facebook_icon twitter_512x512 mail

Catégories

Commentaires récents

Sites Amis

Mes coups de coeur

Presse lyonnaise

Archives

Syndication

GRAND DEBAT ET APRES ?


TAXER LE KEROSENE

L’avion est le mode de transport le plus polluant (avec les gros bateaux de croisière). Il est responsable de 3% des émissions mondiales de CO2. Le kérosène est le carburant le moins taxé et pourtant comme le disent les gilets jaunes ce sont les « privilégiés » qui prennent l’avion (est-ce toujours vrai ?).

Cette décision sera difficile voire impossible à mettre en œuvre au niveau mondial ou européen mais la France peut le faire sans problème sur son territoire.

Mais faut-il le faire ?

Certes cela rapporterait 800 millions d’euros par an mais cela fragiliserait les entreprises françaises et en particulier Air France. Les taxes représentent déjà 30% du prix d’un billet.

Au total : A mon avis, bonne mesure mais impossible à mettre en œuvre dans « le village gaulois ». Il faut convaincre l’ensemble des pays de le mettre en œuvre ensemble sinon « on se tire une balle dans le pied ».

GRAND DEBAT ET APRES ?



LE TIRAGE AU SORT

Ce serait le retour à la démocratie athénienne. Cette aspiration est revenue souvent dans le grand débat.

A ceux qui s’inquiètent de ce que cela peut donner, il faut rappeler que les jurés d’assises sont tirés au sort « au nom du peuple français ». On peut dire que cela renforce l’emprise des technocrates et ici des juges mais les verdicts sont décidés par des citoyens motivés et compétents.

Si les citoyens tirés au sort ont un mandat limité dans le temps, si des formations sont prévues, s’ils sont indemnisés correctement, je n’y suis pas défavorable car eux au moins vivront le mandat en cours (non renouvelable) et ne passeront pas leur temps à réfléchir au coup d’après.

Alors pourquoi pas et pourquoi ne pas commencer par un mandat local à titre expérimental.

Grand débat et après ?


Reconnaitre le vote blanc

Depuis 2014, les votes blancs sont dénombrés mais pas comptabilisés dans les suffrages exprimés.

Le vote blanc aurait changé l’élection de François Hollande. La constitution impose que « le président est élu à la majorité absolue des suffrages exprimés ».

Et si les votes blancs sont majoritaires on fait quoi ?

Faut-il alors rendre le vote obligatoire (comme en Belgique) ?

On voit à la fois que la question est légitime et que ce n’est pas si simple sur le plan pratique.

Grand débat et après ?


Faut-il rétablir l’ISF ?

C’est le leitmotiv du grand débat, le sujet qui revient systématiquement : « il faut faire payer les riches ».

Alors l’ISF … mais tout le monde a oublié la tranche supérieure d’impôt à 45% à laquelle il faut ajouter CSG et CRDS. Il faut aussi intégrer la surtaxe de 3% pour les revenus supérieurs à 250.000 euros et celle de 4% au-delà de 500.000 euros.

C’est le taux le plus haut d’Europe derrière la Suède.

Alors pourquoi l’ISF, comme le réclame comme un symbole les partis d’opposition ou plutôt taxer les très grosses successions ou les deux ?

Au moment où le Brexit demande d’attirer les entreprises qui quittent l’Angleterre, j’avoue être mesuré.

Peut-être un compromis pourrait-il se dessiner ?

On augmente l’ISF sauf si l’on investit la somme prévue dans les PME ou si on fait un don aux associations comme, par exemple, les dons aux Fondations … comme Curie.

Faire payer les riches, c’est bien mais diminuer les impôts pour les classes moyennes et donc faire des économies dans les dépenses publiques on n’y coupera pas. Il faudrait bien qu’une fois un gouvernement ait le courage de s’y attaquer.

HOMMAGE A Bernard Roger Dalbert


Bernard Roger Dalbert était une personnalité politique incontournable et personnellement je l’appréciais beaucoup.

Je m’associe à l’hommage que lui a rendu David Kimelfeld qu’il m’a autorisé à reproduire.

Hommage de M. David Kimelfeld, Président de la Métropole de Lyon

à Bernard Roger Dalbert

Conseil du 18 mars 2018

Mesdames et messieurs, chères collègues

  • Avant de commencer ce conseil je voudrais rendre un hommage à Bernard Roger-Dalbert, décédé le 13 février dernier à l’âge de 78 ans.

  • Je voulais saluer ici son engagement au service de notre territoire. D’abord au service des caluirards : il aura en effet marqué de son empreinte la ville de Caluire en tant que maire de 1980 à 1997.

  • Pour le Grand Lyon, il a été vice-président en charge de la sécurité civile entre 1983 et 1992, puis VP en charge du secours et de la lutte contre l’incendie et la prévention des risques de 1992 à 1995 ; et enfin 1er Vice-Président en charge des relations avec les collectivités territoriales françaises.

  • Il a également exercé des mandats au Conseil Régional puis au Conseil Général jusqu’en 2008, fin de sa carrière politique.

  • Bernard Roger-Dalbert aura été une personne respectée, reconnue et particulièrement appréciée pour son engagement en tant qu’élu au service des habitants de Caluire et Cuire, du Département du Rhône et de la Métropole de Lyon.

  • Je vous remercie

La politique sociale de la Métropole se construit


Héritée du Conseil Général, cette responsabilité qui permet de marier l’urbain et l’humain est ce qui différencie la Métropole de la Communauté urbaine.

Avec 135 ETP chargés de l’accueil de ce public, les 60 maisons de la Métropole, les 8 centres de planification et d’éducation familiale, les PMI, la protection de l’enfance, les personnes en situation d’handicap, les personnes âgées, l’accompagnement social est devenu la première responsabilité de la Métropole qui, en 2018, a répondu sur ce sujet à 692 672 appels téléphoniques et accueilli physiquement 534 000 personnes.

Solidarité, Insertion, Logement et Santé sont les chapitres principaux pour exercer cette responsabilité.

Le Plan de lutte contre la Pauvreté est au cœur de cette dynamique. Voté le 1er Décembre 2018, ce plan engage la Métropole à être un territoire démonstratif de la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté. La Métropole s’adresse en priorité aux jeunes et aux publics les plus précaires. Une large consultation de la société civile et des élus a permis d’élaborer ce plan d’action.

Le Plan partenarial de gestion de la demande de logement social (PPFID) a été adopté aussi le 1er Décembre dernier. Il vise à améliorer significativement le parcours de demandeurs de logements et formalise un service d’accueil et d’information des demandeurs.

Le Plan Santé Environnement dont j’ai la responsabilité sera voté en Juin 2019 et complétera l’ensemble de notre politique sociale.

Comme le dit le président Kimelfeld : « Pour réaliser la promesse d’une Métropole solidaire, équilibrée et attractive, il nous faut sans cesse trouver des réponses nouvelles. Continuons à faire preuve d’imagination ! J’encourage les initiatives de tous pour inventer des solutions innovantes rendant possible cette cohésion sociale et territoriale.

C’est dans cette optique que je lancerai mi-mars un fonds d’innovation sociale à hauteur d’un million d’euros pour encourager et soutenir les propositions les plus novatrices. Nous serons d’ailleurs tout particulièrement attentifs aux initiatives alliant justice climatique et justice sociale, car ce n’est qu’en combinant l’engagement environnemental et l’attention aux plus fragiles que nous pourrons créer un territoire harmonieux et respectueux de tous les habitants.

La justice sociale, spatiale et environnementale est la seule condition pour une Métropole véritablement durable. C’est à la réalisation de cette promesse que je continuerai d’employer mon énergie. »

Michel Platini voit plus loin que les autres


J’ai quelquefois eu la chance d’être proche de Michel Platini dans une tribune officielle.

Il regarde non pas le ballon mais celui qui va le recevoir. Comme commentateur à la télé, il annonce ce qui va ou qui aurait dû se passer.

Michel Platini a toujours dit que le VAR (deux arbitres devant la télé pour les hors-jeux, les penaltys et les cartons rouges) ne résoudrait rien. Une fois de plus il a raison.

Le penalty contre le PSG n’aurait jamais dû être sifflé (l’arbitre avait indiqué corner) et le VAR ne règle pas le problème de savoir pourquoi 90 % des arbitres consultés ne l’ »aurait pas sifflé » et pourquoi celui du parc a sifflé.

Le penalty contre Lyon à Barcelone n’y est pas. Tout le monde est d’accord (même Suarez le barcelonais qui tombe) et le VAR n’a rien dit.

Le VAR ralentit le jeu et peut être que 2 des 3 buts d’Arsenal n’auraient pas été accordés si le VAR n’avait pas été là.

Donc, cela ne règle rien. Le foot est un sport soumis à l’erreur humaine d’un arbitre et cela fait partie du jeu.

Il y a deux solutions à mon avis :

- Soit on supprime le VAR,

- Soit on passe au système américain où tout doit être revu par “l’arbitre télé”, celui du Centre devenant un “arbitre oreillette”.

Mais Michel Platini a raison cela ne règlera rien et il y aura toujours des erreurs. Cela fait partie du jeu.

Allez les bleues !


Du 7 juin au 7 juillet le monde regardera la France non pas en train de casser mais en fête autour de la Coupe du Monde Féminine.

La Métropole accueillera les deux demi-finales et la finale et nous attendons 170 000 personnes dans cette dernière semaine.

Il s’agit d’un évènement sportif et touristique avec 14 000 américains et américaines attendu.

Il y aura 2 200 clubs sportifs concernés : Oullins, Limonest, Dardilly et Décines seront les lieux d’entrainement des 4 demi-finales.

Préparez- vous, Lyon sera regardé par 800 millions de personnes en Juillet.

Les incivilités coutent chères pour les services propreté


Même s’il y a des progrès, les incivilités persistent dans l’espace public.

Le mégot de cigarette est le déchet le plus présent dans l’espace public. Les agents de la propreté en ramassent plusieurs tonnes chaque année.

Les encombrants qui coûtent 10 fois plus cher que les déchetteries (à la tonne) coûtent 9 millions par an. C’est la raison des expérimentations de déchetterie fluviale ou mobile.

Les déjections canines restent un problème malgré les progrès. 20% des crottes restent sur les trottoirs. L’amende de 68 euros n’est pas toujours facile à mettre le matin tôt ou le soir tard.

Une campagne de publicité est en cours « Vous êtes sur place ou à emporter ».

Espérons que les habitants de la Métropole seront à l’écoute.

Climat


La Métropole prend son destin en main

Limiter l’impact du réchauffement climatique est un devoir vis-à-vis des générations futures pour préserver la planète et garantir la santé de chacun.

Il est indispensable de ne laisser personne au bord du chemin ; La transition énergétique ne doit pas être une contrainte mais au contraire une façon d’améliorer la vie quotidienne.

C’est le cas de la rénovation énergétique des logements, de la prime air bois pour le chauffage, du renouvellement de la Part dieu, du chantier du nouveau Métro B, des projets de covoiturage, de l’augmentation des énergies renouvelables dans la consommation de la Métropole, etc…

Le résultat est là avec sur 5 ans :

Moins 16% de CO2

Moins 10% de consommation d’énergie

Moins 22% de CO2 dans l’industrie.

- 8 centrales photovoltaïques

300 000 km en voiture électrique par an

Vélos électriques pour les salariés de la Métropole

-  Zéro pesticide dans la Métropole (interdiction pour les particuliers depuis Janvier 2019)

La Métropole agit.

La parole à ….


Je donne ce jour la parole au Groupe socialiste au Parlement Européen lire

Opération JONQUILLE


logo

J’ai ouvert hier cette grande opération annuelle et je souhaite partager avec vous mon propos introductif disc_jonquilles_2019tp cp-une-jonquille-pour-curie-interactif

POLUTION DE L’AIR : on y travaille


Réunion hier du Plan de protection de l’atmosphère régional avec l’Etat, la Région, l’ADEME, la DDTR et on peut dire que les choses avancent avec de nombreuses actions.

1. ZFE : je n’y reviens pas (voir mes précédents blog 29-01, 8-01, 26-11, 20-11)

2. Baisse des polluants transports avec les investissements du Sytral et les efforts de l’aéroport Saint Exupéry (diminution du temps de roulage, réseau électrique, navettes biogaz, certification carbone neutre)

3. 230 bornes de recharge électrique sur la Métropole, 3 pour le Gaz

4. Développement des parkings relais

5. Covoiturage bientôt en expérimentation sur l’A43 avec voie réservée et multiplication des voies de bus

6. Réflexion sur la livraison des marchandises

7. Plan vélos et Plan piétons

8. Chantiers propres

9. Pratiques agricoles à valoriser et modification des pratiques agricoles

10. Réduction des émissions de chauffage au bois non performant

11. Rénovation énergétique des logements

12. Développement du transport fluvial

Les choses avancent rapidement…

Peux-on rendre simple un dossier compliqué ?


Je veux parler aujourd’hui du dossier de la TEOM (Taxe Enlèvement Ordures Ménagères) et des évolutions avec une réponse à la question que tout le monde se pose : la CANOL avait donc raison ?

Si vous préférez, la CANOL peut-elle avoir gagné avec de mauvais arguments et nos évolutions des taux en 2019 sont-elles vraiment liées aux « procès CANOL » ?

- OUI, la CANOL a gagné sur des mauvais arguments car le tribunal nous a condamnés sur un argument que la CANOL n’avait pas soulevé.

Jusqu’en 2015, on ne pouvait pas financé par l’impôt (TEOM) les déchets assimilés. Cependant, pour financer les déchets assimilés (ce sont les déchets identiques aux déchets ménagers provenant des commerces des hôpitaux et des entreprises), on devait mettre sur pied une redevance spéciale avec un service de redevance métropolitain. En gros, cela coûtait autant que cela rapportait et toutes les collectivités ont choisi l’impôt prélevé par l’Etat.

Donc, la CANOL a gagné sur un argument soulevé par le juge et non pas par eux.

Dès 2015, la Loi a changé et nous avions alors le droit de financer par la TEOM.

On a donc perdu jusqu’en 2014 sur 20% des déchets… et le juge nous condamne (en fait, c’est l’Etat qui paye !) sur 100%, ce qui pour nous reste incompréhensible.

- On diminuera la TEOM en 2019, donc me dit-on c’est la CANOL qui a raison.

En fait, la baisse des amortissements et l’augmentation du social parmi nos 23 politiques justifie à lui seul cette baisse (21% pour le service complet, 15% pour 6 collectes, 12% pour 2,5 à 4 collectes et 10% pour les autres).

- Enfin, pour ceux qui pensent que la CANOL vous rend service, supposez qu’il faille rembourser 130 millions : qui va payer ? : L’impôt.

On va donc vous rendre dans une poche ce que l’on vous reprendra dans l’autre poche.

Si cela vous convient …

ZIDANE revient au REAL


Après Jardim licencié en novembre qui revient en janvier à Monaco,  revoilà ZIZOU.
Il avait décidé de partir analysant la fin d’un cycle mais, le Réal ayant tout perdu, on vient le rechercher avec, je pense, des promesses pour un vrai renouvellement de l’équipe.
Zidane et le Réal sont associés pour le meilleur depuis 4 ans et ce retour est un formidable espoir pour les supporters du Réal.
Il reste à sauver la place en Champions League pour l’an prochain et Zidane revient pour cela.

On tue la gauche et on reconstruit ?


On tue la gauche et on reconstruit ?  mais on va où ?

Libération a récemment publié une longue interview du candidat des Verts aux Européennes et du secrétaire national des Verts.

Il en ressort que les Verts partiront seuls à l’élection européenne qui leur est habituellement favorable.

Une fois cette étape qui les placera espérent-ils en “tête de la Gauche”, le plan consiste à proposer une union qui refuse la « Sociale démocratie » et qui met l’Ecologie au cœur du programme.

Beau programme, mais il reste quelques questions « mineures » à régler et aucun des deux n’a fait la moindre annonce claire.

S’agit-il de proposer une croissante verte ou une décroissance ?

Comment garantir le niveau de vie des plus pauvres ?

Quid du sort des classes moyennes ?

On taxe qui ? Quand ? Et comment ?

C’est sur la réponse à ces questions qu’il faut interroger les Verts plutôt que de voter sur des principes.

Vers où veulent –ils nous emmener ?

Si c’est la décroissance, il y aura un match avec la Gauche qui propose une croissance verte et je le parie c’est la Gauche qui renaitra et qui l’emportera.

ARN NON CODANT : qu’est-ce ?


Vous vous souvenez du cours de biologie : l’ADN est transcrit en ARN qui est ensuite traduit en protéine ?

On a découvert récemment qu’une partie de l’ARN est non codant. En fait, 1% seulement de l’ARN est transcrit en protéines. 99% de l’ARN est donc non codant.

On ignore à quoi sert cet ARN non codant mais on se doute qu’il joue un rôle clef dans l’expression des protéines que ces protéines soient normales ou pathologiques.

Dans les cellules cancéreuses, cet ARN non codant joue un rôle important mais on ne sait toujours pas si ce rôle est direct ou indirect.

Une technique développée à Curie par Alena Shkumatava (technique en incPRINT) permet d’identifier, de quantifier et d’observer les interactions entre l’ARN et les protéines.

Si on comprend ces interactions, on pourra les moduler ou les bloquer et pourquoi pas les cibler pour des applications thérapeutiques.

Un nouvel espoir dans la compréhension du vivant et peut être dans le traitement du cancer.

ON RECOMMENCE !


L’Enseignement étant l’art de la répétition, je veux à l’occasion des articles récents sur la baisse d’espérance de vie lorsque l’on est soumis au bruit et après la délibération ZFE où une collègue a expliqué que pendant qu’elle parlait des « centaines de personnes mourraient » de la pollution (avant la fin de la séance) reprendre mes explications sur les difficultés d’interprétation des statistiques :

1/ Il a en France 31 000 morts par an liés au cancer du poumon. Il s’agit de « vrais morts » qui sont dans un cercueil.

2/ Il y a en France 40 000 morts prématurées liées à la pollution. C’est un calcul statistique et évidemment la pollution ne tue pas plus que le tabac. Il s’agit en l’occurrence d’une diminution de l’espérance de vie. Pour faire simple : A Lyon ou à Paris, au lieu de gagner 5 ans d’espérance de vie comme tous les français tous les vingt ans on perd 6 mois et donc on ne gagne que 4 ans et 4 mois d’espérance de vie.

3/ Encore plus compliqué : la mortalité peut s’exprimer en mortalité brute ((”un mort est un mort”) ou en taux de mortalité.

Prenons l’exemple du cancer : le taux de mortalité exprime le nombre de morts pour 100 000 ajusté à l’âge (ce qui revient à atténuer le vieillissement).

Un exemple : en Espagne, entre 1994 et 2004, le taux de mortalité par cancer a chuté de 20% (ce sont les progrès des traitements dont on parle à juste titre sans vous expliquer tout).

Pendant la même période, en Espagne, la mortalité par cancer a augmenté de 25%, tout simplement parce que la population a augmenté et a vieilli (la moitié des personnes atteintes de cancers a plus de 65 ans).

Donc, il faut faire attention à ce que l’on dit. La pollution ne tue pas plus que le tabac. Le problème est assez sérieux pour ne pas raconter n’importe quoi.

D’ailleurs les jeunes lycéens que j’ai vu défiler pour le climat (ils ont raison !), puis se regrouper à la porte du lycée pour fumer tous ensemble feraient bien de passer un peu plus de temps à étudier les subtilités des statistiques et devraient comprendre que si leur génération arrête de fumer, la mortalité (vous avez pigé ?) par cancer diminuera de 50% dans les 50 ans qui viennent.

Et ça ce sont de « vrais morts » dans un cercueil.

PS : pour le bruit, ce sont des qualys. C’est encore une autre subtilité statistique mais le message est le même que pour la pollution et cette fois c’est une diminution de l’espérance de vie en bonne santé mais aussi une augmentation de la mortalité par infarctus (maintenant vous savez l’interpréter !).

CHOMAGE : la décrue


Au 4ème trimestre 2018 selon l’INSEE, 8.8% de la population active était au chômage. C’est le plus bas taux depuis 10 ans (les chiffres inclus l’outre-mer où les taux sont beaucoup plus élevés qu’en Métropole).

Fin 2018, il y avait 2,5 millions de personnes au chômage. C’est encore beaucoup trop mais c’est 90.000 de moins en trois mois.

La proportion des 18-24 ans qui cherchent un emploi diminue nettement et repasse sous la barre symbolique des 20% (18.8%) (Cette fois, outre-mer exclus).

Le nombre de personnes de 15 à 64 ans qui occupent un emploi atteint 66%, le plus haut niveau depuis 1980.

A noter que les 55 à 64 ans retrouvent plus facilement un emploi (+0.5%).

Bien sûr, il y a des CDD et bien sûr des temps partiels mais c’est mieux (ou en tout cas ça devrait !) que le chômage et le taux de CDI a augmenté de 0.4 point en un an.54.4% des actifs ont un CDI ce qui est le seuil le plus élevé depuis 20 ans.

Grâce à qui ? Probablement aux lois de François Hollande et d’Emmanuel Macron mais surtout grâce au privé et dans un contexte (regrettable) où les emplois aidés disparaissent.

Si la théorie du ruissellement n’a jamais convaincu les économistes, celle qui dit que c’est le privé qui crée des emplois est vérifiée.

Tout cela mérite réflexion et justifie que la grande réforme fiscale et surtout la diminution de la dépense publique soient aujourd’hui les deux priorités.

Pour diminuer la dépense publique la meilleure solution est le REVENU UNIVERSEL. Ce point central de la campagne de Benoit Hamon est arrivé trop tôt. Il est largement temps de le remettre au cœur du grand débat.

Une semaine de repos


Comme nos lecteurs le savent, j’ai une « retraite » très active entre la vice-présidence de la Métropole (dernière ligne droite, je ne repars pas), la présidence du Directoire de l’Institut Curie et la présidence de l’Organisation Européenne des Instituts du Cancer (rien qu’en Février, je suis allé 3 fois à Bruxelles et 1 fois à Pavie).
Comme je l’avais dit lors de mon discours de départ de la mairie du 3ème, je veux profiter du temps qui passe …et du temps qui dure … et je m’accorde un vendredi sur deux et un peu plus de vacances qu’avant.
Cette semaine, Savoie, près du lac du Bourget et petits-enfants.
On a pour programme vélo, marche, chiens de traineau (pour nous tous, c’est une première !) et probablement cinéma et lecture.
J’abandonne donc aussi mes lecteurs et ce sera le seul post cette semaine.