facebook_icon twitter_512x512 mail

Catégories

Commentaires récents

Sites Amis

Mes coups de coeur

Presse lyonnaise

Archives

Syndication

Visite de l’IRMIS…


…IRMIS, pour Institut Régional de Médecine et d’Ingénierie du Sport à Saint-Etienne.

Cela faisait longtemps que je voulais le visiter et j’ai réussi à y aller la semaine dernière. Le professeur Alain BELLI a, en effet, créé un outil unique en Europe pour l’étude des performances des sportifs de haut niveau mais aussi pour l’amélioration des conditions physiques de l’ensemble de la population notamment à travers l’étude des vêtements et autres outils utilisés dans les différentes disciplines.

Il y a par exemple, au sein de l’Institut, un laboratoire qui reproduit le froid de la montagne ou encore les différents vents pour les sports nautiques. Il y a également un laboratoire qui permet d’étudier très précisément les mouvements, le cœur et la respiration.

Il y a aussi de nombreuses coopérations avec les industriels pour améliorer encore le matériel.

Alain BELLI voulait que je vienne car j’avais, sous l’autorité de Jean-Jack QUEYRANNE, alors Président de la Région Rhône-Alpes, permis de voter le budget pour construire ce beau projet. Ce n’est pas fréquent en politique d’avoir de la reconnaissance surtout quand on a quitté un poste et donc que l’on « n’intervient » plus dans le processus décisionnel.

On  ne rencontre pas tous les jours des Alain BELLI qui, avec efficacité et connaissant le chemin parcouru, a construit un outil dont Saint-Etienne, la Région et même la France peuvent être fières.

Pour mieux comprendre ce qu’est l’IRMIS, je vous encourage à regarder cette vidéo. Elle parle de football, ce qui est bien normal à Saint-Etienne ;) !

Nouvelle déchèterie à Feyzin


Hier, j’inaugurais une nouvelle déchèterie à Feyzin dans le cadre de la Vice-présidence au Grand Lyon.  L’occasion de faire aussi un bilan de ce service très apprécié des habitants :

La déchèterie de Feyzin est la 19ème déchèterie ouverte sur la Métropole, 28 ans après la 1ère. En 2015, on a comptabilisé plus de 2 millions d’accès en déchèteries et une collecte moyenne de 100 kg par habitant. Aujourd’hui près de 50 % des déchets recyclés dans la Métropole de Lyon proviennent des déchèteries. Quasiment chaque année, des collectes séparées se sont progressivement mises en place. En 2007, ce sont les déchets d’équipements électriques et électroniques. En 2009, la collecte séparée du plâtre. En 2014, celle des meubles, etc.

L’année dernière, ce sont des « donneries » qui ont été installées : les objets qui sont en état de marche peuvent être récupérés par les associations caritatives puis redistribués. Cela car, les assidus de ce blog le savent, ce qui reste encore le plus écologique et le plus économique, c’est encore de ne rien jeter.

Souvenez-vous la théorie des « 3 R » :

  • d’abord, réduire,
  • ensuite, réutiliser,
  • et enfin, recycler !

La parole à… Gérard COLLOMB


Hier, j’étais à Izieu pour la Journée nationale du souvenir des victimes et des héros de la déportation. Je ne pouvais donc pas participer à la commémoration régionale et républicaine du Génocide des Arméniens de 1915.

Cela ne m’a pas empêché d’avoir une pensée sincère à l’égard de la communauté arménienne lyonnaise. En écho à cette journée, je vous propose de lire, ci-dessous, les mots prononcés, hier, par Gérard COLLOMB devant le Mémorial, place Antonin Poncet :

« « Plus nous avons de passé, plus nous avons de mémoire, plus nous avons aussi de responsabilité ». Ces mots sont ceux de Charles Péguy, grande voix du mouvement arménophile français qui, dès la fin du 19e siècle, avait dénoncé les premiers massacres des Arméniens de l’Empire ottoman.

Cette pensée, je l’ai souvent à l’esprit quand nous nous rassemblons année après année pour commémorer le génocide de 1915. Car la conscience aigüe de notre responsabilité doit rester pour nous un guide précieux. C’est elle qui confère à cette cérémonie toute sa solennité. Une solennité que n’altèrent ni l’écoulement du temps, ni l’indifférence de ceux qui ne comprennent pas le sens de notre recueillement, ni même l’hostilité de ceux qui s’y opposent.

L’an dernier, les célébrations du centenaire ont été un moment d’une rare intensité.

A Lyon, nous étions plusieurs milliers place Bellecour pour vivre cette commémoration à l’unisson avec Erevan.

Dans toute la France, elle fut l’occasion de rappeler l’importance du travail de mémoire, l’importance de l’engagement des historiens du monde entier qui, depuis cent ans, ont réalisé et continuent d’accomplir une œuvre considérable pour expliquer comment prit forme cette horrible tragédie, inaugurale du 20e siècle.

Et même si ce centenaire n’a pas été l’occasion du sursaut que nous attendions tous de la part de l’Etat Turc, si au contraire, ce dernier a persisté dans un déni obstiné, le mouvement pour la vérité et pour la mémoire est en marche. Et nous savons que rien ne pourra l’arrêter.

Lire la suite »

Un pays sans gouvernement…


Depuis le 20 décembre dernier, l’Espagne n’a toujours pas de gouvernement. Les élections législatives ont, en effet, été historiques pour le Royaume. En mettant fin au bipartisme, les Espagnols ont fait émerger des partis nouveaux, Podemos et Ciudadanos, sur l’échiquier politique national.

Depuis la transition démocratique et pendant des années, le PSOE et le PP, équivalent de nos PS et LR, se sont partagés le pouvoir du Parlement (Cortes Generales).

La crise économique et institutionnelle ont fait naitre de nouvelles manières de faire de la politique. Entre un Podemos, issu des rassemblements civiques de la Puerta del Sol et un Ciudadanos crée en réaction au nationalisme catalan, la scène politique fait dorénavant jeu à quatre.

Se pose donc maintenant la question de la gouvernance, et donc celle de la construction d’une majorité pour gouverner, arbitrer. Depuis quatre mois, les « modernes » et les « anciens » s’affrontent et ils n’arrivent pas à se mettre d’accord sans renier leurs engagement, bloquant ainsi le pays. De nouvelles élections législatives auront lieu si aucun accord n’est trouvé d’ici le 2 mai, ce qui est quasi inéluctable.

La crise économique a entraîné la crise politique. La recomposition en marche m’interroge sur la fragmentation politique de nos sociétés entre des partisans du changement à travers de nouvelles formes d’expression populaire et les garants de transformation via les partis historiques nationaux.

D’où viendra le changement ?

La relation étroite entre l’économie et la santé


Steve JOBS, le président d’Apple, pensait qu’il allait guérir de son cancer par la force de l’esprit… Mot d’ailleurs également employé par François MITTERRAND au moment où il luttait contre son cancer.

De façon plus pragmatique, le milliardaire Sean PARKER, fondateur de la musique en ligne, a annoncé la semaine dernière une donation de 250 millions de dollars à six centres de lutte contre le cancer américains pour la recherche en immunothérapie qui est certainement l’espoir le plus important pour la lutte contre le cancer pour les cinq prochaines années.

Quelques jours après, Marc ZUCKERBERG, fondateur de Facebook, a insisté sur les espoirs qu’il pouvait placer dans l’utilisation des intelligences artificielles et les Big Data pour la recherche médicale.

Les forces de l’esprit… oui … mais l’espoir est plutôt du côté de la recherche !

Et, au moment où la création d’emploi est  notre priorité, il ne faudrait pas oublier que la santé est une économie qui crée des emplois et qui est amenée à en créer encore beaucoup.

La parole au… Directeur général des services


A l’occasion de la présentation du bilan d’activités de la Mairie du 3ème arrondissement pour l’année 2015, je laisse aujourd’hui la parole à Monsieur Yves GIRIER, Directeur général des services.

« Pour répondre aux besoins administratifs des 100 000 habitants de notre arrondissement, la Mairie du 3e peut compter sur une quarantaine d’agents.

En 2015, nous avons accueilli 84 749 usagers pour un total de 133 658 actes. Ces derniers comprennent les actes dématérialisés qui représentent aujourd’hui plus de 30 % de leur volume et qui seront amenés à augmenter à l’avenir. C’est avec fierté que je constate d’ailleurs que le 3ème est le plus avancé en matière de numérique.

Cela étant, les habitants demeurent nombreux à téléphoner. L’accueil téléphonique reste stratégique dans le sens où il doit permettre de donner l’ensemble des informations demandées. En 2015, sur 76 742 appels, 19 664 ont été redirigés vers des services spécialisés.

Enfin, pour évaluer la qualité de notre service public, nous avons réalisé deux enquêtes de satisfaction. Les résultats sont satisfaisants et encourageants puisqu’ils témoignent de la bonne adéquation entre les attentes des habitants et les services rendus. L’ensemble des résultats sont consultables sur le site de la Mairie.

Pour cette année et dans un contexte particulièrement contraint, notre objectif est, bien sûr, de maintenir ce niveau de qualité en poursuivant nos efforts de polyvalence pour assurer à l’ensemble des habitants de l’arrondissement un service rapide et de qualité. »

Le Lou accède au top 14


Hier, je félicitais le BLU et Paul OMBA. Aujourd’hui c’est au LOU que vont les honneurs. A croire que les vacances de printemps ont été vraiment favorables pour les sportifs lyonnais.

Au vue de la saison, on pressentait depuis quelques temps une possible remontée du club dans l’élite. Avec la défaite de Bayonne vendredi, c’est désormais chose faite : le titre de Pro D2 est assuré aux lyonnais et cette 1ère place est synonyme d’accession directe en TOP 14 sans passer par la case barrages !

Dans la foulée, Gérard COLLOMB a indiqué que le club de rugby lyonnais pourrait s’installer à Gerland en 2017. C’est une bonne nouvelle pour le sport lyonnais. L’excellence est toujours un bon signe pour le développement d’une ville. L’enceinte de Gerland permettra aussi au LOU de poursuivre, on l’espère, son ascension !

Paul OMBA BIONGOLO ira aux JO de RIO


Les lecteurs assidus de ce blog le savent, je suis très attentif aux résultats des membres du Boxing Lyon United (BLU). Longtemps, ces jeunes boxeurs se sont entraînés dans la rue avant de trouver un gymnase et de se structurer véritablement en club.

Avec Abdel ACHACHE, Adjoint aux sports à la Mairie du 3ème arrondissement, nous avions remis la médaille de citoyen d’honneur à son Président, Kamel HASNI en septembre 2014 pour son talent, mais aussi pour son investissement et engagement citoyen dans le sport.

Car si le BLU excelle avec ses résultats sportifs, il brille aussi dans la conception qu’il a du sport en général et de la boxe en particulier : boxe éducative, handi-boxe… que l’on soit fille, garçon, valide ou en situation de handicap, chacun peut trouver sa place dans ce jeune club qui, après seulement 3 ans d’existence, a d’ores et déjà réussi d’incroyables exploits.

Dans mon post du 23 février dernier, je parlais de notre espoir de voir qualifié le jeune Paul OMBA BBIONGOLO pour les Jeux Olympiques de Rio, cet été.

Et bien ça y est, c’est chose faite ! Vendredi, A l’issue de quatre combats, Paul a décroché son billet pour Rio !

Alors bravo au BLU ! Bravo à Paul ! Vous allez encore nous faire vivre de grands moments !

De la culture… pour tous !


Lundi, j’ai pu écouter, à l’Auditorium, le prodigue chinois LANG LANG jouer Tchaïkovski, Bach et Chopin avec une virtuosité impressionnante et effectivement sans égal. Si ce fut une expérience unique, l’incroyable vitesse me touchait finalement moins que ce que CZIFFRA exprimait en donnant l’impression de retenir chaque note. La soirée n’en fut pas moins merveilleuse.

Mercredi soir, à la Bourse du Travail, je découvrais les 3 propositions des artistes de la soirée Maillages que la Mairie du 3ème dédiait aux cultures urbaines et à sa jeunesse (cf. post du 6 avril).

Deux soirées musicales extrêmement différentes mais tout aussi plaisantes. Je dois avouer que je connais davantage la musique classique que le beat box que j’ai découvert ce soir là. Cela dit, Faya BRAZ était bluffant ! Le DJ Jaysper, accompagné d’un joueur de oud, oscillait ensuite entre musique orientale et électronique. Et le final avec l’ensemble des musiciens et les incroyables danseurs de compagnie de hip hop TKN ont clôturé cette soirée en beauté.

Deux très belles soirées donc, deux soirées qui témoignent de la virtuosité et de la diversité des jeunes artistes.

Inutile de dire qu’on en veut encore !

12993445_1127327657331050_6263310723938655865_n1

(c) Stéphanie CAGNI

Quand les patients nous aident


Aujourd’hui, je suis avec une centaine de patients de l’Institut Curie pour cette nouvelle session de dialogue dans le cadre de notre projet d’entreprise. Ces temps d’échanges nous permettent de mesurer l’attente et les interrogations des patients et de leurs proches sur les sujets qui les touchent directement.

Les questions du parcours patient, de la relation avec les soignants, de l’accès à l’information, de la recherche clinique, de l’innovation… autant de thèmes sur lesquels les attentes sont nombreuses.

Pour ma part, j’attends toujours beaucoup de ces sessions d’échanges. C’est l’occasion de voir comment les patients réagissent aux projets qui sont décidés par l’Institut pour les cinq prochaines années.

Notre ambition, c’est une évidence pour nous, est de mettre le patient au cœur de notre projet. Mais c’est toujours autre chose d’être face à eux et à leurs proches qui vivent au quotidien avec la maladie, d’être face à leurs questions, à leurs propositions concrètes, souvent frappées du bon sens, sur tel ou tel points.

Je sais pouvoir compter sur le directeur de notre ensemble hospitalier pour nous aider à prendre en considération chacune des remarques qui seront formulées. C’est important.

img-20160414-wa0000

Ce soir, ca se passe à la Bourse du Travail


affiche-maillages_blog2

“Nuit debout” dans le 3ème


Depuis samedi soir, la branche lyonnaise du mouvement « Nuit Debout » a choisi le 3e arrondissement pour se réunir et s’interroger sur de grandes questions irriguant notre société : démocratie, travail, éducation, jeunesse… Des Lyonnais ont donc fait le choix de ces réunions pacifiques pour exprimer leurs doutes et leurs interrogations.

Installés Place Guichard, jeunes et moins jeunes, ont fait le choix de se retrouver sur ce lieu symbolique face à la Bourse du Travail, haut lieu du rassemblement social lyonnais qui a pu accueillir des hommes et femmes tels que Martin Luther King. Le génie des lieux des géographes prend donc ici tout son sens !

Dans un premier temps intrigué par cette démarche nouvelle, je suis agréablement surpris par l’organisation et l’état d’esprit de ce mouvement. Les organisateurs ont fait le choix de rencontrer mes équipes, les lieux ne sont pas dégradés et l’engouement démocratique de ce mouvement ne peut qu’être salué. Les tenants du « c’était mieux avant », ne possédant qu’une image erronée de la jeunesse d’aujourd’hui, seront donc bien surpris de voir des individus se prendre en main et, c’est bien normal, continuer à rêver à une société plus juste, meilleure.

Bien loin de moi l’idée de récupération politique que bon nombre de politiques tentent et tenteront dans les jours à venir d’attirer dans leurs filets. Je salue simplement une démarche compréhensible, intelligente. Nous ne serions surement pas d’accord sur tout, nous ne pourrions surement mettre en œuvre ces politiques rêvées mais nous nous devons d’entendre et de répondre à des questions légitimes. Je reste donc attentif à l’évolution de ces réflexions naissantes au cœur du 3e.

Signalez l’ambroisie !


La semaine dernière, nous lancions la nouvelle campagne métropolitaine de lutte contre l’ambroisie. En effet, chaque année, face à ce problème sanitaire particulièrement important en Rhône-Alpes, le Grand Lyon informe, forme et coordonne les différentes interventions pour contenir l’expansion de cette plante qui provoque des allergies, parfois invalidantes, qui atteignent les yeux (conjonctivites), le nez, la gorge (rhinites, asthme, trachéites) et la peau (eczéma, urticaire). Aujourd’hui, ce sont près de 12,5 % des Rhônalpins qui sont touchés. Si ces symptômes surgissent généralement l’été, c’est bien en amont qu’il faut prévenir pour éradiquer la plante.

Pour rappel, l’ambroisie colonise essentiellement les terrains défrichés, les chantiers de construction, les parcelles agricoles, les terres à l’abandon, les lotissements, le long des axes de communication… C’est pourquoi, chacun est appelé à mieux la repérer pour mieux la signaler.

C’est dans ce cadre que les agents de la direction de la propreté du Grand Lyon ont été formés. Par ailleurs, une plateforme et une application pour la signaler pour smartphone, sont désormais accessibles à tous.

Pour plus d’informations concernant la plante, vous pouvez regarder le film que j’avais publié il y a de cela quelques mois en cliquant ici !

Pour plus d’informations sur le dispositif mis en place par le Grand Lyon, cliquez ici !

La question de la qualité de l’air


Aujourd’hui, la qualité de l’air lyonnais est devenue un enjeu majeur. Dans le cadre de ma Vice-présidence au Grand Lyon, j’interviens régulièrement sur ce sujet.

Dernièrement, c’est autour du tunnel de la Croix-Rousse que j’ai été interpellé. C’est en effet important. D’abord, parce que la qualité de l’air s’est améliorée pendant les travaux avec la fermeture du tunnel. Ensuite, parce qu’il y a deux écoles de part et d’autre du tunnel.

Aujourd’hui, que faut-il retenir :

- Depuis 2005, la qualité de l’air s’est améliorée dans le Grand Lyon pour tous les composants sauf l’ozone, comme en témoigne le graphique ci-dessous.

airgl

- L’école située du côté Saône n’est pas soumise à des taux de polluants supérieurs à la norme.

- L’école Michel Servet est soumise au niveau d’une cour intérieure à un taux excessif d’oxyde d’azote. Cette cour a été fermée et doit le rester. Pour rappel, 60 % de la pollution, est due au trafic routier et 40 % à la circulation du tunnel.

- Ce sont donc les axes routiers et donc la circulation qui sont en cause. La dispersion par les vents est favorable côté Saône et défavorable côté Rhône.

- L’air intérieur dans l’école Michel Servet n’est pas différent de celui des autres écoles de Lyon et les études ont permis d’améliorer l’aération en définissants les heures propices.

- Les mesures prévues par le Grand Lyon dans le cadre du programme « Lyon ville respirable » permettent d’envisager des améliorations majeures d’ici 2020.

- Une modélisation très fines reposant sur des hypothèses complexes montre que l’on peut espérer la résorption du point noir sur Michel Servet d’ici 2025.

Des mesures ponctuelles permettent aussi d’améliorer les choses.
La qualité de l’air devient une préoccupation majeure. Les mesures ont été prises. Les efforts en matière de circulation automobile doivent encore être poursuivis. C’est bien-sûr l’un des grands enjeux des centres urbains.

Mon discours d’hier à Izieu


izieu1

Vous trouverez, ci-dessous, le discours que j’ai prononcé hier lors de la Cérémonie commémorative de la rafle des enfants juifs d’Izieu.

Madame la vice-présidente du Bundestag,

Madame la vice-présidente du Conseil régional,

Monsieur le vice-président du Conseil départemental,

Madame la sous-préfète,

Mesdames et Messieurs les parlementaires,

Mesdames et Messieurs les maires,

Mesdames et Messieurs les élus,

Messieurs les représentants des cultes,

Chers (es) amis (es),

Le nouveau président du Mémorial des enfants juifs assassinés se tient, non pas devant vous, mais devant ces 44 enfants dont les noms, avec ceux de leurs 7 accompagnateurs, sont tous, sauf un (Fritz Lubman), gravés sur le mur de cette maison qui a résonné de leurs chants, de leurs rires et dont le silence aujourd’hui est tellement assourdissant. Les 44 enfants étaient tous juifs et aucun n’est revenu. Je salue Beate et Serge KLARSFELD qui ont redonné vie à chacun des 44 enfants et je me réjouis de voir parmi nous des anciens d’Izieu qui ont eu la chance de ne pas être là le 6 avril.

Le 20ème siècle aura été celui des boucheries humaines et des totalitarismes. Les falsificateurs de l’histoire n’arriveront jamais à faire oublier un crime qu’aucun mot ne peut qualifier vraiment et que résument quelques noms que nous avons toujours tellement d’émotion à entendre : Auschwitz, Treblinka, Sobibor, Dachau et tant d’autres noms de lieux où l’homme a cessé d’être humain en refusant à Dieu d’être Dieu et aux juifs d’être des hommes au sens où Primo Levi l’entend.

Dans ce lieu laïc qui évoque la mémoire de ces enfants juifs, il nous faut rappeler sans cesse que ces actions innommables sont nées dans des pays de culture et donc malgré la culture.

En face de ces souvenirs, et devant ces enfants qui venaient de tous les pays de notre Europe, nous pouvons aussi parler d’espoir car nous avons su faire la paix et surtout la garder depuis 70 ans en Europe, non pas en oubliant mais en construisant ensemble.

Devant cette maison, et en saluant à nouveau la vice-présidente de la Région Auvergne Rhône-Alpes, je veux dire que dans la nouvelle région Rhône-Alpes Auvergne, nous allons approfondir encore nos liens avec le lieu de mémoire du Chambon-sur-Lignon, ce plateau terre d’accueil et de refuge qui, en face de l’ignominie de Klaus Barbie, ce monstre a montré, que là où il y a des bourreaux il y a toujours des Justes et le Chambon village, emblématique, c’est le lieu où par chance on a réussi, ce que Sabine ZLATIN avait tellement espéré pour chacun des 44 enfants.

Je suis fier, pourquoi ne pas le dire,  que ma grand-mère, Mireille PHILIP, soit une des Justes que l’Etat d’Israël a voulu honorer pour son rôle au Chambon. Ma grand-mère n’en parlait jamais sauf pour dire qu’elle avait fait son devoir et qu’il n’y avait pas d’autre chose à dire. C’est auprès d’elle que j’ai compris qu’il fallait recueillir la mémoire vivante pour la transmettre. Elle m’a raconté enfin le jour de ses 90 ans et elle est morte le lendemain brutalement.

Nous accueillons aujourd’hui la vice-présidente du Bundestag, ancienne députée européenne Madame Claudia ROTH, comme nous avons eu le plaisir d’accueillir Martin SHULTZ, président du Parlement et bien sûr la Première présidente du Parlement Simone VEIL.

A chaque fois, Français ou Allemand, c’est l’amitié Franco-Allemande qui est célébrée.

Jan FAHLBUSCH, actuellement administrateur de la Maison d’Izieu a été le premier volontaire allemand à Izieu en 2000 Depuis, 16 volontaires se sont succédés car Izieu est aussi, chère Madame la Vice-présidente, le lieu où la mémoire et l’amitié se sont réunies pour conduire ensemble, français et allemands, une Europe de la Paix.

Les volontaires allemands à Izieu arrivent en partenariat avec ASF, association créée en Allemagne à l’initiative de l’Eglise protestante et de la CIMADE. Ces volontaires portent des actions en faveur de la paix, de la réconciliation et surtout de la construction européenne.

Depuis 2001, des colloques franco-allemands sont organisés sur des lieux de mémoire et cette amitié franco-allemande permet de construire avec d’autres pays d’Europe.

Nous sommes heureux d’accueillir aussi aujourd’hui des élèves du Lycée Français de Madrid et du lycée Molière de Villanueva. Bienvenue dans ce lieu de mémoire et de paix, dans ce lieu de construction et de transmission. Bienvenu aussi aux Lycéens de Paron dans l’Yonne.

Un nouveau président, c’est juste quelqu’un qui prend le relais et qui est en charge de le transmettre en pensant à tous ceux qui ont su le faire avant lui et je veux rendre hommage à  Sabine ZLATIN, fondatrice, Pierre-Marcel WILTZER, Bernard LATARJET, Bertrand POIROT-DELPECH, Abraham BENGIO et Hélène WAYSBORD qui m’ont précédé. Je ne peux pas, cette année, ne pas y rajouter une pensée émue pour notre amie Simone LAGRANGE.

Ce relais, je le reçois donc aujourd’hui d’Hélène WAYSBORD qui est notre présidente depuis novembre 2004, date de mon arrivée dans le Conseil d’administration pour représenter la Région Rhône-Alpes. Cela fait donc 11 ans que nous travaillons ensemble.

Enfant cachée dont les deux parents furent exterminés à Auschwitz au cours de l’année 1943, Hélène a une « vraie » légitimité.

Hélène a une culture littéraire et historique que votre nouveau président n’aura jamais. Elle fait aussi partie du projet depuis le 1er jour aux côtés de Sabine ZLATIN.

Elle a su représenter Izieu, incarner Izieu et elle me donne le témoin avec un bilan extraordinaire puisqu’elle a conduit la rénovation du site (4 millions d’€uros de travaux), la rénovation de la muséographie avec le conseil scientifique, avec notre directrice et avec nos salariés.

Elle laisse un outil de travail sur la Mémoire ouvert sur un environnement local, régional, national et international.

Tout cela, avec un budget équilibré malgré les difficultés que vous connaissez tous.

Je crois que nous pouvons tous dire un grand Merci à Hélène.

J’ai demandé à Hélène de rester dans notre conseil et d’être mon « conseiller spécial ».

Ce 6 avril est particulier car c’est aussi le dernier de notre directrice, Geneviève ERRAMUZPE qui, depuis 17 années, a marqué cette maison, l’a façonnée et en a fait le lieu de la pédagogie, de la Shoah des enfants, de la compréhension des crimes contre l’humanité mais aussi le lieu de la rencontre avec et autour des enfants d’Izieu, en lien avec les problèmes de notre actualité.

Un grand merci aussi à Geneviève.

Elle sera remplacée dès le 1er juillet par Dominique VIDAUD, enseignant chercheur et historien qui a une ouverture marquée sur l’international et l’intra culturel qui nous a séduits. Son engagement dans le projet national de défense de valeurs républicaines est important pour le directeur du Mémorial des enfants juifs assassinés. Nous avons reçu 30 candidatures, auditionné 3 candidats et choisi le nouveau directeur, à l’unanimité du jury.

Une page se tourne et un autre départ marquant a eu lieu avec le souhait de P.J. BISCARAT de donner une autre orientation à sa carrière. Je souhaite également lui rendre hommage.

Il me reste à vous dire ce que nous voulons faire de cette nouvelle étape.

Lire la suite »

Maillages: rendez-vous le 13 avril !


« La jeunesse est un art » aimait écrire Oscar Wilde. Un art d’être, de vivre, de s’épanouir.

Après une année 2015 où le vivre ensemble a été particulièrement visé, j’ai souhaité que la Mairie d’arrondissement puisse organiser une soirée dédiée à la jeunesse.

Cette soirée, intitulée « Maillages »,  sera l’occasion de découvrir le travail de jeunes artistes lyonnais aux croisées de la musique et de la danse.

affiche-maillages_blog

C’est donc avec beaucoup de plaisir que Pierre FRONTON, adjoint délégué à la jeunesse, et moi-même vous convions à cette soirée gratuite et éclectique le mercredi 13 avril à 19h à la Bourse du travail.

Vous pouvez vous inscrire dès maintenant en ligne en cliquant ICI ou encore par téléphone au 04 78 95 83 50.

Bienvenue en maternelle !


Hier soir, Yann BENHAYOUN, adjoint délégué à l’éducation et aux affaires scolaires, accompagné de Nathalie ROLLAND-VANNINI, conseillère municipale déléguée pour le 3e à la petite enfance, ont présenté à une centaine de parents le processus d’inscription en maternelle pour la rentrée 2016. Nous souhaitions en effet informer au mieux les parents avant le lancement des inscriptions qui commencent dès aujourd’hui et cela jusqu’au 12 juin (d’ailleurs vous retrouverez toutes les informations concernant les inscriptions en cliquant ICI ).

bienvenue-en-maternelle-4531

La force de cette réunion reposait sur la présence de l’ensemble des acteurs intervenant auprès des jeunes gones, le service Education de la Ville de Lyon, les agents en charge des inscriptions en mairie d’arrondissement, les élus responsables de ces questions et un directeur d’école maternelle afin de présenter leurs activités. Les parents ne s’y sont d’ailleurs pas trompé, nous avons fait salle comble !

L’engouement suscité par cette réunion montre l’importance de l’échange avec les parents. Nous sommes là pour répondre à leurs questions et leur donner toute les clés pour réussir cette rentrée ensemble. Cela nous a conforté dans l’idée de reconduire cette rencontre chaque année sur notre arrondissement.

La première rentrée est un élément important dans la vie de l’enfant comme dans celle des parents. Berceau du vivre ensemble, la maternelle est souvent le premier lieu d’interaction avec un nouvel environnement correspondant à la diversité de notre ville. Créatrice de lien social, la classe de maternelle offre un formidable apprentissage au quotidien. Nous faisons donc le maximum pour que cette rentrée se passe au mieux pour tous.

Je souhaite donc par avance la bienvenue dans les classes de maternelle de l’arrondissement aux enfants du 3e !

bienvenue-en-maternelle-457

Emprunts toxiques, le retour…


Souvenez-vous, le sujet des « emprunts toxiques » avait été l’objet de nombreux post alors que j’étais Président du groupe socialiste au Conseil général du Rhône. En effet, malgré les dires de Monsieur Michel MERCIER, alors Président, jurant « qu’il n’y avait pas d’emprunt toxique », J’avais estimé le coût potentiel de ces emprunts à 400 millions d’euros.

Pour rappel, ces derniers démarrent toujours avec des taux plus bas que le marché pour appâter le client. Puis il s’ensuit des formules mathématiques incompréhensibles faisant évoluer les taux avec la parité de la monnaie et quelquefois de plusieurs monnaies. Michel MERCIER, voyant les taux peu favorables arriver, avait réussi à repousser l’activation des formules contre un allongement de la durée du prêt.

Depuis le 1er janvier 2015, la Métropole de Lyon a hérité des deux tiers de ces emprunts pour des taux qui atteignent aujourd’hui jusqu’à 24% du fait de la différence entre l’euro et le franc suisse. On va donc payer les emprunts pendant encore 22 ans et on a encore 63 et 70 millions de capital à rembourser.

Le Conseil général du Rhône a ouvert une procédure contre Dexia puis son successeur SFIL devant le tribunal de Grande Instance de Nanterre. La Métropole s’est associée à la procédure. Celle-ci est loin d’être terminée car les conclusions écrites des plaideurs et du défendeur (150 pages en moyenne) n’ont toujours pas été produites. On  peut attendre une discussion des instances en 2017. La discussion fera surement l’objet d’un appel qui suspendra et on continuera donc à payer.

Aujourd’hui, c’est pour toutes ces raisons que nous avons voté une délibération autorisant le Président à transiger. Le mécanisme des transactions est peu connu des élu-e-s qui voulaient savoir les limites financières acceptables. La difficulté est que nous n’allions pas donner à notre adversaire la somme que nous nous disposons à payer. Les chiffres parus dans la presse n’engagent donc pas la Métropole et sont très supérieurs à ce que nous pouvons accepter.

Il faut donc faire confiance et il faut dire oui ou non avant juin 2016. Si l’on transige, l’Etat, actionnaire du SFIL prendra un tiers de la dépense. S’il n’y a pas d’accord, la plainte en cours se poursuivra de toute façon et nous la retirerons qu’en cas d’accord.

Si l’on attend 2020, comme le souhaite certains (« faire payer les gangsters banquiers »), nous  pouvons gagner mais en attendant nous payons de gros intérêts et le risque est grand de gagner moins que ce qu’on gagnerait en cas d’accord.

Les services de la Métropole et l’équipe autour de Gérard COLLOMB sont compétents. Ils vont défendre l’intérêt des citoyens suite aux erreurs de la précédente équipe au pouvoir au Conseil général. Je crois que c’est une bonne décision. J’ai donc voté pour parce que je leur fait confiance, tout simplement.

Expos, Quais du Polar, cinéma…


… mon week end lyonnais s’annonce culturel !

En effet, après une semaine particulièrement chargée, j’espère trouver le temps ce week-end de visiter une ou deux expositions. Il faut dire qu’en ce moment, l’actualité en matière de peintures, est particulièrement alléchante.

La rétrospective sur le travail de Yoko ONO au MAC, l’exposition Autoportraits au Musée des Beaux-Arts mais aussi celle consacrée aux Femmes du Rhône et de Lyon aux Archives du Département du Rhône donnent particulièrement envie !

Cela dit la concurrence est rude puisque s’ouvre aussi ce soir le désormais célèbre festival international Quais du Polar . Dans le 3ème, les Archives départementales et les librairies indépendantes La Librairie du Tramway et l’Esprit Livre sont, entre autres, partenaires.

Quant au cinéma, je me laisserai bien tenter par le documentaire Demain dont on m’a beaucoup parlé et qui passent encore à La Fourmi.

Bref, un bon week end en perspective.

Et si le Gouvernement avait raison ?


Au début des années 70, notre taux de chômage était bas et l’économie française florissante. A la suite des chocs pétroliers, les gouvernements successifs (de droite comme de gauche) ont initié puis poursuivi une longue période de déficit budgétaire.

Le fond du débat intellectuel, c’est que certains dirigeants français pensent que la dépense publique booste la croissance et pallie « aux insuffisances du marché ». En d’autres termes, cela signifie que l’on ne peut pas faire confiance aux entreprises pour redistribuer les richesses.

Aujourd’hui, le constat chiffré est difficile : notre PIB par habitant est passé de la 70e à la 250e place (- 15 000 euros pour chaque Français par an), la dette publique est de 100 000 euros par habitant et la France est bloquée entre ceux qui ont un emploi et qui veulent garder leurs privilèges et ceux qui n’en ont pas et à qui on claque la porte au nez.

Je lisais récemment, à la suite d’un voyage de deux jours à Bale, ville rhénane de l’industrie de santé, que la Suisse a un excédent commercial égal à 12% du PIB. En 1973, il était le même que la France. La dette helvète représente 30% du PIB, et le modèle démocratique (avec ses nombreuses votations) fonctionne. La recherche du consensus prime en faveur d’une confédération aux territoires forts. Le modèle social est soutenable, l’Etat est manager mais pas décideur.

A Bale, j’ai vu un leader mondial à chaque coin de rue. Comme l’écrit La Fontaine « on a souvent besoin d’un plus petit que soi » pour comprendre que l’entreprise qui crée des richesses au bénéfice des territoires, c’est essentiel !

C’est ce qu’a compris le « modèle lyonnais » : comprendre que l’entreprise est la clé de l’emploi et  donc privilégier l’investissement car il permet de donner du travail aux entreprises.

C’est ce que le gouvernement essaye de faire.

A l’heure où les critiques fusent, je crois qu’il faut soutenir cette ligne même si cela est parfois franchement… difficile.