facebook_icon twitter_512x512 mail

Catégories

Commentaires récents

Sites Amis

Mes coups de coeur

Presse lyonnaise

Archives

Syndication

Silence, le prix Nobel de la paix tue


La définition du génocide c’est « crime contre l’humanité tendant à la destruction totale ou partielle d’un groupe national, ethnique, racial ou religieux ».

Les Arméniens, les Juifs, les Tutsi on connait, les Ouïghours en Chine on sait mais on se tait et personne ne pense aux Rohingya musulmans birmans établis en Birmanie depuis le VIII siècle dans la province de l’Arakan.

Il y a eu pourtant le film de Barbet Schroeder sur les agissements criminels du moine bouddhiste Ashim Wirathu et le récent documentaire sur Arte (« La mécanique du crime »).

Un nettoyage ethnique a commencé en 2012 avec un paroxysme en 2016 et 2017. Entre 20 000 et 30 000 personnes ont été tuées dans des villages oradour sans que le monde ne réagisse vraiment.

Il ne reste plus que les Birmans bouddhistes dans la province de l’Arakan et 700 000 personnes ont fui au Bangladesh le pays le plus pauvre de la Région où ils vivent dans des conditions pitoyables.

Faut-il rappeler que l’exemplaire prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi, la dame avec une fleur dans les cheveux est premier ministre après 25 ans d’assignation à résidence et partage le pouvoir avec les militaires. Elle couvre les crimes contre l’humanité et parle « de petites zones de conflits ».

Lamentable et désespérant. On retire bien les légions d’honneur, on devrait retirer les prix Nobel !

Poster un commentaire