facebook_icon twitter_512x512 mail

Catégories

Commentaires récents

Sites Amis

Mes coups de coeur

Presse lyonnaise

Archives

Syndication

Hier, salle comble à Montchat


Hier soir, c’est dans une salle archi pleine que nous avons échangé avec les habitants de Montchat. Avec Gilles VESCO et David KIMELFELD pour évoquer les questions des déplacements et de l’écologie en action, deux engagements forts de notre bilan et de notre projet « Evidemment Lyon ». Martine ROURE et André SOULIER, tous deux anciens députés européens, étaient également présents pour soutenir notre liste. Je remercie chacun d’entre eux amicalement pour leur présence.

Bien-sûr, j’ai rappelé notre bilan pour le 3ème et Montchat : reconversion de la friche RVI, création de nombreuses pistes cyclables (+ 1,6 km de linéaires pour le quartier), rénovation de l’école Louise, investissement pour le sport avec les stades Vivien Foe et Juninho, création de l’Espace Elsa Triolet…J’ai aussi insisté sur l’importance de la métropole qui verra le jour en 2015, sur ses enjeux et son intérêt : réconcilier les politiques publiques de l’humain et de l’urbain sur un même territoire.

J’ai voulu également évoquer les mensonges de mon adversaire relayés par une presse « people » qui affirme que nous avons rasé le quartier !  Cela n’a qu’un seul but : répandre la  peur dans le quartier de Montchat. Ces méthodes s’apparentent davantage aux partis des extrêmes qu’à une grande force politique républicaine. Quant à l’appellation « village martyr », je laisse la responsabilité de ces termes à ceux qui les emploient. Je crois nos électeurs plus intelligents, plus respectueux.

D’ailleurs, aucune question des habitants n’a traité de l’urbanisme. Ils nous ont interpellés sur  les squats de Roms, les transports, la fiscalité, les rythmes scolaires, les terrains de football, la vie associative dans l’Espace Elsa Triolet, l’avenir des jardins portugais du parc Chambovet. Des questions du quotidien et du cadre de vie variées. Comme à chaque fois, nous avons apporté nos réponses et détaillé nos projets. Des réponses précises, des solutions réalistes. Cela dans une grande transparence. 

Je suis ressorti de cette soirée plus motivé que jamais car je sais que les montchatois apprécient l’action de Gérard COLLOMB et savent que Montchat est un quartier où il fait bon vivre

 

122

215

37

45

 

La parole à… Jérôme MALESKI


« Pour moi, le  3ème arrondissement est terre de culture.

Nous avons la chance de disposer d’institutions de renom, qu’il s’agisse de l’Auditorium et de l’ONL, de la Bibliothèque de la Part Dieu, de théâtres (Tête d’Or et les Asphodèles), de la Bourse du Travail et de la nouvelle salle Barbara à l’Espace Triolet pour la diffusion de spectacles, d’un lieu unique de création artistique (la Friche Lamartine), de la Maison pour Tous des Rancy, de la MJC de Montchat…

Cette effervescence fait que de nombreuses associations culturelles, des troupes, des créateurs, des artistes ont fait le choix du 3ème pour s’établir.

Nous avons, avec l’équipe du 3ème et Thierry Philip, engagé une politique ambitieuse en matière culturelle pour essayer de proposer de grandes et petites découvertes à tous nos concitoyens.

Ainsi, plus de 44 000 spectateurs ont assisté, durant le mandat, à des évènements dans le cadre de Tout l’Monde Dehors. Nous avons proposé du théâtre, de la chanson, de l’opéra, de la poésie, du rap, de la danse, du cinéma, du cirque…  Tous les arts vivants ont eu droit de cité. Nous avons organisé ces évènements en parfaite harmonie avec l’Hôtel de Ville, et son adjoint à la culture, Georges KEPENEKIAN.

N’oublions pas non plus, la Fête de la Musique, les spectacles du Nouvel An, la Fête des Lumières.

Nous avons créé une salle d’exposition dans la maison commune et c’est plus d’une cinquantaine d’expositions qui se sont succédées à la mairie (peinture, dessin, sculpture, céramique, performance). Nous  avons également organisé, toujours à la mairie dans la magnifique salle Eugène Brouillard rénovée, des concerts de musique classique ou contemporaine, des conférences, des représentations théâtrales…

En écrivant ce billet, il me revient en mémoire le sourire d’une dame venue me voir pour me dire que grâce à la mairie d’arrondissement, elle avait pu, pour la première fois, aller à un concert à l’Auditorium et qu’elle avait été émue aux larmes par la musique entendue.

C’est pour cela aussi que nous sommes fiers du travail accompli durant 6 ans. »

Jérôme MALESKI
1er   Adjoint au Maire du 3ème arrondissement
Délégué à la culture, aux évènements et au patrimoine

imgq7771

Morale et racaille


Le chef de l’Etat a donné le coup de sifflet final à l’emportement médiatique savamment orchestré par l’UMP depuis 10 jours : oui, la Justice doit passer, elle doit être indépendante, elle doit traiter chaque citoyen avec ses droits et ses devoirs. Comme elle l’a fait pour le ministre Cahuzac.

L’acharnement de la droite sur la ministre de la Justice est sans doute proportionnel à leurs craintes de découvrir « encore et encore » les turpitudes de leur champion. La droite est allée depuis deux années sur le terrain de la morale avec les manifs pour tous, le chant d’une famille « traditionnelle », des droits conservés pour certains et refusés à d’autres au nom toujours d’une certaine « morale ».

La droite UMP a manifesté aux côtés des bandes d’extrême droite, comme Sarkozy s’est appuyé sur Buisson ; elle se retrouve aujourd’hui impliquée dans tant d’affaires scandaleuses qu’elle cherche des bouc-émissaires et crie au complot… Bien sûr, c’est la gauche qui a surfacturé les meetings de Sarkozy au profit des amis de Copé, ou qui a commandité indirectement les attentats de Karachi, ou qui a suggéré à Kadhafi de financer les élections de Sarkozy, qui lui en sera si reconnaissant. C’est sans doute aussi la Gauche des droits de l’homme qui a suggéré à Sarkozy de s’entourer du sulfureux Buisson qu’il a placé dans son cercle restreint d’amis. C’est enfin la Gauche qui a proposé à Sarkozy de louer un téléphone sous un nom d’emprunt comme les dealers de quartier.

J’ai beaucoup trop d’amis et de famille à droite pour faire des amalgames sur le thème « tous pourris ». Oui, il y a des responsables qui se sont comportés comme des chefs mafieux, comme des « racailles » organisées de haut vol. Il est temps que la droite républicaine se réveille au lieu de taire les errances de leurs leaders.

RV à Montchat, mercredi soir


#3_Invit_rencontre_sports

Une virée en chariot


Hier, lors de notre déambulation, nous sommes passés voir la compagnie Chariot de Thespis*, située au 75 avenue Felix Faure.

Véritable plateforme de création d’arts vivants, cette compagnie professionnelle est composée de comédiens, de musiciens, de chorégraphes, de danseurs, de scénographes…

J’étais ravi de pouvoir discuter un moment avec ces acteurs car je connaissais déjà une partie de leurs activités. En effet, grâce à Antonia BLEY, alors Présidente de la commission culture du Conseil de quartier Voltaire Part-Dieu, nous avions pu assister à plusieurs représentations sur le 3ème arrondissement et notamment les pièces Comme il vous plaira mais aussi L’odyssée d’Ulysse, jouées en plein air au Parc Kaplan.

Selon Antonia, c’est toujours dans un esprit de co-création avec les habitants que la démarche avec les membres du conseil de quartier s’est développée. Qualité des propositions artistiques, créativité, choix de la transmission, souci d’une ouverture vers l’autre, tels sont les grands principes de ces actions théâtrales. De quoi donner envie de renouveler ces initiatives !

Pour plus d’informations sur cette compagnie : http://chariotdethespis.net/

*Pour ceux qui ne le savent pas, Thespsis est considéré comme le plus ancien tragique grec, et le premier acteur. On dit aussi qu’il passait de ville en ville sur un chariot (Le chariot de Thespis) et qu’il jouait les pièces de sa création accompagné d’un ou deux comédiens seulement.

photo46

Samedi 15h, venez pédaler avec moi


#3_Invit_rencontre_sports

La parole à… Laurent PEISER


“En matière de domaine public, de voirie et de déplacements urbains, les réalisations les plus emblématiques de ce mandat sont incontestablement la rue Garibaldi et l’arrivée du T4 dans notre arrondissement. Ces aménagements métamorphosent profondément la ville, tant d’un point de vue pratique et esthétique que d’un point de vue symbolique. Hier corridor routier, le réaménagement de la  rue Garibaldi est la marque d’un espace public rééquilibré entre la voiture, les vélos, les transports en commun et les piétons, avec de magnifiques esplanades où il fait bon déambuler. Il contribue à une ville apaisée, belle et accueillante.   

Les tramways T3 et T4 permettent, aujourd’hui, une meilleure desserte de nos quartiers en transport en commun. Demain, avec la création de la station Feuillat, cela sera encore plus vrai. T3 et T4 ont également permis la restructuration du quartier Dauphiné autour d’un très grand espace vert. Ces deux lignes, longées de pistes cyclables, ont généré de très nombreux déplacements en mode doux pour la vie quotidienne et les loisirs. La piste cyclable du T4 désenclave véritablement les 3ème et 8ème arrondissements, par un beau parcours urbain.

Au-delà de ces projets structurants, et en tant qu’adjoint de proximité, je crois que notre plus belle réalisation est le maillage, sur l’ensemble du 3ème arrondissement, de bandes cyclables et de stationnements vélos. Près de 10 kilomètres de bandes et de pistes ont été réalisées. Année après année, ces aménagements cyclables ont modifié progressivement la physionomie du 3ème : rue Bouchut, rue André Philip, rue Rebatel, rue du Professeur Sisley (attendue depuis longtemps), rue Saint Antoine, rue Saint Victorien, rue Bonnand…

Pour les piétons, l’amélioration de l’accessibilité des carrefours que nous avons menée assure également la sécurité les déplacements, au quotidien.

Etre adjoint, c’est aimer sa ville, évidemment. C’est surtout être à l’écoute de ses habitants. Lorsqu’ils vous interpellent pour un problème, un dysfonctionnement, il faut aller à leur rencontre, sur le terrain, pour échanger, pour trouver des solutions qui finalement amélioreront le quotidien de tous.

La compétence voirie étant déjà communautaire, la métropole ne changera pas radicalement les choses même si elle les simplifiera en confiant le domaine routier départemental du territoire de la communauté urbaine à cette nouvelle collectivité. Pendant ces six dernières années, j’ai pu apprécier le travail des services du Grand Lyon. Je crois qu’une bonne articulation a été trouvée entre une démarche globale de projets structurants et une approche de la proximité. C’est d’ailleurs ce que la métropole permettra, demain, dans d’autres domaines. C’est une magnifique aventure qui commence.”

Laurent PEISER
Adjoint à la Mairie du 3ème arrondissement
Délégué à l’occupation de l’espace public et au commerce local

 cadrelpei

D’égal à égal-e ?


A 18h, à la Mairie du 3ème arrondissement se tiendra, comme chaque année, le débat que nous organisons en écho à la Journée internationale pour les droits de la femme. C’est une fois de plus le milieu professionnel qui sera au cœur du sujet.

Si les inégalités entre les femmes et les hommes se réduisent, on est encore loin d’atteindre l’égalité et en particulier dans le monde du travail. Les chiffres parlent, en effet, d’eux-mêmes : les femmes touchent au total un salaire 24,5 % moins élevé que celui des hommes ou, dit autrement, les hommes gagnent 31 % de plus que les femmes. Pour des temps complets, les femmes touchent 14 % de moins. A poste et expérience équivalents, les femmes touchent 9 % de moins. L’inégalité des salaires entre hommes et femmes est la plus forte chez les cadres (29,1 % en 2008) et donc parmi les salaires les plus élevés. A l’inverse, l’écart le plus faible se trouve parmi les employés (8,4 %), une catégorie majoritairement féminisée. Par ailleurs, le temps partiel subi est essentiellement féminin

Des écarts qui auront de quoi animer les débats de ce soir en présence d’Elise VINET, enseignante-chercheure en psychologie sociale à l’Université Lumière Lyon 2. Deux expositions seront également présentées à cette occasion : celle de l’artiste Manon UETTWILLER au rez-de-chaussée et celle de l’association Femmes Solidaires dans la salle Eugène Brouillard.  

Je profite, de ce post, pour saluer le travail de Najat VALLAUD-BELKACEM qui a mis toute son énergie au service de l’égalité entre les femmes et les hommes. En effet, depuis deux ans, avec sa nomination à la tête du Ministère des droits des femmes, ce débat sur l’égalité entre les sexes est (enfin !) redevenu une priorité politique.

Un podium complet pour Sarkozy


Dassault, malgré son âge avancé, a été mis en examen pour avoir acheté les élections municipales ; avec le couple Balkany, les abus et l’argent fou commencent à être révélés. Tout cela semble désormais presque modeste, au regard des 3 dernières affaires, qui valent un vrai podium des casseroles à l’UMP et à Sarkozy.

Médaille de bronze à Copé : pour la surfacturation des meetings de Sarkozy lors de la dernière campagne présidentielle UMP. Surfacturation qui pourrait avoir participé au déficit de l’UMP, ce qui obligea son président à faire appel aux adhérents UMP. Sarkozy était-il au courant ? Pourquoi Copé insiste-t-il pour une transparence des comptes de la campagne de 2007 : les médias et la justice devraient ils regarder de ce côté ?

Médaille d’argent pour Buisson : le plus proche conseiller de Sarkozy, le conseiller des discours haineux de Grenoble, celui qui vient de l’extrême droite et que tous ses proches semblent désormais ne pas connaitre. Buisson, le maniaque, a enregistré Sarkozy pendant des heures. Les médias ont repris quelques une des enregistrements. Sarkozy a saisi la justice pour atteinte à la vie privée. Je souhaiterais que les médias n’évoquent pas les aspects personnels de ces enregistrements, mais que le reste soit publié. Buisson, Sarkozy, quel attelage de valeurs écœurantes. Sans compter l’argent fou dépensé en sondages réalisés par des amis… encore des amis !

Médaille d’or pour Herzog : l’avocat de Sarkozy était en relation avec de hauts magistrats qui le renseignaient sur le déroulement de certaines affaires chaudes pour son client. Cerise sur le gâteau, qui vaut la plus haute marche du podium des casseroles, le magistrat ripoux évoque une contrepartie ensoleillée, comme une demande naturelle. Au-delà des faits, c’est bien un système mafieux que ces écoutes révèlent et on comprend mieux l’acharnement de Sarkozy à casser les juges.

Bronze et surtout argent et or : un podium complet des casseroles mais aussi la fin de la période bling-bling ?

Interview sur Surf TV



Demain, Moncey sera plus douce. Evidemment


Hier, nous étions, avec Gérard COLLOMB, en balade, rue Moncey. L’occasion d’expliquer aux commerçants et habitants ce que sera demain la « promenade Moncey » :

Parmi nos projets-phares en matière d’espaces publics pour le prochain mandat, figure la création d’un parcours allant des Halles de Lyon-Paul Bocuse aux Berges du Rhône via la rue Moncey sur près de 1,5 kilomètre. Nous souhaitons en effet poursuivre la dynamique engendrée par les requalifications d’espaces publics que nous avons réalisées ces dernières années.

La rue Moncey, ouverte en 1855 et rendue partiellement piétonne dans les années 1970, est une particularité au sein du plan orthogonal de la trame dessinée par Morand. Un certain nombre d’appendices rajoutés au cours du temps brouillent le cheminement mais aussi la perception visuelle de cet axe. Nous voulons faire de ce cheminement du Nord au Sud un véritable parcours paysager en cœur de ville. Il permettra de mettre en valeur quelques édifices remarquables : les Halles Paul Bocuse, le nouveau palais de Justice, la mairie du 3ème arrondissement, la bourse du travail, les bâtiments de la Direction Départementale Territoriale, le groupe scolaire Painlevé, l’Alliance Française, ou encore le bâtiment du CLIP.

Le long de l’axe Moncey, l’ensemble des espaces publics seront mis en valeur. Après la livraison de la tour Incity, l’aménagement du parvis des Halles en constituera la première séquence. Ce cheminement vert se poursuivra ensuite - avec des traversées sécurisées pour les piétons et une ambiance apaisée pour les déplacements automobiles - jusqu’à la place Ballanche, au sud, que nous requalifierons en lien avec les acteurs de la vie du quartier. Dans ce cadre, le square Bonnel et la place Marc Aron seront améliorés. La place Guichard, elle, sera réaménagée, végétalisée et nous envisageons d’y implanter une aire de jeux pour enfants.

A terme et dans la continuité de ce que nous avons réalisé place Bahadourian, nous transformerons les parkings, à l’angle de l’avenue de Saxe, en une vaste place-jardin propice aux échanges, à la vie de quartier et à la détente. Cet aménagement à forte donne végétale changera littéralement l’ambiance du quartier.

Grâce au réaménagement réalisé rue Montebello, le cheminement se poursuivra, avec la même exigence de qualité urbaine et paysagère, jusqu’au palais de la Mutualité et aux berges du Rhône. A terme, la rue Moncey deviendra ainsi un axe vert propice à la promenade entre les quartiers.

monceycompletev2

La parole à… Abdel ACHACHE


“Les associations sportives dans le 3ème représentent un peu plus de 10 000 adhérents. Cela signifie qu’un peu plus d’un habitant sur dix les fréquente !

Au-delà des subventions directes pour leur fonctionnement, la Ville met à disposition gratuitement des salles adaptées à toutes les pratiques sportives : 4 gymnases, 6 gymnases scolaires, 2 complexes sportifs, 2 salles de gymnastiques, 1 salle d’escrime, 1 maison des arts martiaux, 2 piscines, 1 patinoire et 3 terrains de boules.

Sur l’ensemble de la Ville de Lyon, comme sur le 3ème, nous sommes très sensibles à la place que le sport joue dans notre société. En 2010, plus de 15 millions de français ont adhéré à une association sportive.

Je suis de ceux qui pensent que le sport ne se réduit pas à une activité physique, mais qu’il est une école de la vie. Elément fédérateur et facteur de lien social, le sport, qu’il soit pratiqué à haut niveau ou en amateur, est un outil au service de l’éducation, de la socialisation et bien sûr de l’insertion sociale. Il génère des rencontres, des échanges, des peines et de la joie, le tout dans une dynamique collective. Le sport participe également à l’économie locale par les emplois directs et indirects qu’il génère.

C’est pour toutes ces raisons que la Ville de Lyon facilite aujourd’hui une pratique sportive accessible à tous : Elle investit dans les équipements, elle soutient les bénévoles et les sportifs de haut niveau, elle participe également à assurer le bien-être des habitants. Le lien entre la pratique sportive et notre santé est démontré par l’ensemble de la communauté scientifique. La population se porte globalement mieux, et les inégalités concernant l’accessibilité à la pratique sportive ont très fortement baissé à Lyon. Grâce au dispositif « ticket sport » mis en place par la Ville, l’argent n’est plus un frein à la pratique sportive en club.

A Lyon et dans le 3ème, le sport c’est la vie !

Pour ma part, si je n’avais qu’une chose à retenir des nombreuses actions que nous avons mises en place depuis six ans, c’est sans aucun doute l’ouverture de nos structures au handisport. Ainsi, Capsaaa devenu Lyon Métropole handi-basket a pu non sans peine obtenir des créneaux à la Halle Vivier Merle. Je dis « non sans peine » car la Halle est l’équipement phare du 3ème mais aussi de l’ensemble de la ville de Lyon. Elle est donc très prisée des sportifs. Il a fallu convaincre les clubs ou plutôt un club, l’ASUL basket, à l’époque, dirigé par Oren GOTIAUX d’adhérer au projet.

Avec Thiery PHILIP, nous souhaitions non seulement que des personnes en situation de handicap puissent évoluer dans nos équipements mais qu’ils puissent également évoluer au sein des personnes valides. Nous souhaitons qu’ils soient dans la lumière, dans un équipement à la hauteur de leur courage, de leur passion de leur pugnacité !

Bravo à Oren GOTIAUX qui a su convaincre ses adhérents de laisser un créneau à la halle pour un équipement beaucoup plus petit. Depuis, valides et non valides ont pu évoluer ensemble et partager la même passion. Aussi quatre ans après, ils évoluent au niveau national !

N’hésitez pas à vous arrêtez en passant devant la halle un mardi ou un jeudi soir, ils se feront un plaisir de vous initier à leur passion et vous pourrez mesurer la difficulté de l’exercice. Je finirai sur cette belle citation de Nelson Mandela : « Le sport a le pouvoir de changer le monde, le pouvoir d’inspirer, le pouvoir d’unir les peuples comme les responsables politiques ne sauraient le faire ; le sport peut créer l’espoir. C’est un instrument de paix. »

Abdel ACHACHE
Adjoint à la Mairie du 3ème arrondissement
Délégué aux sports et Maire de nuit

cadreaa1

Préférez l’original à la copie


Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir le tract de l’UMP pour le 3ème. Je partage totalement l’analyse d’Olivier BRACHET à savoir de bizarres similitudes entre les deux projets sur notre arrondissement et plus largement sur la Ville.

Bien sûr, certains points ne m’étonnent pas puisqu’il est évident que quelques équipements méritent unanimement d’être rénovés. Je le dis souvent, il y a des décisions de gestion qui ne sont ni de droite, ni de gauche.

Mais par contre, sur d’autres points, c’est véritablement très gonflé ! Cela, car après avoir systématiquement critiqué bon nombre de nos délibérations en conseil d’arrondissement, l’un de nos principaux opposants, les reprend à son compte. Je pense à Garibaldi qu’il veut poursuivre alors que ce dernier s’était élevé contre la réduction de la place de la voiture. Et encore, il veut une nouvelle école à Villette Nord ? C’est nous qui avons fait à la fois le zonage PLU et avons acheté progressivement les réserves foncières. Il veut ouvrir un parc public à Sans-Souci ? Oui, c’est nous qui avons mis une réserve au PLU et ce, à notre initiative ! Il veut créer une nouvelle station de tram rue Feuillat ? Oui, nous avons d’ores et déjà lancé les études avec le Sytral.

Notons une originalité que nous ne partageons d’ailleurs pas : créer un parking place Sainte-Anne alors que l’on vient justement d’embellir la place en concertation avec les habitants.

Flagrant délit de plagiat donc. Au-delà de mon étonnement à la lecture de leur tract, je crois que leur projet témoigne surtout d’un manque criant d’idées et d’éthique de la part de l’équipe de l’UMP.

La liste “Evidemment Lyon” du 3ème


Je suis fier de vous présenter une équipe renouvelée, jeune, dynamique et plurielle, une équipe de qualité en qui j’ai une grande confiance. Ci-dessous, les 35 colistier(e)s qui seront à mes côtés sur la liste « Evidemment Lyon » du 3ème arrondissement :

Anne BRUGNERA, 43 ans, Ingénieure agronome, PS. Nous avons gagné ensemble les élections municipales de 2008. Depuis, Anne est devenue adjointe au Maire de Lyon déléguée à la jeunesse et à la vie associative. Dans le 3ème arrondissement, elle s’est particulièrement investie dans les affaires scolaires. Elle est également ma directrice de campagne, comme en 2008.

Georges KEPENEKIAN, 64 ans, Chirurgien hospitalier, PS Arménien. Pratiquant toujours la médecine, Georges est devenu en 2008, adjoint au Maire de Lyon délégué à la culture, au patrimoine, aux grands évènements et aux droits des citoyens. C’est un homme de dialogue qui soutient la création artistique et culturelle sur l’ensemble du territoire. 

Fouziya BOUZERDA, 42 ans, Avocate, Modem. Toujours constructive, même quand elle était dans l’opposition, Fouziya a rejoint notre liste pour poursuivre, aux côtés de Gérard COLLOMB, le développement dynamique de la métropole lyonnaise.

Jérôme MALESKI, 49 ans, Collaborateur d’élu, PS. 1er adjoint à la Mairie du 3ème arrondissement, Jérôme a eu à cœur de défendre les arts et la culture depuis 2008. Grâce à lui, la Mairie dispose aujourd’hui d’une salle d’exposition dédiée pour promouvoir toutes les pratiques artistiques.

Mireille ROY, 55 ans, Professeur du secondaire, Lyon Ecologie. Elue dans le 3ème arrondissement depuis 2008 et adjointe au Maire de Lyon, Mireille promeut notre bilan, celui d’une équipe plurielle qui a su faire de la question environnementale une source de développement.

Guy CORAZZOL, 47 ans, Administrateur de l’enseignement supérieur, PS. Conseiller municipal délégué la démocratie participative dans le 3ème arrondissement, Guy a su travailler, dans un esprit d’équipe pour faire de l’expertise d’usage le levier d’une concertation au service des projets de qualité.

Antonia BLEY,  65 ans, Juriste, Société civile. Membre active du Conseil de quartier Voltaire Part-Dieu, Antonia s’est pleinement investie dans le champ culturel du 3ème arrondissement. Elle a monté, dans ce cadre, de nombreux projets, toujours avec succès. 

Ali KISMOUNE, 44 ans, Cadre territorial, Société civile. Président du Club Rhône-Alpes Diversité, Ali fait de la pluralité une chance pour les institutions et les territoires.

Nathalie ROLLAND -VANNINI, 50 ans, Femme au foyer, PS. Adjointe déléguée aux anciens combattants, à la mémoire et à la vie associative à la Mairie du 3ème, Nathalie a su promouvoir le bénévolat et le dynamisme associatif tout au long de ces six dernières années.

Gilles VESCO, 54 ans, Expert en déplacements urbains, Société civile. C’est LE monsieur « Vélo’V ». Adjoint au Maire de Lyon délégué aux nouvelles mobilités et aux nouveaux modes de vie urbains, Gilles saura mettre son expertise au service du 3ème arrondissement et de ses habitants.

Catherine PANASSIER, 51 ans, Chargée d’étude, Modem. Soucieuse d’une mixité sociale et d’un développement territorial équilibré, Catherine, issue des rangs du Modem s’est beaucoup investie dans sa délégation au logement, à l’urbanisme et à la politique de la Ville depuis 2008.

Rolland JACQUET, 71 ans, Retraité, Communiste. Depuis 2008, Rolland JACQUET a mis ses convictions et ses engagements au service des autres et à la défense des droits, souvent d’ailleurs pour les plus fragiles de notre arrondissement.

Ludivine PIANTONI, 34 ans, Assistante sociale, PRG. Ludivine s’est engagée pour la création du jardin partagé rue jeanne Hachette avant de s’occuper pleinement de la petite enfance dans le cadre de sa délégation à la Mairie du 3ème arrondissement.

Fabrice VIDAL, 47 ans, Professeur du secondaire, PS. Secrétaire de section du parti socialiste, Fabrice est devenu adjoint à la propreté à la mairie du 3ème arrondissement.

Pascale COCHET, 55 ans, Cadre supérieure, Société civile. Fortement engagée dans le milieu associatif et notamment chez les parents d’élèves, Pascale est une personnalité active et attentive. Ouverte aux autres, curieuse, elle a toute sa place dans cette liste.

Dominique HITZ, 55 ans, Professeur des écoles, Lyon Ecologie. Montchatois, Dominique est un fervent défenseur d’un cadre de vie de qualité intégrant les questions de la nature en ville

Martine ELBAHAR, 51 ans, Commerçante, Société civile. Montchatoise aussi, Martine est une personnalité de la société civile des plus dynamiques et des plus pragmatiques ! Depuis 2008, nous avons travaillé ensemble pour la tranquillité des habitants du 3ème arrondissement.

Abdel ACHACHE,  46 ans, Ingénieur qualité, PS. J’ai connu Abdel au Centre Léon Bérard où il est ingénieur qualité. Très investi dans le milieu associatif du 3ème où il est bénévole depuis plus de 10 ans, il a été un adjoint aux sports particulièrement présent et attentif.

Ornella DATCHOIA TCHABO, 23 ans, Juriste, Société civile. Juriste, Ornella m’a été présenté par Rolland Jacquet. C’est la benjamine de notre liste et j’apprécie déjà son dynamisme et son volontarisme.

Laurent PEISER, 46 ans, Cadre de la sécurité sociale, PS. Laurent a été adjoint délégué aux commerces et à l’occupation de l’espace public local. Toujours présent sur le terrain avec son vélo, il a su régler au quotidien les diverses sollicitations relatives aux problèmes de voirie.

Lucie BRIATTE, 28 ans, Orthophoniste, PS. Lucie était ma suppléante aux élections cantonales de 2011. J’apprécie ses fortes capacités de travail, ses convictions affirmées et son sens du contact. Attentive à l’autre, elle sait être à l’écoute des habitants.

Yann BENHAYOUN, 32 ans, Cadre de la fonction publique territoriale, PS. Yann était mon directeur de campagne pour les élections cantonales de 2011. Engagé, il connait bien le milieu étudiant et j’apprécie son volontarisme et son enthousiasme.

Maud ROY, 44 ans, Gestionnaire de formation, PS. Je connais Maud pour son travail d’historienne du 3ème arrondissement. Elle a animé avec succès de nombreuses conférences. Elle est également un membre actif du conseil de quartier de Dauphiné Sans-souci.

Jean-François BEL, 51 ans, Artisan d’art, Société civile. Commerçant emblématique de Villette Paul-Bert et musicien, « Jeff » est un colistier qui a le sens du contact. Toujours partant pour animer les quartiers, beaucoup reconnaissent son investissement dans la vie locale du 3ème

Claudine RICHNER, 65 ans, Retraitée de l’éducation nationale, PS. Depuis 2008, Claudine s’est pleinement investie dans sa délégation aux affaires scolaires. C’est une personnalité très attachante et je suis content de la savoir à nos côtés.

Pierre FRONTON,  48 ans, Avocat, Société civile. Pierre est juriste. Investi dans les milieux culturels lyonnais, c’est un acteur de la ville qui saura nous apporter sa rigueur et son engagement au service des habitants. 

Fabienne SERAPHIN, 49 ans, Conseillère à l’insertion professionnelle, PS. Pendant 6 ans, elle a assumé avec courage une délégation difficile à l’urgence sociale. A travers sa permanence hebdomadaire elle a pris à bras le corps des situations délicates pour aider concrètement les gens en difficultés.

Jean-Yves LANGANAY,  64 ans, Retraité de l’éducation nationale, PS. Je l’ai connu au parti socialiste. C’est un jeune retraité dynamique et investi dans de nombreuses associations. Son expertise est toujours claire. Il est un atout pour cette liste plurielle.

Amandine BARIOZ-PLANCHE, 36 ans, Chef d’entreprise, PS. Amandine est aussi commerçante du quartier Préfecture et militante associative. Elle se démène pour défendre ses convictions et ses idées. C’est une combattante.

Bertrand COLIN, 26 ans, Consultant en sociologie économique, PRG. Issu du Parti radical de gauche, je sais que Bertrand est un partenaire loyal et ses connaissances de l’économie sociale et solidaire seront une plus value pour cette liste.

Margot VERGEAT, 25 ans, Auto-entrepreneur, Société civile. Habitante de Montchat, soucieuse de la « chose publique » et du vivre ensemble, Margot porte un regard novateur et enthousiaste sur les projets à venir.

Jean-Paul GOLA, 70 ans, Retraité de la fonction publique, Société civile. Président du Codarps pendant de nombreuses années, je ne pouvais que bien m’entendre avec ce bénévole passionné de sport. Comme lui, je partage cette idée d’un engagement associatif au service de la Cité.

Géneviève BERGER-GROSPIRON, 59 ans, Assistante commerciale, Société civile. J’ai rencontré Geneviève par l’intermédiaire de l’un de mes adjoints. Cette habitante de Montchat, sensible aux questions environnementales, saura nous apporter un regard neuf et attentif au cadre de vie.

Emmanuel BIRON, 25 ans, Athlète de haut niveau, Société civile. J’ai rencontré Emmanuel juste après les championnats du monde d’athlétisme  de 2011 où il termina 2ème au 4 x 100m avec l’équipe de France de relais. Il est soucieux de promouvoir le sport chez les plus jeunes.  C’est une fierté de l’avoir sur notre liste.

Marie-France ANTONA,  60 ans, Enseignante en faculté, Société civile. Marie-France est une figure emblématique et incontournable du quartier Moncey et c’est un plaisir de la savoir à nos côtés. Elle y a fondé le Centre social Bonnefoi et préside aujourd’hui le comité d’habitants et de commerçants.

En avant première : nos projets par quartier


Cliquez sur un quartier ci-dessous pour accéder au projet :

Pour Mutualité - Moncey - Préfecture

Pour Voltaire Part Dieu

Pour Villette Paul Bert

Pour Dauphiné Sans-souci

Pour Montchat

Mon interview dans l’Autre Direct


Mourir comment ?


La décision du Conseil d’Etat (non définitive) et l’élargissement de l’euthanasie aux mineurs en Belgique sont deux faits d’actualité en lien avec la fin de vie.

C’est un problème que le cancérologue connait pour avoir vécu des cas particiuliers complexes pendant plus de 30 ans.

Ma première réflexion, c’est que « choisir sa mort » n’est pas aussi simple que le dise ceux qui oublient qu’ils n’ont choisi ni leur sexe, ni la couleur de leur peau, ni leur nationalité, ni l’identité de leurs parents, etc. Les choses les plus importantes de notre vie nous sont données et on ne choisit pas. C’est donc en partie se tromper que de croire que nous sommes les maitres de toute notre vie. La mort est un moment important de notre vie.

Ma deuxième réflexion, c’est que la médecine peut aujourd’hui prolonger artificiellement les fonctions vitales, ce qui fait que la fin de vie devient une décision médicale. Il est donc normal que la réflexion éthique et juridique accompagne l’évolution de la médecine. La situation de la Belgique montre qu’une fois qu’on a franchi l’interdit de donner la mort, on ne sait plus très bien où il faut s’arrêter et les situations d’euthanasie dans ce pays sont de plus en plus nombreuses.

Ma troisième réflexion, c’est que si on peut (et on doit) demander à la médecine d’aller jusqu’au bout des soins pour soulager un patient (en l’endormant de fait), on ne peut pas lui demander de donner la mort et je continue à penser que la loi LEONETTI rédigée par un médecin est celle qui permet d’aller collectivement ai maximum des possibilités de la médecine sans transformer le médecin en bourreau.

La loi LEONETTI s’applique au cas de Vincent LAMBERT même s’il n’est pas formellement en fin de vie. La nutrition et l’hydratation d’un malade en état végétatif sont considérées comme des soins donc elles relèvent, selon moi, de ce que la loi LEONETTI appelle une « obstination déraisonnable ».

On ne choisit pas ses parents (qui refusent dans le cas de Vincent LAMBERT), on choisit sa femme (qui veut respecter le choix de Vincent) et on peut exprimer son propre choix (Vincent LAMBERT l’a fait…. moi aussi dans mon portefeuille !).

Par prudence, le Conseil d’Etat a demandé des expertises supplémentaires qui évidemment conduiront à un arrêt des soins pour le laisser mourir selon les désirs qu’il a exprimés avant son accident.

Alors mourir comment ? Je me rappelle d’un patient en phase terminale qui voulait mourir et qui savait que le traitement de sa douleur allait l’endormir. En s’endormant pour être enfin soulagé, devant sa femme et son médecin, sa dernière phrase a été : « est-ce qu’on peut s’endormir, se réveiller et qu’il n’y ait plus de maladie ? ». Plus de 20 ans après (cette personne malade s’appelait, Thierry comme moi), je m’interroge encore sur le sens de cette phrase, un sens religieux ? L’espoir jusqu’au bout ? Le refus de regarder la mort en face ou d’énoncer un choix ?

Mourir comment, c’est la question qu’on se pose tous. La plupart du temps, comme pour la naissance, nous n’aurons pas le choix. La loi LEONETTI permet de façon collective d’aider les équipes médicales.

Sachez que si la loi LEONETTI est appliquée, il ne reste que très peu de cas sans solution et…. anticipez, rédigez vos directives et confiez-les à une personne de confiance.

Quand PERBEN tresse les lauriers de COLLOMB


Hier, Gérard COLLOMB a reçu le 2ème prix des meilleurs maires de France remis par le magazine L’Express. Une juste reconnaissance de son travail et de son engagement pour Lyon, pour les lyonnaises et les lyonnais depuis plus de dix ans. C’est cela qui est aujourd’hui mis en avant.

Le classement général a été établi  grâce à l’étude de neuf thématiques : culture, développement durable, développement économique, fiscalité, rayonnement de l’élu, sécurité, solidarité, transport en commun et urbanisme.

Gérard COLLOMB obtient les meilleurs résultats dans deux domaines distincts qui, selon moi, révèlent très bien la qualité de son bilan : l’urbanisme et la culture.

Si le premier souligne d’avantage sa qualité de bâtisseur, sa capacité à façonner « l’urbain », et ainsi sa volonté de poursuivre le marquage territorial d’une ville en renouvellement, le second est une affaire d’hommes et de femmes, de « vivre ensemble » et démontre son attachement au marquage symbolique de notre ville. C’est là, je crois, la force du Maire de Lyon actuel : concilier au quotidien l’urbain et l’humain dans un souci d’excellence.

En cette période, nombreux sont ceux qui se démèneront pour contester ce qui est, en réalité, une très bonne nouvelle pour tous les lyonnais : notre ville est bien gérée, elle est attractive, elle est positive ! Cela me semble d’autant plus important que le contexte est particulièrement difficile. Je crois qu’il faut savoir accueillir les bonnes nouvelles, celle-là en est une.

Je ne peux manquer de relever une ironie du sort. Parmi les 18 membres de ce jury national qui a eu la charge de classer les  maires des 34 plus grandes villes de France se trouvait le malheureux candidat à la Mairie de Lyon de 2008, Monsieur Dominique PERBEN ! Voici qui devrait faire réfléchir à deux fois celles et ceux qui auraient à cœur de contester l’objectivité du classement…

berges-tout-le-monde2-lyon-32

La parole à… Anne BRUGNERA


« La délégation aux affaires scolaires est une délégation riche de problématiques comme de rencontres. Le 3ème arrondissement est le plus peuplé de Lyon et, de plus, il attire toujours plus de familles avec enfants. Aussi sa démographie scolaire ne cesse de croître, +2% par an en moyenne. Aujourd’hui l’arrondissement compte 29 écoles publiques accueillant 6800 élèves et 5 écoles privées en accueillant près de 1000. Soit 7800 écoliers dont il faut prendre soin et autant de familles auxquelles apporter information, écoute et soutien. Et nous ne sommes pas trop de deux avec ma collègue Claudine Richner, adjointe à l’enfance, pour nous en occuper.

Etre adjoint d’arrondissement en charge des écoles, c’est à la fois appliquer la politique scolaire de l’Adjoint à la Mairie centrale et lui faire remonter les problématiques de terrain. C’est à la fois arbitrer les choix d’investissement dans l’arrondissement et gérer les problématiques annexes à l’école mais tout aussi importantes pour les écoliers et leurs familles. C’est surtout être à l’écoute de l’ensemble de la communauté éducative, parents, enseignants, personnel municipal, associations oeuvrant dans les écoles, afin de répondre aux problèmes petits et grands de chacun et de trouver des solutions concrètes pour maintenant tout en prévoyant l’avenir.

La première priorité d’un élu municipal aux écoles est la sécurité des enfants, avant leur

bien-être et la mise en œuvre des conditions de leur réussite scolaire. Cette sécurité commence devant l’école. Et j’ai beaucoup travaillé avec Laurent Peiser, adjoint à la voirie, pour améliorer les abords des écoles. A ce titre la mise en place d’un feu avenue Lacassagne pour sécuriser la traversée des élèves de l’école Monbrillant est une réalisation dont nous sommes particulièrement fiers. Protéger les enfants de l’extérieur, en posant des bâches opaques sur les grilles, a aussi parfois été nécessaire comme à Harmonie-Rebatel ou Charial. Dans les écoles, la sécurité passe aussi par exemple par la pose d’anti-pince doigts systématique en maternelle.

Pour leur bien-être, nous veillons à l’aménagement des cours d’école en concertant les enfants pour connaître leurs attentes. Nous avons aussi installé 2 préaux neufs à Louise et Nové Josserand maternelle permettant aux enfants de sortir même les jours de pluie. Les selfs bien sûr leur procurent des repas moins bruyants, à leur rythme tout en favorisant l’autonomie. Enfin les petits travaux permettent d’améliorer régulièrement les classes et les espaces communs dans nos veilles écoles.

Car il est vrai que nous avons des écoles de tous âges dans notre arrondissement. Nombre d’entre elles ont fêté leurs 100 ans récemment. Et si nous souhaitons conserver et préserver ce patrimoine qui contribue fortement aux identités de nos quartiers, il nous faut consacrer un budget important pour les adapter aux besoins de notre époque. Il est clair qu’en 1913 il n’y avait pas autant d’enfants qui mangeaient à la cantine et il n’y avait pas besoin de câbler les salles de classe pour les équiper en tableaux numériques !

Les temps changent, les besoins des écoliers avec et notre mission d’élu municipal est de faire en sorte que chacun d’entre eux vive une scolarité épanouie dans son quartier. »

Anne BRUGNERA
Adjointe au Maire de Lyon
Déléguée à la jeunesse et à la vie associative
Déléguée aux affaires scolaires auprès du Maire du 3ème arrondissement

ab1

La dynamique est ici !


J’ai lu la presse hier sur le grand meeting de Gérard Collomb.J’ai lu que certains discutaient les chiffres, que certains postaient des photos de salles plus ou moins pleines, souvent ceux qui n’étaient pas présents, d’ailleurs…

J’étais sur place et j’ai vu des familles, des seniors, des ados, des lyonnais venus profiter des spectacles, des animations, de la musique, des quizz, du karaoké, du cirque…

Oui, c’est vrai, les gens se déplaçaient de salles en salle au gré des spectacles alors, forcément, certaines salles se remplissaient quand d’autres se vidaient. Mais j’ai vu des gens venus partager un moment agréable en famille. Des gens qui par la même occasion ont eu la chance de pouvoir écouter Gérard Collomb, limpide et percutant sur sa vision de Lyon. Une ville en mouvement, qui se bat pour rester dans la compétition et qui se renouvelle sans cesse sur elle-même.

L’inventivité, le renouvellement des codes pour avoir toujours un temps d’avance, c’était aussi ça ce meeting. Un rassemblement qui rompt avec les codes de la masse de militants venus écouter leur candidat.

Dimanche, le public n’était pas passif . Il était une fois encore acteur, de son après-midi, de sa ville, venu pour profiter d’animations de ceux qui font Lyon.

Ce meeting était une démonstration. Pas une démonstration de force, mais une démonstration d’inventivité et de dynamisme.

photo-1110

photo-gc-meeting1

photo39