facebook_icon twitter_512x512 mail

Catégories

Commentaires récents

Sites Amis

Mes coups de coeur

Presse lyonnaise

Archives

Syndication

On en parle, ce soir


Ce soir, la SPL Part-Dieu et la Mairie du 3ème arrondissement organisent une réunion d’information concernant les projets et travaux à venir sur la partie sud du projet Part-Dieu, et notamment l’avant-projet d’espaces publics de la rue Flandin.

Michel LEFAOU, Vice-président en charge de l’urbanisme à la Métropole et à la Ville et Catherine PANASSIER, adjointe à l’urbanisme à la Mairie du 3ème vous donnent ainsi rendez-vous, ce soir, à 18h30 aux Archives départementales et métropolitaines au 34 rue du Général Mouton Duvernet.

partdieu

Fête de la musique, demandez le programme !


Le 21 juin, c’est l’été toujours l’occasion de déambuler dehors pour fêter l’été et la musique. Comme chaque année, ce soir, les rues du 3ème seront investies par de nombreux chanteurs et autres musiciens professionnels et amateurs.

Vous pourrez, notamment, écouter :

  • Un Jazz Band au Centre commercial de la Part-Dieu de 12h00 à 14h00,
  • Adel Salameh à la bibliothèque municipale de la Part-Dieu à 15h30,
  • Just little beat place Jutard de 15h à 23h,
  • Un concert de l’Orchestre National de Lyon devant l’Auditorium, place Charles de 18h30 à 19h30,
  • Des groupes de la Maison Pour Tous des Rancy, place Guichard, de 19h à 23h45,
  • Du reggae, place Voltaire de 18h00 à minuit,
  • Un DJ set de hip-hop et des « battles de live painting » avec la Taverne Gutenberg,
  • L’Animalerie (un collectif lyonnais) sur le square Ste Marie Perrin de 20h à minuit,
  • Baila Conmigo (Amérique du Sud), place Bir Hakeim de 14h à minuit,
  • Concert de l’Harmonie de Montchat dans le jardin de l’église de Montchat à 20h30
  • Et aussi les initiatives des associations des commerçants comme Accourvit de 15h à 22h30, rue Antoinette et la place Ronde ou encore les Boutiques du Cœur de Montchat de 17h à 23h sur le Cours Eugénie.

De quoi profiter de cette 1ère soirée d’été !

musique1

Sensibilisation à l’égalité « Femmes/Hommes »


Dans le cadre des actions menées pour l’égalité femmes/hommes et pour la 5ème année consécutive, la mairie du 3e, par l’intermédiaire de mon adjoint aux droits et à l’égalité Rolland JACQUET, en partenariat avec le Master européen EGALES (Etudes Genre et Actions Liées à l’Egalite dans la Société) de l’Université Lyon 2 et des universités du réseau européen EGALES a convié au Théâtre-Forum « scènes de genre » des jeunes du collège Lacassagne.

Cette année, c’est la SEPR qui a accueilli dans l’un de ses amphithéâtres 4 classes de 4ème qui ont participé à ce spectacle mise en scène par Mme Isabelle AUGIER-JEANNIN et joué par des étudiantes du Master.

Chaque scénette devait faire réfléchir ces collégiens sur l’égalité femmes/hommes dans leur vie de tous les jours aussi bien à l’école qu’à la maison et je dois dire qu’ils ont particulièrement.

été réactifs à certaines scènes et ont pu participer en jouant eux-mêmes ce qu’ils auraient fait et dit.

Filles et garçons se sont montrés très concernés par le combat à mener tous les jours pour l’égalité femmes/hommes.

Merci donc à l’ensemble des partenaires pour la réalisation de ce projet et aux collégiens pour leur spontanéité.

fullsizerender1

Bonne chance à toutes et tous !


D’abord, je tiens à féliciter les candidats qui ont gagné. Bravo à Anne BRUGNERA dans la 4ème et Jean-Louis TOURAINE dans la 3ème circonscription du Rhône. Je leur souhaite bonne chance et plein de courage dans les missions qui les attendent. Je suis aussi triste de la défaite de certain-e-s de m-e-s camarades et j’ai, ce matin, une douce pensée pour celles et ceux qui, malgré une belle campagne, n’ont pu accéder à l’Assemblée. En politique, il faut accepter la défaite dignement sinon on devient monarque. Ce sont les règles de base de la démocratie : savourer les victoires et accepter les défaites.

Ensuite, comme tout le monde, je note une abstention record qui, pour le démocrate que je suis, ne laisse rien présager de bon. Je préfère que les débats puissent se faire à l’Assemblée plutôt que dans la rue. J’espère donc que le Président MACRON, assuré maintenant d’une majorité absolue, saura prendre en compte ceux qui n’ont pas voté, ceux qui ne se sentent pas représentés, ceux qui sont déboussolés car je les sais nombreux.

Pour ma part, je continue de penser qu’il faut s’atteler à reconstruire une opposition de gauche, socialiste et distincte de Monsieur MELENCHON, que je considère comme antieuropéen et donneur de leçon. Je pense qu’il y a un espace à retrouver. Cela prendra du temps mais cela est nécessaire pour que l’opposition démocratique ne soit pas réservée à la droite et aux partis situés aux extrêmes de l’échiquier politique.

Cette longue séquence politique se termine. J’attends désormais le discours de politique générale du Premier Ministre qu’il devrait prononcer début juillet pour mieux saisir les orientations de cette politique « ni droite - ni gauche ». Car jusqu’à présent, je n’ai pas encore été convaincu.

En tout cas, je souhaite bonne chance à toutes celles et tous ceux qui vont désormais nous représenter à l’Assemblée Nationale !

Faites de la propreté !


Nul doute que la propreté fait partie des réclamations récurrentes lorsque l’on est Maire d’arrondissement. Une exigence nécessaire mais qui fait parfois oublier aux habitants que c’est avant tout le citoyen qui est responsable.

Les agents du nettoiement de la Métropole peuvent en effet passer 50 fois par jours, si un habitant laisse un papier par terre, si un propriétaire ne ramasse pas les déjections de son chien, alors la rue sera perçue comme sale.La responsabilité incombera aux agents de la collectivité alors qu’en réalité, ils font parfaitement leur travail. De surcroît, il est impensable de mettre un agent derrière chaque habitant pour derrière, ramasser les déchets, les chewing gums, les mégots des uns et des autres.

Une seule possibilité d’amélioration donc : réduire l’incivilité ! Pour atteindre cet objectif, la Métropole met en place plusieurs opérations de sensibilisation dans le cadre de Faites de la Propreté. Et cette fois, ça se passe à Montchat, demain :

proprete

Retour sur le dîner à la mosquée


Lundi, 22h00, c’est accompagné de mon 1er Adjoint, Abdel ACHACHE et de ma directrice de cabinet, que je dînais à la Mosquée, rue Carry. Chaque année, à l’occasion du mois du Ramadan, nous sommes, en effet, invités à rompre le jeûne ensemble avec des représentants du CRCM, l’imam, les fidèles, et le Président, Djamal OURAK.

Nous étions plus d’une vingtaine de personnes à partager ce repas, un repas de solidarité et de fraternité que la mosquée organise aussi pour les personnes plus isolées, les fidèles, plusieurs soirs de ce mois sacré pour les musulmans.

Une invitation que j’accepte avec plaisir. Elle est toujours l’occasion de dialoguer, d’échanger, de parler d’actualités et des différents projets. Pour la mosquée, c’est d’ailleurs une année importante puisqu’ils déménageront très bientôt dans leurs nouveaux locaux, rue Baraban.

A nouveau, je les remercie sincèrement pour l’accueil et le repas de fête qu’ils nous ont préparé. Dattes, lait fermenté, citronnade, chorba, doigts de fatma et autres boureks, salade mechouia, agneau et légumes, thé à la menthe, zlabïa, cornes de gazelles… Inutile de préciser qu’une fois de plus, mon régime n’a pas pu résister !

img_8578

Un habitant du 3ème à l’honneur


Le Docteur Paul REBATTU, médecin de Léon Bérard, prend sa retraite après plus de 30 ans au service des malades. Paul est un précurseur dans le traitement de la douleur et des soins palliatifs mais aussi et surtout sur le respect de la personne malade. Administrateur du Centre, chef de service, il quitte une maison dans laquelle il a largement contribué à mettre sur pied la culture d’entreprise.

Je lui cède la parole ce matin non seulement par ce qu’il habite le 3ème arrondissement mais également parce que c’est la définition d’un homme honorable. Ci-dessous donc les mots qu’il a prononcés hier lors de son pot de départ auquel je participais :

« Chers amis,

Je vais, dans quelques jours, quitter cet établissement qui m’est cher et que je fréquente depuis 1976.

Peu de gens ici présents peuvent s’imaginer que le CLB était alors dans sa configuration d’origine, avec des dortoirs de 5 ou 6 lits et sanitaires et douches rassemblées au centre des services.

Le CLB, c’était une petite entreprise de type familial, on se connaissait tous. Une culture d’entreprise s’est forgée, avec un fort sentiment d’appartenance à une communauté, communauté très solidaire entre les personnels et tournée vers le bien-être du patient avec un souci d’excellence marqué.

A cette époque, les traitements, médicaux en particulier étaient très réduits. Le mot CANCER n’était que rarement prononcé, les métastases cérébrales ou hépatiques révélées par la clinique ou la scintigraphie n’étaient jamais annoncées au patient.

L’Adriamycine était en expérimentation dans le traitement adjuvant du cancer du sein, le Tamoxifène allait devenir une alternative aux progestatifs et aux androgènes.

Primpéran et Vogalène contre les nausées et vomissements,

corticoïdes et hydratation contre l’hypercalcémie,

voie veineuse centrale posée par l’interne au lit du patient constituaient une bonne part de la prise en charge des malades, la morphine quand à elle, n’était que rarement utilisée et seulement chez le patient agonisant.

Je mesure aujourd’hui le chemin parcouru en 40 ans par la cancérologie.
Je suis fier d’avoir contribué, à mon modeste niveau, aux progrès de cette spécialité ainsi qu’au développement des soins palliatifs.

Je suis heureux d’avoir contribué à la guérison parfois, et plus souvent au soulagement et au réconfort de tant de patients et de familles.

j’ai aussi en mémoire ceux pour qui les traitements ont été inefficaces ou trop peu efficaces, j’ai en mémoire tous ces moments difficiles à traverser, mais quelle belle leçon de vie et quelle belle leçon d’humilité.

Dans ces difficultés, j’ai eu la chance, nous avons la chance d’être dans une structure tout à fait unique, où chacun travaille avec une conscience professionnelle et un dévouement exemplaire.

J’ai eu la chance de travailler avec vous et vous en remercie.

Le CLB est maintenant une grosse structure où il est difficile de se connaître mais je crois qu’il faut essayer de préserver cette culture d’entreprise spécifique et son souci d’excellence, je sais que Jean-Yves et son équipe y arrivent très bien.

j’ai exercé différents fonctions au CLB, interne, assistant, chef de service, responsable du bloc endoscopie et de RCP, délégué du personnel, et même administrateur de CLB, mais le soin au patient a toujours été pour moi ce qui était le plus important, comme mes maîtres me l’ont appris.

C’est l’occasion pour moi de rendre hommage à mes maîtres en cancérologie, E,Pommatau et M,Clavel qui alliaient à eux deux le devoir d’humanité et le devoir de science indispensables pour l’exercice d’une médecine carcinologique de qualité.

Je voudrais maintenant remercier tous mes collègues, retraités ou actifs, pour leur soutien, leur disponibilité, y compris dans l’urgence lorsque leur avis m’apparaissait indispensable. Ils ont toujours répondu présent.

Merci à mes collègues médecins, chirurgiens, radiothérapeutes, radiologues, isotopistes, anapath, anésthésistes, médecins de l’UGEI et du DISSPO.

Merci au service informatique, nous avons un outil de travail merveilleux, même si nous râlons toujours parce que quelque chose ne va pas comme on le voudrait.

Merci à tous ceux qui ont travaillé avec moi, cadres se santé, infirmières, AS et ASH, merci aux assistantes, aux services économiques, à l’équipe d’aumônerie, nous avons eu des prêtres exceptionnels, merci au personnel administratif qui fait tout son possible pour faciliter notre métier de médecin.

Je suis heureux, je le répète, d’avoir travaillé avec vous tous. Merci à tous ».

Pour Jean-Louis TOURAINE


Vous le savez deux circonscriptions se partagent, en partie, le 3ème arrondissement. Vous le comprendrez aisément, les derniers duels de l’entre-deux tours me laissent davantage de liberté de ton dans cette période particulièrement compliquée pour la gauche traditionnelle.

Hier, j’évoquais la 4ème circonscription avec la candidature d’Anne BRUGNERA. Aujourd’hui, c’est la 3ème que je souhaite évoquer et à travers elle, la thématique de l’amitié en politique (si, si, ça existe) !

Jean-Louis TOURAINE est un compagnon de ma carrière médicale. En 1987, j’avais soutenu sa candidature à la direction du Centre Léon Bérard avant que, lui-même, me dise d’y aller moi-même.

Jean-Louis est, d’abord, un grand médecin que j’admire, qui a apporté beaucoup en immunologie et dans les greffes des déficits immunitaires.

Jean-Louis est aussi un fidèle compagnon de route de Gérard COLLOMB, il a notamment été son 1er adjoint à la Ville. Pour ma part, depuis 2008 et en tant que Maire d’arrondissement, j’ai travaillé en toute confiance avec lui.

Tous les lecteurs savent que je mets le curseur entre les Européens et les anti-européens et Jean-Louis est un Européen convaincu.

C’est pour ces raisons que j’appelle à voter pour ce grand médecin expérimenté qui sera un atout pour les différents débats, notamment en matière de santé.

J’appelle aussi à voter pour un ami, un compagnon de route.

Je le redis, la politique, c’est compliqué. Et dans les difficultés que ma famille politique traverse, j’aime penser que finalement, l’humain et l’amitié, ça compte aussi.

Pour Anne BRUGNERA


Anne BRUGNERA a été ma directrice de campagne en 2008 et 2012 et mon adjointe de 2008 à 2012. Nous avons partagé de nombreux combats et surtout des valeurs communes et le désir de servir nos concitoyens au plus près du terrain. Nous avons en commun la volonté de ne jamais lâcher notre métier et de rester inséré dans la vie quotidienne des habitants que nous représentons.

En janvier, Anne a choisi le chemin d’En Marche et moi celui de rester fidèle aux candidats du Parti Socialiste. Et pour la première fois, nos chemins se sont séparés sur les marchés et les portes à portes. Après la Présidentielle, j’ai écrit à Jean-Louis TOURAINE et Anne BRUGNERA pour leur dire que je me mettais en retrait sans devenir subitement En Marche mais en prenant l’engagement « de ne pas soutenir leurs adversaires ».

Aujourd’hui, Anne est en mesure de gagner la 4e circonscription. A l’image du mouvement En Marche, elle réalise un formidable score. Pour le second tour, elle est en compétition avec Dominique NACHURY, par ailleurs, une femme honorable. Aujourd’hui, je ne pense pas possible de ne pas m’engager, comme Anne s’est engagée, plusieurs fois, à mes côtés.

Je souhaite vous convaincre, fidèles lecteurs, de voter pour Anne, dimanche prochain. Elle est enthousiaste. Ce n’est pas une professionnelle de la politique. Elle a de l’empathie pour les citoyens. Elle est bosseuse Elle connaît ses dossiers. Elle peut apporter à l’Assemblée ses connaissance sur l’agriculture (elle est ingénieure agronome), sur l’éducation mais aussi et peut-être surtout sa curiosité et sa capacité de travail.

Dans une Assemblée qui s’annonce renouvelée et inexpérimentée, elle va apporter la connaissance de la vie réelle et professionnelle, la connaissance de la politique (elle préside un groupe à la Métropole), la connaissance des relations entre les services des administrations et les élu-e-s mais aussi comme mère de famille, la connaissance d’une femme engagée dans son métier et dans la vie de la Cité. Elle pourra, en effet, témoigner des difficultés tout en expliquant comment elle les a, elle-même, surmontées.

Je vote dans la 4ème circonscription et je voterai, dimanche prochain, pour Anne BRUGNERA.

Demain, faites du vélo place Guichard !


16300_fdv-2017_affiche-a3

Inauguration d’une résidence sociale


J’ai inauguré, hier, une nouvelle résidence sociale, rue de la ruche dans le 3ème, réalisée par Grand Lyon Habitat et géré par Aralis.

Cette « acquisition-rénovation » offre 18 nouveaux logements pour des personnes seules ou avec enfants. L’immeuble s’inscrit dans la tradition lyonnaise avec ses lambrequins et ses couleurs, preuve que l’habitat social est aujourd’hui à Lyon esthétique et qualitatif.

Avec Gérard COLLOMB, Michel LE FAOU, Catherine PANASSIER et Fabienne SERAPHIN, nous agissons pour faire de la mixité sociale une réalité dans l’ensemble des quartiers. Depuis 2008, dans le 3ème, nous avons réussi à augmenter de plus de 2% notre part de logements sociaux. C’est un combat permanent que nous menons de front, sur l’ensemble de nos projets. Nous les développons avec nos partenaires dans un réel travail de dentelle à l’échelle de nos rues et de nos quartiers.

Encore aujourd’hui, trouver un logement décent, à un prix juste, est souvent long et compliqué. Il nous faut donc agir pour construire une ville pour tous, mixte et cela passe par des outils concrets. A titre d’exemple, la Métropole a intégré le Plan Local de l’Habitat à son nouveau Plan Local d’Urbanisme pour une meilleure cohérence et une meilleure efficacité. Cela passe aussi par l’application d’un outil typiquement lyonnais : les Secteurs de Mixité Sociale (SMS) qui favorise sur les grands tènements une programmation allant jusqu’à 30% de logements sociaux.

Combiné aux opérations propres des bailleurs dans le tissu urbain, la Métropole, la Ville de Lyon et la Mairie du 3ème agissent pour produire un logement social de qualité, au bénéfice de tous : des plus fragiles aux classes moyennes.  C’est le sens de notre politique en matière de logement d’habitat et nous continuerons sur cette voie.

18983284_10213047651086482_360830867_n

Dette publique : attention


En 2007, François BAYROU avait réussi à imposer le sujet de la dette publique dans la campagne alors qu’elle était à 65 % du PIB.

La dernière campagne n’a jamais évoqué cette dette qui atteint aujourd’hui 96,3 % du PIB.

On n’en a pas parlé parce que la chute des taux sous l’impulsion de Mario DRAGHI ont rendu peu visible les conséquences de cette évolution.

En effet, la charge de la dette dans le budget a diminué alors que la dette augmente.

Il suffirait pourtant d’une très légère augmentation des taux pour poser des problèmes budgétaires quasi insurmontables.

Insurmontables car le niveau des prélèvements obligatoires à 44 % est insoutenable ou en tout cas ne permet pas de ponctionner encore les français.

On en revient toujours au niveau de la dépense publique (56,4 % du PIB) qui est la plus importante d’Europe et qui elle aussi est insoutenable.

Il est évident qu’il faut réagir et la baisse des dépenses publiques est obligatoire. La politique consiste à choisir sur qui on fait porter les efforts.

Le challenge pour la gauche, c’est donc d’arrêter de proposer des solutions inopérantes (sortie de l’Euro, planche à billets…) et de réfléchir à ce principe de justice sociale sans laisser personne au bord du chemin et sans faire de la classe moyenne la vache à lait d’un puits sans fond.

Puisque nous sommes tous à nous réclamer du Général DE GAULLE, je ne doute pas qu’il dirait : vaste programme !

Commémoration de la bataille de Bir-Hakeim


Chaque année, dans le 3ème arrondissement, nous commémorons la bataille de Bir-Hakeim. Vous trouverez, ci-dessous, mon discours prononcé ce matin, place Bir-Hakeim, à cette occasion.

20170606_11140420170606_111524

Avant de commencer mon discours, je souhaite que l’on ait aujourd’hui une pensée pour Monsieur Raymond COMTE, vice-président départemental de la FNACA qui nous a quittés mercredi dernier. C’était un homme engagé, toujours présent lors des commémorations organisées par la mairie. Je sais que nombre d’entre vous le connaissaient personnellement, et vous savez donc à quel point il était bienveillant, attentif aux autres. C’est une grande perte pour la FNACA et pour le 3e; et je m’associe aujourd’hui à la douleur de ses proches.

Nous sommes réunis aujourd’hui pour commémorer le 75e anniversaire de la bataille de Bir-Hakeim.

La bataille de Bir-Hakeim s’est déroulée du 15 février au 10 juin 1942. C’est un haut fait d’armes, une bataille stratégique qui a opposé, dans chaleur du désert libyen, les troupes de l’Afrika Korps de ROMMEL aux Forces françaises Libres du Général KOENIG

Je ne reviendrai pas en détail sur cette épopée, qui nous a été relatée à l’instant. Mais je voudrais qu’aujourd’hui, l’on puisse peut-être juste retenir ceci :

Retenir que les Français ont soutenu un siège de plusieurs mois dans les sables de Bir-Hakeim contre une armée bien supérieure en nombre. Retenir que, par trois fois, ROMMEL a envoyé des émissaires enjoignant à KOENIG de se rendre.
Retenir que, par trois fois, KOENIG les a éconduits.

Lire la suite »

Le dernier numéro de Vision 3 est sorti


Le dernier numéro de Vision 3 vient de paraître, avec un dossier consacré à la thématique “Santé Environnement”. Le numéro est déjà dans les boîtes aux lettres des habitants du 3e et disponibleen mairie, ou feuilletable en ligne en suivant le lien ci-dessous. Bonne lecture !

vision-3-n27_v4_page_01

C’est qui le patron ?


Contrairement à une idée reçue la fin des quotas laitiers ne tue pas forcément les petits agriculteurs français.

Depuis 6 mois, un lait français, équitable, est commercialisé sous le marque « C’est qui le patron ? »

10 millions de briques ont déjà été écoulées. Vendu 99 centimes d’euros, soit 9 centimes plus cher qu’un lait UHT comparable, ce litre de lait est garanti français, sans OGM, issu de fermes responsables où les vaches sont bien traitées.

Circuit court, bien-être animal, agriculture responsable et accord du consommateur pour payer nos paysans au juste prix, voilà la recette.

En jouant le jeu, Carrefour a été l’élément déclencheur et il faut le féliciter. Le modèle va être étendu bientôt au beurre et permet à nos agriculteurs et éleveurs d’envisager un avenir où ils vivront correctement du fruit de leur travail.

N’hésitez pas dans les rayons de votre supermarché : allez chercher le lait « C’est qui le patron ? » et ces 9 centimes de plus vous rendront fiers, et surtout rendront leur fierté à nos paysans. Espérons que cette initiative fasse des émules pour d’autres produits.

cestquilepatron_lait_producteurs

Inauguration de la Maison de l’Environnement


Avec Myriam PICOT et Bruno CHARLES, nous inaugurions hier les nouveaux locaux de la Maison de l’Environnement, désormais située avenue Tony-GARNIER à Gerland.

Voici le discours que j’ai prononcé à cette occasion.

Je suis très heureux d’être parmi vous cette après-midi, où j’ai l’honneur de représenter le président de la Métropole de Lyon. Gérard COLLOMB tenait beaucoup à être là, mais vous le savez, il occupe désormais les fonctions de Ministre de l’Intérieur, et vous prie de bien vouloir excuser son absence.

Je remercie Myriam PICOT de nous accueillir dans le 7e arrondissement, dans un quartier de Gerland qui poursuit sa mutation. A deux pas du Rhône, et du magnifique parc de Gerland, l’implantation de la Maison de l’Environnement paraît comme une évidence.

Lire la suite »

C’est votre argent


Il y a des citoyens responsables qui fréquentent les 19 déchèteries de la métropole, ce qui correspond à 2 millions de passage par an (+ 5 % en 2016). Au total, 131 000 tonnes y sont collectées soit 1/5 de la totalité de la collecte des déchets.

Ces déchèteries recueillent les déchets végétaux (24,2 %), les gravats (23,3 %), les encombrants (13, 6 %), du bois (12,5 %) mais aussi des métaux, des meubles, des déchets dangereux et des DEEE…  Le coût de ce service est de 88 euros la tonne.

Pour rappel, l’enlèvement d’encombrants abandonnés sur la voie publique par la collectivité coûte 467 euros la tonne soit plus de 5 fois plus chers. Pour autant, 11 000 tonnes sont ainsi collectées par la Métropole chaque année ce qui représente près de 7 millions d’euros.

Aujourd’hui, nous essayons d’améliorer encore notre réseau avec le projet d’ouverture d’une 20ème déchèterie à la Tour de Salvagny, avec l’expérimentation sur le quai Fulchiron de la déchèterie fluviale, avec la collecte spécifique des sapins de noëls, avec le soutien aux initiatives des éco-organismes.

Nous allons aussi accompagner les bailleurs sociaux pour travailler sur la gestion des encombrants en pied d’immeubles, nous allons aussi installer, en ville, des déchèteries mobiles et nous envisageons, par ailleurs, d’aider les communes à acquérir des broyeurs à végétaux pour le compostage.

Les dépôts sauvages coûtent 7 millions d’euros par an pour 11 000 tonnes et le dépôt des déchets en déchèterie coûte 11 millions d’euros pour 131 000 euros.

C’est notre argent, alors soyons citoyens !

Journée nationale de la Résistance


Ce matin, nous étions réunis devant la stèle Jean MOULIN, à l’angle des rues Mouton-Duvernet et du Dauphiné, pour célébrer la Journée nationale de la Résistance. Voici le discours que j’ai prononcé à cette occasion.

Mesdames et messieurs,

Nous célébrons aujourd’hui, vous le savez, la journée nationale de la Résistance, qui correspond au 74e  anniversaire de la création du Conseil National de la Résistance. La date très symbolique de la création du CNR, le 27 mai 1943, est devenue en 2013, par un vote quasi unanime du Sénat, « Journée nationale de la résistance ».

Cette commémoration rend donc hommage à celles et ceux qui ont résisté à l’oppression. Un hommage à tous les actes de Résistance, à ces hommes et à ces femmes, illustres pour certains, inconnu-es pour d’autres, qui se sont battus bien souvent au péril de leur vie pour notre liberté.

Lire la suite »

Les effets du diesel


La moitié des voitures dans le monde dépassent les limites réglementaires d’émissions d’oxydes d’azote.

Publiée le 15 mai dans la revue Nature, une étude estime à 38 000 décès par an dans le monde les effets dus au diesel. Il s’agit de morts prématurés comme j’ai eu l’occasion de l’expliquer pour la pollution de l’air (lire aussi ce billet).

Le monoxyde d’azote et le dioxyde d’azote sont présents dans les pots d’échappements, et ce sont ceux que plusieurs constructeurs automobiles ont voulu dissimuler en installant des logiciels qui truquent les tests environnementaux obligatoires.

La Justice enquête en France sur Volkswagen et Renault, et va bien sûr  se référer à cet article. L’étude concerne les voitures particulières et les camions vendus jusqu’en 2015. Un quart des véhicules qui circulent dans le monde dépassent les normes réglementaires.

Si on ne réagit pas il y aura 174 000 morts en 2040.

Ces chiffres sont alarmants, mais à titre de comparaison, le tabac tue 10 millions de personnes par an dans le monde.

Il faut aussi relativiser.

Pensées pour les victimes de Manchester


telechargement