions pour lui-même, à Lisbonne, en décembre 2017, en rejetant toute alliance avec les partis de droite, libéraux et conservateurs. Cette réorientation doit être réaffirmée et menée jusqu’à son terme. Nous la défendrons sans transiger au sein du PSE ; Au lendemain des élections, nous proposerons au Parlement Européen la création d’un intergroupe à l’ensemble des gauches et des écologistes pour mener ensemble des combats communs.

L’Europe a besoin d’un changement radical.  L’Europe a besoin de retrouver le sens de la coopération et de la solidarité.

L’Union européenne, et singulièrement la commission Juncker, apparait comme le bras armé de la mondialisation néolibérale.

Plus que jamais la gauche est l’avenir de l’Europe.

L’Europe a besoin d’un nouvel élan, elle ne peut plus être l’otage de ceux qui refusent de la transformer. Mais faire l’Europe, c’est aussi poursuivre et intensifier son intégration avec des Etats volontaires afin d’atteindre nos objectifs collectifs.

Il nous faut désormais construire un vote utile pour chaque Européenne et chaque Européen, un vote fonde sur des propositions concrètes et fédératrices.

Une Europe puissance qui change le cours de la mondialisation et protège les citoyens.

L’Europe donne trop souvent l’impression d’accompagner la marche du monde plutôt que de tenter d’en infléchir le cours.

L’Europe a une responsabilité essentielle dans la lutte contre les changements climatiques

L’avenir de l’Europe se construit dans ses frontières actuelles

L’Europe doit promouvoir une nouvelle approche du commerce international.

L’Europe doit défendre de nouvelles coopérations internationales.

Elle doit savoir se faire respecter et se doter d’une capacité stratégique et militaire commune. Cette épreuve peut être fondatrice d’une solidarité de destin.

Parce que nous sommes la gauche, nous avons la responsabilité de refuser les fuites en avant et de prendre notre part de l’avenir de l’Humanité. Si elle a des frontières, l’Europe ne peut être une forteresse.

Une Europe pour les européens, qui défende l’emploi, la justice sociale et mène la transition écologique.

Une Europe puissante doit être au service des européens.

L’Europe doit se doter de grands projets collectifs qui mobilisent tous les citoyens autour de buts communs. Elle a besoin pour cela d’un budget ambitieux reposant sur des ressources propres.

Pour que ces objectifs soient crédibles, le cadre des politiques européennes doit évoluer. Le droit de la concurrence et des aides d’Etat doit être révisé.

L’Europe par les Européens, plus démocratique et garante de leurs droits fondamentaux.

Pour affirmer l’Europe puissance, nous devons instaurer le lien entre les peuples et l’Union, redonner du souffle à la vie démocratique européenne.

L’Europe doit assurer le respect de la dignité humaine et des droits démocratiques.

Les citoyens ont le sentiment de ne pas peser sur les politiques publiques européennes.

L’Europe doit devenir celle des peuples, pas seulement des Etats.

Le parlement européen doit devenir un parlement de plein exercice.

Il est possible d’engager beaucoup d’actions nouvelles et d’infléchir le cours de l’Europe dans le cadre des traités existants. Mais nous savons qu’il faut aujourd’hui obstacle à de nombreux changements que nous appelons de nos vœux.

Un budget européen pour quoi faire ?


Comme une politique se juge autant sur ses priorités budgétaires que sur les discours qu’elle produit, Sylvie Guillaume vous propose d’aborder une série de grands thèmes de la politique budgétaire européenne,  en parlant justement des choix politiques qu’il faut faire selon elle et son groupe des socialistes et démocrates.

Elle aborde notamment les rapports de force entre les institutions pour élaborer ce budget, avec leurs déséquilibres et les conséquences négatives que cela implique pour la capacité d’action de l’UE. Les grandes priorités des socialistes et démocrates sont évoquées : avenir de la planète, politique migratoire, inégalités sociales, politique agricole commune.

Enfin elle nous offre, avec quelques cartes et graphiques, un point de vue synthétique sur les principales données chiffrées de ce budget.

A découvrir en pdf ici

COP24 : Au secours


La COP24 aura lieu en décembre et les signes d’alerte sont là

F L’Arctique verdit avec des espèces nouvelles de régions plus chaudes

F Les glaciers fondent de 20 mètres tous les dix ans

F La moyenne montagne n’a plus de neige et des stations entières doivent se reconvertir

F Il y a de plus en plus de pollens et les saisons des pollens s’allongent

F Le niveau de la mer s’est élevé de plus de 4 mètres depuis 10 ans et il suffirait d’un 1 mètre de plus pour que « 15 000 km de routes, 2 000 km de voies ferrées et 350 km d’autoroutes soient submergées » (dixit le GIEC). 1 mètre de plus et on ne pourra plus atterrir en Corse (du moins sur les aéroports actuels).

F En Corse, des puits d’eau douce sont devenus salés. Ségolène Royal fait remarquer que « 70% des grands conflits sont dus à une guerre de l’eau ».

F Les vagues sont plus hautes (les surfeurs sont contents), les vins plus forts en alcool et les moustiques tigres nous envahissent.

A la COP21, les pays riches avaient promis 100 milliards d’ici 2020, puis 100 milliards par an pour financer la transition énergétique. Trump est arrivé et plus personne n’en parle.

Il paraît que notre Président a été sacré « champion de la Terre » à l’ONU.

Au secours Champion et si N.Hulot avait raison ?

Il est encore temps de réagir.

ON VEUT DES FAITS = 100 MILLIARDS SUR LA TABLE D’ICI 2020

Aux actes Champion !

La gratuité n’existe pas


Valérie Pécresse, après avoir accepté d’étudier la gratuité des transports en commun en Ile-de-France, a dit NON « si les voyageurs ne paient pas, il faudra que quelqu’un d’autre paie… » (Cela me rappelle le président Rivalta au Sytral qui disait « A Lyon, la gratuité des transports en commun cela coûte 300 millions par an »).

Si les impôts payent à Lyon les transports en commun cela veut dire 700 millions d’investissement par mandat au lieu d’un milliard (2,1 milliards tous les 18 ans au lieu de 3.1).

Valérie Pécresse rappelle qu’en Ile-de-France les usagers (75 euros par mois pour le pass Navigo) ne payent déjà que 30% du coût (le reste ce sont les entreprises avec le versement Transport et les impôts).

Il y a toujours un payeur si c’est gratuit le contribuable ou l’usager.

Je crois normal en tant que contribuable de payer pour les bibliothèques et même pour les musées car la collectivité doit offrir un patrimoine commun. Je suis d’accord aussi pour la gratuité de la cantine pour les enfants défavorisés, d’accord encore pour le ramassage scolaire dans les campagnes et bien sûr d’accord pour le handicap.

L’économiste Milton Friedmann a écrit « Un repas gratuit cela n’existe pas », il reste donc à trouver le bon vocabulaire.

Rien n’est gratuit mais le contribuable peut accepter de payer plus dans certains cas.

Pour les transports l’enjeu est trop important. Le consommateur doit payer au moins une partie.

30% cela me parait raisonnable !

Le ballon d’or : un rêve français


Au moment où les votants du ballon d’or (qui désignent le meilleur footballeur évoluant en Europe) commencent à voter, l’équipe championne du monde a plusieurs candidats ce qui est un handicap risquant de disperser les voix en faveur du croate Modric.

L’équipe de 84 avait Platini, celle de 98 et 2000 Zidane mais cette fois il y a une équipe et pas une personnalité qui se dégage.

Eliminons d’abord 3 joueurs qui le mériteraient. Hugo Lloris le capitaine a perdu sa chance lors de son erreur en finale (malgré une coupe du Monde exceptionnelle) et Paul Pogba et Ngolo Kante sont des milieux de terrain qui gagnent très rarement.

Reste donc 3 candidats : Varane, Mbappe et Griezmann.

Varane a tout gagné (Champion ‘s League et Coupe du Monde) mais il joue avec Modric qui a beaucoup de supporters.

Griezmann a tout gagné aussi (Europa League et coupe du Monde) et Mbappe c’est Mbappe (demandez à Lopez le goal de Lyon).

Donc un risque majeur d’avoir 1/3 de voix pour chacun.

Je voterai personnellement pour Griezmann pour le Ballon d’Or 2018, Mbappe pour le titre de Meilleur Jeune de moins de 21 Ans.

Mais… je ne fais pas partie des votants et il faut attendre Novembre.

Mon pronostic : Ce sera serré entre Modric et Griezmann.

Des moustiques jusqu’à Noel


Les moustiques s’adaptent à des températures moins chaudes et le réchauffement climatique leur facilite la tâche.

La chaleur persistante en ce début d’octobre a permis aux larves de prospérer. Une femelle peut pondre jusqu’à 200 œufs par portée et donne naissance tous les 15 jours à une nouvelle génération.

Les moustiques survivent car nous ne faisons pas assez attention aux eaux stagnantes qui sont indispensables à la femelle pour pondre (soucoupe de pots de fleurs, vases, seaux, et à Lyon les pneus censés empêcher les voitures de se cogner en se garant).

Il y aura donc des moustiques jusqu’à Noël et surtout dans les villes où il fait plus chaud.

En conséquence, il faut éliminer les eaux stagnantes, utiliser un ventilateur (les moustiques ne supportent pas), changer régulièrement les gamelles des animaux domestiques, nettoyer les gouttières et éviter les « anti-moustiques » aux pesticides (les prises de courant) car ils deviennent résistants et utiliser les moyens naturels (citronnelle).

Si vous ne voulez pas être piqué en janvier… faites un effort.

Pollution de l’air, on avance


En l’absence de François de Rugy retenu en Corse par la collision de deux bateaux, c’est Elisabeth Borne qui accueille la signature de l’accord sur les zones de faibles émissions (ZFE)  à la veille des Assises de la Qualité de l’Air.

J’accompagne David Kimelfeld pour l’engagement de la Métropole sur ces zones qui protègeront les habitants de la pollution.

A Lyon, David Kimelfeld a pris le problème à bras le corps et le vote est prévu fin janvier.

Dès 2019, on fera de l’éducation des acteurs et la zone sera effective début janvier 2020.

Les camions et les véhicules utilitaires légers sont concernés dans un premier temps.

Jean-Louis Digit, député du Rhône et président du conseil national de l’air a animé l’après-midi avec trois tables rondes permettant à chacun de prendre connaissance des difficultés et des bonnes idées des autres.

A Lyon, les habitants ne sont déjà plus au-dessus du seuil européen pour les particules fines et il n’y aura plus que 7000 lyonnais au-dessus du seuil pour l’oxyde d’azote en 2022 grâce à la ZFE.

Les collectivités et l’Etat s’engagent. Nous n’avons plus le temps d’attendre et la politique des petits pas n’est pas souhaitable car les milieux économiques sont prêts et l’enjeu de santé publique est majeur.

david-kimelfelddavid-kiemfeld-2

Visite privée, enjeu fiscal


La semaine dernière, nous organisions à l’Institut Curie une visite privée pour nos donateurs les plus fidèles de notre nouveau centre d’immunothérapie.

C’est toujours un grand honneur pour nous de recevoir nos donateurs. Ce nouveau Centre d’immunothérapie des cancers est désormais concret. C’est une première en France et nous en sommes particulièrement fiers. Sa conception a été directement inspirée du modèle initié par Marie Curie il y a plus de 100 ans. Ce modèle, c’est celui de la cohabitation entre chercheurs et médecins. Ce modèle, c’est l’esprit de l’interdisciplinarité. Ce modèle, né à l’Institut Curie. a été conceptualisé, organisé et mis en œuvre ici pour la première fois, par Marie Curie et avec Claudius Regaud, un médecin et biologiste lyonnais, moins connu du grand public mais dont le rôle a été tout aussi déterminant.

Claudius Regaud a été l’un des premiers radiothérapeutes français à mettre en pratique sa conception d’une médecine scientifique. Tandis que Marie Curie se consacrait à l’étude des propriétés physicochimiques des radioéléments, lui se penchait sur leurs effets biologiques. L’histoire de l’Institut Curie retient leur complémentarité et la mise en commun de leurs découvertes.

En 1913, le Dr. Regaud a cofondé et codirigé avec Marie Curie l’Institut du radium.

Avec ce centre d’immunothérapie des cancers, nous sommes au cœur de notre histoire et de ce qui fait la spécificité de l’Institut Curie, sa force et de ce qui fait aussi, il faut le dire, notre fierté car nous sommes aujourd’hui leurs héritiers.

A l’Institut, nous favorisons ces collaborations étroites et fécondes entre chercheurs et médecins pour accélérer le transfert des découvertes vers nos patients.

Ainsi, ce centre accueille sur un étage entier de l’hôpital laboratoires de recherche fondamentale, translationnelle et clinique, salles de consultations, lits d’hôpital.

L’immunothérapie consiste à traiter le cancer en utilisant notre propre système de défense, le système immunitaire : c’est un traitement qui bouleverse la prise en charge des cancers et représente l’une des avancées thérapeutiques les plus importantes de ces dix dernières années dans la lutte contre le cancer.

Cette visite était également l’occasion de sensibiliser nos donateurs aux récentes réformes fiscales qui impactent lourdement l’Institut Curie, j’y reviendrai dans un prochain blog. L’Institut Curie vit actuellement une période difficile du fait des réformes en cours, notamment fiscales. C’est la transformation de l’ISF en IFI, c’est la baisse de la CSG, ce sont aussi les incertitudes liées à la mise en place du prélèvement à la source. Ainsi, la transformation de l’ISF en IFI, c’est très concrètement, sur les 4 derniers mois, 3 millions d’euros de dons en moins pour l’institut Curie. C’est aussi une raison pour laquelle cette visite était importante pour nous puisque les donateurs conviés faisaient partie de ceux qui, malgré les réformes, ont maintenu leur don et leur aide à l’Institut Curie. Nous voulions les remercier.

Ce centre exceptionnel a été rendu possible grâce aux dons. Nous souhaitons pouvoir continuer demain à financer ce type d’équipement. Cela ne sera possible que si les réformes fiscales ne pénalisent pas les acteurs de la philanthropie.

Le train à hydrogène entre en gare


Ça se passe en Allemagne, il a été construit en Allemagne mais ce train est Français, conçu par l’unité de recherche Alstom à Tarbes.

Il relie sur 100 Km deux petites villes allemandes (Cuxhaven à Buxtehude). C’est un TER et il a été inauguré par Madame Merkel en personne.

Le train à hydrogène est en fait un train électrique qui capte son énergie non pas sur des caténaires sur des fils mais grâce à des piles à combustible alimentées par hydrogène. C’est propre et cela réduit les émissions de façon considérable comparé au diesel.

Le futur ce sont des trains électriques à grande vitesse et des TER à hydrogène. Nous sommes entrés dans un nouveau chapitre de l’histoire du transport ferroviaire.

Avec 1000 TER au diésel, le marché français est important et Alstom prévoit les premiers trains à hydrogène en 2022. L’objectif serait de réduire alors de 40% les émissions de CO2.

Au nom de tous les Audin


Le Président de la République a enfin reconnu le crime d’Etat contre Maurice Audin, militant communiste et anti indépendantiste assassiné sous la torture par le Général Massu (ou son équipe) en 1957.

A l’époque, les « pouvoirs spéciaux autorisent l’armée à arrêter, détenir et interroger tous suspects ».

Le 11 juin 1957, la bataille d’Alger fait rage. Pierre Audin est arrêté et officiellement « il s’évade en jeep du centre de Triage ». Sa femme ne le reverra jamais et élève Pierre 4 mois, Louis 18 mois et Michèle 3 ans.

Pierre a adhéré au PC comme son père et est devenu un As des mathématiques (son père était assistant en Mathématiques à la Fac d’Alger) et c’est Cédric Villani qui a pris fait et cause pour le devoir de mémoire.

Josette Audin, 87 ans, a reçu chez elle le président venu s’excuser au nom de la France.

Bien sûr qu’il y a eu beaucoup d’autres Audin dont des militants algériens  (parmi lesquels le père de mon ami Nadir Boumendjel torturé par le Général Ausaresses).

Cette visite à domicile d’Emmanuel Macron c’était au nom de tous les Audin Français ou Algériens.

Les médicaments efficaces sont dangereux


Les médicaments ont une AMM (autorisation de mise sur le marché) pour des indications précises mais il n’est pas interdit de les utiliser pour d’autres indications.

L’ANDROCUR est un médicament utilisé dans le cancer de la prostate et pourtant 57 000 femmes l’ont utilisé en 2017 !

Ce médicament lutte en effet contre la pilosité excessive (trop de poils) en bloquant les hormones males. Pour les cas d’hirsutisme (pilosité majeure) c’est justifié mais le médicament est aussi prescrit pour des cas mineurs et pour l’acné.

L’Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM) vient de publier une alerte (numéro vert 0 805 04 01 10). Le risque de tumeur du cerveau est multiplié par 7. Heureusement il s’agit d’une tumeur bénigne, le méningiome que la chirurgie guérit si le diagnostic est précoce. Si le diagnostic est tardif l’atteinte des méninges peut entrainer de lourdes séquelles même si la tumeur ne fait pas de métastases et ne tue pas.

Le risque est multiplié par 20 pour les patientes ayant pris le médicament pendant plus de 5 ans.

Donc la morale, c’est qu’un médicament efficace est souvent un médicament dangereux qu’il faut prescrire avec prudence même s’il est efficace pour des troubles mineurs.

Scénario inédit pour les élections au Brésil


L’attaque dont a été victime Jair Bolsonaro et l’élimination définitive de Lula perturbent une campagne dont le premier tour est prévu le 7 octobre.

Candidat du parti social libéral, Jair Bolsonaro était le favori du premier tour avec 22% des intentions de vote lorsque le 6 septembre il a été poignardé pendant un meeting. Il est actuellement à l’hôpital.

Avec ses sorties racistes, misogynes et homophobes, il était la cible des autres candidats et les experts prédisaient sa chute dans les sondages. Ses adversaires ne savent plus comment l’attaquer et au moins provisoirement les sondages le montrent de nouveau en hausse.

44% des brésiliens regrettent son positionnement et bon candidat du premier tour il ne devrait pas être un bon candidat du deuxième tour mais maintenant plus personne ne sait ce qu’il va se passer.

Quatre autres candidats se disputent la place au deuxième tour. Marina Silva, ex-ministre de l’environnement sous Lula, créditée de 12% comme un autre candidat de gauche, Ciro Gomes, Geraldo Alckmin obtient 9% des voix et le remplaçant de Lula, Fernando Hadad inconnu en dehors de Sao Paolo n’obtient que 6% des voix.

28% des brésiliens sont indécis et ce sont eux qui détiennent la clé d’un scrutin dont le scénario reste à écrire.

Marcher ça marche


Pas seulement parce ce que depuis 4 mois je marche au minimum 10 km par jour et souvent 100 km par semaine et que j’ai perdu 10 Kg.

Pas seulement parce que « la marche pour le climat » a fait baisser la pollution à Paris (et probablement à Lyon) en diminuant la place pour la voiture.

Peut-être parce que le message de Nicolas Hulot « Les politiques n’y arriveront pas tous seuls » marche et fait marcher 100 000 manifestants en France un samedi de Septembre par beau temps.

Sûrement parce que de plus en plus de citoyens demandent des comptes et des engagements.

Attention cependant à ne pas surestimer la mobilisation car les sondages suite au départ de Nicolas Hulot montrent que seuls 34% des Français pensent que l’écologie doit être une priorité pour le gouvernement.

Marcher ça marche mais dans mon expérience ce n’est pas qu’une fois.

C’est tous les jours qu’il faut privilégier le vélo et la marche et en 3ème solution le transport en commun.

Marcher ça marche mais pas qu’une seule fois.

SPORT : le coup de grâce ?


Le premier coup en plein cœur a été la suppression des emplois aidés.

Ancien président de l’Agence pour l’Education par le Sport, je sais le rôle du sport pour donner des règles, pour faire le lien via les clubs et l’école avec les familles et pour développer le sport féminin en particulier dans les quartiers.

Les exemples sont multiples : chaque année dans « Fais-nous rêver », on voit des exemples du sport qui insère, qui permet un premier emploi, qui permet de passer des diplômes.

A 90% c’était grâce aux emplois aidés que les clubs pouvaient créer ces emplois qui débouchaient soit sur des CDI, soit sur des emplois dans le privé par exemple au Crédit Lyonnais qui fait un travail magnifique pour insérer par le sport.

On a arraché les perfusions de ceux qui étaient encore vivants lors du refus de prendre en compte les propositions Borloo.

La suppression de milliers d’emplois dans la fonction publique du sport et en particulier dans les comités régionaux serait le coup de grâce en enlevant les compétences et ce qui reste pour faire le lien entre sport de masse et sport de haut niveau et entre sport et éducation.

Au moment où la France se prépare à accueillir les Jeux Olympiques, cet assassinat du sport citoyen, du sport éducatif, du sport insertion est un désastre d’autant que chacun sait qui va remplacer les salariés du public et les emplois aidés ; ce sont bien sûr les associations communautaires et communautaristes. Un désastre se prépare.

Roxana Maracineanu saura-t-elle empêcher le coup de grâce ?

Il faut l’espérer de tout cœur car le chapitre suivant sera dramatique pour notre nombre de médailles en 2024 (après tout c’est pas si important) mais surtout dramatique pour l’insertion et l’éducation par le sport en favorisant en plus l’accroissement des problèmes que vivent actuellement nos quartiers